Considérations sur les causes de la grandeur des Romains et de leur décadence

Illustration de la page Considérations sur les causes de la grandeur des Romains et de leur décadence provenant de Wikipedia
Langue :français
Date :1734
Note :
Traité d'histoire romaine servant de support à une réflexion sur l'histoire. - Éd. révisée et augmentée en 1748
Domaines :Histoire
Autre forme du titre :Considérations (français)

Table des matières

  • Voir la table des matières dans Gallica Paris : Impr. nationale , 1900

    Table des matières

    • AVANT-PROPOS
    • CONSIDERATIONS SUR LES CAUSES DE LA GRANDEUR DES ROMAINS ET DE LEUR DECADENCE
    • Chapitre I. 1. Commencements de Rome. - 2. Ses guerres
    • Chapitre II. De l'art de la guerre chez les Romains
    • Chapitre III. Comment les Romains purent s'agrandir
    • Chapitre IV. 1. Des Gaulois. - 2. De Pyrrhus. - 3. Parallèle de Carthage et de Rome. - 4. Guerre d'Annibal
    • Chapitre V. De l'état de la Grèce, de la Macédoine, de la Syrie et de l'Egypte, après l'abaissement des Carthaginois
    • Chapitre VI. De la conduite que les Romains tinrent pour soumettre tous les peuples
    • Chapitre VII. Comment Mithridate put leur résister
    • Chapitre VIII. Des divisions qui furent toujours dans la Ville
    • Chapitre IX. Deux causes de la perte de Rome
    • Chapitre X. De la corruption des Romains
    • Chapitre XI. 1. De Sylla. - 2. De Pompée et de César
    • Chapitre XII. De l'état de Rome après la mort de César
    • Chapitre XIII. Auguste
    • Chapitre XIV. Tibère
    • Chapitre XV. Des Empereurs depuis Caius Caligula jusqu'à Antonin
    • Chapitre XVI. De l'état de l'Empire depuis Antonin jusqu'à Probus
    • Chapitre XVII. Changement dans l'Etat
    • Chapitre XVIII. Nouvelles maximes prises par les Romains
    • Chapitre XIX. 1. Grandeur d'Attila. - 2. Cause de l'établissement des Barbares. - 3. Raisons pourquoi l'Empire d'Occident fut le premier abattu
    • Chapitre XX. 1. Des conquêtes de Justinien. - 2. De son gouvernement
    • Chapitre XXI. Désordres de l'Empire d'Orient
    • Chapitre XXII. Faiblesse de l'Empire d'Orient
    • Chapitre XXIII et dernier. 1. Raison de la durée de l'Empire d'Orient. - 2. Sa destruction
    • APPENDICE DES "CONSIDERATIONS"
    • NOTES ET VARIANTES
    • INDEX
    • TABLE DES MATIERES
  • Voir la table des matières dans Gallica Paris : C. Poussielgue , 1907

    Table des matières

    • Préface
    • Notice sur Montesquieu et ses oeuvres.
    • Portrait de Montesquieu par lui-même.
    • Etude sur les Considérations.
    • CONSIDERATIONS SUR LES CAUSES DE LA GRANDEUR DES ROMAINS ET DE LEUR DECADENCE.
    • CHAP. I. Commencements de Rome. Ses guerres
    • CHAP. II. De l'art de la guerre chez les Romains.
    • CHAP. III. Comment les Romains purent s'agrandir.
    • CHAP. IV. Des Gaulois. De Pyrrhus. Parallèle de Carthage et de Rome, Guerre d'Annlbal.
    • CHAP. V. De l'état de la Grèce, de la Macédoine, de la Syrie et de l'Egypte après l'abaissement des Carthaginois.
    • CHAP. VI. De la conduite que les Romains tinrent pour soumettre tous les peuples.
    • CHAP. VII. Comment Mithridate put leur résister.
    • CHAP. VIII. Des divisions qui furent toujours dans la ville.
    • CHAP. IX. Deux causes de la perte de Rome.
    • CHAP. X De la corruption des Romains.
    • CHAP. XI. De Sylla, De Pompée et de César.
    • CHAP. XII. De l'état de Rome après la mort de César.
    • CHAP. XIII. Auguste.
    • CHAP. XIV. Tibère.
    • CHAP. XV. Des empereurs depuis Caïus Callgula jusqu'à Antonin.
    • CHAP. XVI. De l'état de l'empire depuis Antonin jusqu'à Probus.
    • CHAP. XVII. Changement dans l'Etat,
    • CHAP. XVIII. Nouvelles maximus prises par les Romains.
    • CHAP. XIX. Grandeur d'Attila Causes de l'établissement des Barbares. Raisons pourquoi l'empire d'Occident fut le premier abattu.
    • CHAP. XX. Des conquêtes de Justinfon. De son gouvernement.
    • CHAP. XXI Désordres de l'empire d'Orient.
    • CHAP. XXII. Foiblesse de l'empire d'Orient.
    • CHAP. XXIII. Raison de la durée de l'empire d'Orient. Sa destruction.
  • Table des matières

