Johannes Canonicus (12..-13..): pseudonyme individuel

Illustration de la page Johannes Canonicus provenant de Wikipedia
Pays :Grande-Bretagne
Langue :latin
Naissance :12..
Mort :13..
Note :
Franciscain. - Écrivain scholastique
Autres formes du nom :Joannes Canonicus
Iohannes Canonicus
Johannes Canonicus
Voir plus
ISNI :ISNI 0000 0004 5823 9241

Ses activités

Auteur du texte1 document1 document numérisé

  • Joannis Canonici Questiones super VIII libros physicorum Aristotelis perutiles

    nuperime correcte et emendate, additis textibus commentorum in margine, una cum utili repertorio cunctorum auctoris notabilium indice

    [Reprod.]
    Description matérielle : 1 microfilm
    Description : Note : Date d'éd. du microfilm provenant d'un catalogue d'éditeur
    Édition : Cambridge (Mass.) : Omnisys , [ca 1990]

    [catalogue, Visualiser dans Gallica][http://catalogue.bnf.fr/ark:/12148/cb372835144]

Pages dans data.bnf.fr

Cette page dans l'atelier

Sources et références

Voir dans le catalogue général de la BnF

Sources de la notice

  • Documents de cet auteur : Quaestiones / Joannis Canonici in octo libros Physicorum Aristotelis ; cura Francisci de Benzonibus, 1487
  • Ouvrages de reference : Chevalier : Canonici (Jean) ET Marbres (Jean) : voir Canonici, Jean (franciscain)
    BBA : Canon (John), also : Canonicus ; c. Marbres
  • Catalogues de la BnF : BN Cat. gén. : Johannes Canonicus (Juan Marbres, dit)
    BN Cat. gén. suppl. : Canonici (Jean)

Autres formes du nom

  • Joannes Canonicus
  • Iohannes Canonicus
  • Johannes Canonicus
  • John Canon
  • Jean Canonici
  • John Marbres

Biographie Wikipedia

  • Jean de Jandun, né vers 1280 à Jandun (dans les Ardennes) et mort en 1328 en Italie, était un philosophe averroïste, et un théoricien politique. La pensée philosophique de Jean de Jandun est une pièce essentielle du débat entre Raison et Foi, un débat initialisé dans les universités italiennes et françaises du XIIIe siècle , suite à la redécouverte de la philosophie antique. Ce débat a traversé les siècles ultérieurs et se prolonge encore aujourd’hui, avec, par exemple, pour les chrétiens, l’encyclopédique Fides et ratio émise par Jean-Paul II en 1989. L’approche de Jean de Jandun diverge profondément de celle d’un Saint Thomas d'Aquin qui s’était efforcé dans les décennies précédentes de faire la synthèse, en un système intellectuel unique, de l’approche philosophique « naturelle » des penseurs grecs, de leur idéal de science, d'une part, et de la théologie, de la révélation, d'autre part. Jean de Jandun contribue par ses commentaires d’Aristote et d’Averroès, à ce que Paul Vignaux qualifie de « diversité rebelle » ou de remue-ménage préparant le bouillonnement de la Renaissance.

Pages équivalentes