Jean-Baptiste Decavèle

Pays :France
Langue :français
Sexe :masculin
Note :
Photographe, vidéaste, plasticien. - Passionné par le pays inuit
ISNI :ISNI 0000 0000 8352 5806

Ses activités

Auteur du texte1 document

  • Etc. Balkis Island

    [exposition, Beaumont-du-Lac, Centre international d'art et du paysage de l'île de Vassivière, 5 juillet-1er novembre 2009]

    Description matérielle : 1 vol. (95 p.)
    Description : Note : Texte français et trad. anglaise à la suite
    Édition : [Beaumont-du-Lac] : Centre international d'art et du paysage de l'île de Vassivière ; Milan : Silvana editoriale ; [Paris] : [diff. Vilo] , impr. 2009
    Auteur du texte : Centre international d'art et du paysage. Beaumont-du-Lac, Haute-Vienne, Yona Friedman

    [catalogue][https://catalogue.bnf.fr/ark:/12148/cb42150995z]

Illustrateur1 document

  • Inukshuk, l'homme debout

    Description matérielle : 91 p.
    Description : Note : Bibliogr. p. 89-90
    Édition : Bordeaux : le Castor astral , 1999
    Auteur du texte : Hervé Le Tellier

    [catalogue][https://catalogue.bnf.fr/ark:/12148/cb37075324t]

Documents à propos de cet auteur

Documents à propos de l'auteur Jean-Baptiste Decavèle

Pages dans data.bnf.fr

Auteurs reliés

Cette page dans l'atelier

Sources et références

Voir dans le catalogue général de la BnF

Sources de la notice

  • Inukshuk, l'homme debout / Hervé Le Tellier ; vidéogrammes de Jean-Baptiste Decavèle, 1999
    Etc. Balkis Island : [exposition, Beaumont-du-Lac], Centre international d'art et du paysage de l'île de Vassivière, 5 juillet-1er novembre 2009 / Yona Friedman et Jean-Baptiste Decavèle, impr. 2009

Biographie Wikipedia

  • Jean-Baptiste Decavèle est un artiste plasticien qui travaille l'image en mouvement et la photographie.Si le point de départ des films de Jean-Baptiste Decavèle sont les voyages — en Arctique, en Afrique du Sud, en Turquie, ou plus près de chez lui, à Paris — il ne cherche pas à nous rendre une image fidèle ou à construire un documentaire d'un lieu visité ou d'un moment passé ailleurs.Il utilise le caméscope, l'écran et la table de montage à rebours de la tendance générale afin de sonder le rapport entre le réel et son image. Le regard filmique et touristique, trop souvent associé avec un esprit colonisant est profondément mis en question et ces outils, habituellement employés comme instruments de conquête, sont détournés de cette fonction. La vidéo devient la matrice potentielle d'un ars memorativa qui lui permet d'articuler la relation complexe et imbriquée entre temps, lieux et mémoire, comme quelque chose de subjectif et d'incarné.Le déplacement et la distanciation sont au cœur de sa démarche formelle dans Halman's Walk (2003), L'Inaccoutumance (2006), Passions (2007) et Aux choses du jour (2007), présentés au Jeu de Paume.Decavèle contrebalance le manque de relief des écrans (du caméscope, de l'ordinateur, du cinéma) en retravaillant les images dans leur épaisseur. Les séquences sont tantôt rapides et saccadées, tantôt lentes, presque suspendues ; des images fixes côtoient des images en mouvement et sont montées d'une façon non-linéaire. Enfin, il emploie des textes et des sons qui ne correspondent pas toujours aux images, mais qui suggèrent, à travers l'utilisation d'une même voix (celle du comédien Michael Lonsdale) et d'un même visage (celui de la comédienne Elina Löwensohn) l'existence de personnages fictifs. Avec des images à la fois reconnaissables et méconnaissables, ses films tracent autant une cartographie physique qu'un paysage intérieur, qui se transforme selon sa propre temporalité et dans lequel les émotions, l'érotisme et le plaisir visuel prennent lieu.

Pages équivalentes