    • AVERTISSEMENT.
    • ÉLOGE de M. le President de MONTESQUIEU, par M. d'Alembert.
    • ANALYSE de l'Esprit des Loix, par le même.
    • DISCOURS prononcé par M. de Montesquieu, lors de sa réception à l'Académie Françoise, en 1728.
    • AVERTISSEMENT de l'Auteur.
    • PRÉFACE.
    • CHAPITRE I. Des Loix, dans le rapport qu'elles ont avec les divers êtres.
    • CH. II. Des Loix de la nature.
    • CH. III. Des Loix positives.
    • CHAPITRE I. De la nature des trois divers gouvernements.
    • CH. II. Du gouvernement républicain, et des loix relatives à la démocratie.
    • CH. III. Des loix relatives à la nature de l'aristocratie.
    • CH. IV. Des loix, dans leur rapport avec la nature du gouvernement monarchique.
    • CH. V. Des loix relatives à la nature de l'état despotique.
    • CHAPITRE I. Différence de la nature du gouvernement et de son principe.
    • CH. II. Du principe des divers gouvernements.
    • CH. III. Du principe de la démocratie.
    • CH. IV. Du principe de l'aristocratie.
    • CH. V. Que la vertu n'est point le principe du gouvernement monarchique.
    • CH. VI. Comment on supplée à la vertu dans le gouvernement monarchique.
    • CH. VII. Du principe de la monarchie.
    • CH. VIII. Que l'honneur n'est point le principe des Etats despotiques.
    • CH. IX Du principe du gouvernement despotique.
    • CH. X. Différence de L'obéissance dans les gouvernements modérés et dans les gouvernements despotiques.
    • CH. XI. Réflexions sur tout ceci.
    • CHAPITRE I. Des loix de l'éducation.
    • CH. II. De l'éducation dans les monarchies.
    • CH. III. De l'éducation dans le gouvernement despotique.
    • CH. IV. Différence des effets de l'éducation chez les anciens et parmi nous.
    • CH. V. De l'éducation dans le gouvernement républicain.
    • CH. VI. De quelques institutions des Grecs.
    • CH. VII. En quel cas ces institutions singulieres peuvent être bonnes.
    • CH. VIII. Explication d'un paradoxe des anciens, par rapport aux mœurs.
    • CHAPITRE I. Idée de ce Livre.
    • CH. II. Le que c'est que la vertu dans l'état politique.
    • CH. III. Ce que c'est que l'amour de la république dans la démocratie.
    • CH. IV. Comment on inspire l'amour de l'égalité et de la frugalité.
    • CH. V. Comment les loix établissent l'égalité dans la démocratie.
    • CH. VI. Comment les loix doivent entretenir la frugalité dans la démocratie.
    • CH. VII. Autres moyens de favoriser le principe de la démocratie.
    • CH. VIII. Comment les loix doivent Je rapporter au principe du gouvernement dans l'aristocratie.
    • CH. IX. Comment les loixfont relatives à leur principe dans la monarchie.
    • CH. X. De la promptitude de l'exécution dans la monarchie.
    • CH. XI. De l'excellence du gouvernement monarchique.
    • CH. XII. Continuation du même sujet.
    • CH. XIII. Idée du despotisme.
    • CH. XIV. Comment les loix font relatives aux principes du gouvernement despotique.
    • CH. XV. Continuation du même sujet.
    • CH. XVI. De la communication du pouvoir.
    • CH. XVII. Des présents.
    • CH. XVIII. Des récompenses que le souverain donne.
    • CH. XIX. Nouvelles conséquences des principes des trois gouvernements.
    • CHAPITRE I. De lassimplicité des loix civiles dans les divers gouvernements.
    • CH. II. De la simplicite des loix criminelles dans les divers gouvernements.
    • CH. III. Dans quels gouvernements et dans quels cas on doit juger selon un texte précis de la loi.
    • CH. IV. De la maniere de former les jugements.
    • CH. V. Dans quels gouvernements le Souverain peut être jugé.
    • CH. VI. Que dans la monarchie les ministres ne doivent pas juger.
    • CH. VII. Du magistrat unique.
    • CH. VIII. Des accusations dans les divers gouvernements.
    • CH. IX. De la sévérité des peines dans les divers gouvernements.
    • CH. X. Des anciennes loix françoises.
    • CH. XI. Que lorsqu'un peuple est vertueux, ilfautpeu depeines.
    • CH. XII. De la puissance des peines.
    • CH. XIII. Impuissance des loix Japonnoises.
    • CH. XIV. De l'esprit du Senat de Rome.
    • CH. XV. Des loix des Romains à l'égard des peines.
    • CH. XVI. De la juste proportion des peines avec le crime.
    • CH. XVII. De la torture ou question contre les criminels.
    • CH. XVIII. Des peines pécuniaires, et despeines corporelles.
    • CH. XIX. De la loi du talion.
    • CH. XX. De la punition des perespour leurs enfants.
    • CH. XXI. De la clémence du Prince.
    • CHAPITRE I. Du luxe.
    • CH. II. Des loixsomptuaires dans la démocratie.
    • CH. III. Des loix somptuaires dans l'aristocratie.
    • CH. IV. Des loix somptuaires dans les monarchies.
    • CH. V. Dans quel cas les loix somptuairesfont utiles dans une monarchie.
    • CH. VI. Du luxe à la Chine.
    • CH. VII. Fatale conséquence du luxe à la Chine.
    • CH. VIII. De la continence publique.
    • CH. IX. De la condition des femmes dans les divers gouvernements.
    • CH. X. Du tribunal domestique chez les Romains,
    • CH. XI. Comment les institutionschangerent à Rome avec le gouvernement.
    • CH. XII. De la tutelle des femmes chez les Romains.
    • CH. XIII. Des peines établies par les Empereurs contre les débauches des femmes.
    • CH. XIV. Loix somptuaires chez les Romains.
    • CH. XV. Des dots et des avantages nuptiaux dans les diverses constitutions.
    • CH. XVI. Belle coutume des Samnites.
    • CH. XVII. De l'administration des femmes.
    • CHAPITRE I. Idée générale de ce Livre.
    • CH. II. De la corruption du principe de la démocratie.
    • CH. III. De l'esprit d'égalité extrême.
    • CH. IV. Cause particuliere de la corruption du peuple.
    • CH. V. De la corruption du principe de l'aristocratie.
    • CH. VI. De la corruption du principe de la monarchie.
    • CH. VII. Continuation du même sujet,
    • CH. VIII. Danger de la corruption du principe du gouvernement monarchique.
    • CH. IX. Combien la noblesse estportée à defendre le trone.
    • CH. X. De la corruption du principe du gouvernement despotique.
    • CH. XI. Effets naturels de la bonté et de la corruption des principes.
    • CH. XII. Continuation du même sujet.
    • CH. XIII. Effet duferment chez un peuple vertueux.
    • CH. XIV. Comment le plus petit changement dans la constitution entraine la ruine des principes.
    • CH. XV. Moyens très-efficaces pour la conservation des trois principes.
    • CH. XVI. Propriétés distinctives de la république.
    • CH. XVII. Propriétés distinctives de la monarchie.
    • CH. XVIII. Que la monarchie d'Espagne étoit dans un cas particulier.
    • CH. XIX. Propriétés distinctives du gouvernement despotique.
    • CH. XX. Conséquence des chapitres précédents.
    • CH. XXI. De l'empire de la Chine.
    • CHAPITRE I. Comment les républiques pourvoient à leur fureté.
    • CH. II. Que la constitution fédérative doit être composée d'états de même nature, sur-tout d'états républicains.
    • CH. III. Autres choses requises dans la république fédérative.
    • CH. IV. Comment les états despotiques pourvoient à leur sureté.
    • CH. V. Comment la monarchie pourvoit à sa sureté.
    • CH. VI. De la force défensive des états en général.
    • CH. VII. Réflexions.
    • CH. VIII. Cas où la force défensive d'un état est inférieure à sa force offensive.
    • CH. IX. De la force relative des états. .
    • CH. X. De la foiblesse des états voifins.
    • CHAPITRE I. De la force offensive.
    • CH. II. De la guerre
    • CH. III. Du droit de conquête.
    • CH. IV. Quelques avantages du peuple conquis.
    • CH. V. Gélon, roi de Syracuse.
    • CH. VI. D'une république qui conquiert.
    • CH. VII. Contination du même sujet.
    • CH. VIII. Continuation du même sujet.
    • CH. IX. D'une monarchie qui conquiert autour d'elle.
    • CH. X. D'une monarchie qui conquiert une autre monarchie.
    • CH. XI. Des mœurs du peuple vaincu.
    • CH. XII. D'une loi de Cyrus.
    • CH. XIII. CHARLES XII.
    • CH. XIV. ALEXANDRE.
    • CH. XV. Nouveaux moyens de consever la conquête.
    • CH. XVI. D'un état despotique qui conquiert.
    • CH. XVII. Continuation du même sujet.
    • CHAPITRE I. Idée générale de ce Livre.
    • CH. II. Diverses significations données au mot de liberté.
    • CH. III. Ce que c'est que la liberté.
    • CH. IV. Continuation du même sujet.
    • CH. V. De l'objet des états divers.
    • CH. VI. De la constitution d'Angleterre.
    • CH. VII. Des monarchies que nous connoissons.
    • CH. VIII. Pourquoi les anciens n'avoient pas une idée bien claire de la monarchie.
    • CH. IX. Maniere depenser d'Aristote.
    • CH. X. Maniere de penser des autres politiques.
    • CH. XI. Des Rois des temps héroïques chez les Grecs.
    • CH. XII. Du gouvernement des Rois de Rome, et comment les trois pouvoirs y furent distribués.
    • CH. XIII. Réflexions générales sur l'état de Rome, après l'expulsion des Rois.
    • CH. XIV. Comment la distribution des trois pouvoirs commença à changer après l'expulsion des rois.
    • CH. XV. Comment, dans l'état florissant de la république, Rome perdit tout- à-coup fa liberté.
    • CH. XVI. De la puissance législative dans la république Romaine.
    • CH. XVII. De la puissance exécutrice dans la même république.
    • CH. XVIII. De la puissance de juger dans le gouvernement de Rome.
    • CH. XIX. Du gouvernement des provinces Romaines.
    • CH. XX. Fin de ce livre.
    • CHAPITRE I. Idée de ce livre.
    • CH. II. De la liberté du citoyen.
    • CH. III. Continuation du même sujet.
    • CH. IV. Que la liberté est favorisée par la nature des peines, et leur proportion.
    • CH. V. De certaines accusations qui ont particuliérement besoin de modération et de prudence.
    • CH. VI. Du crime contre nature.
    • CH. VII. Du crime de lese - majesté.
    • CH. VIII. De la mauvaise application du nom de crime de sacrilege et de lese-majesté.
    • CH. IX. Continuation du même sujet.
    • CH. X. Continuation du même sujet.
    • CH. XI. Des pensées.
    • CH. XII. Des paroles indiscrettes.
    • CH. XIII. Des écrits.
    • CH. XIV. Violation de la pudeur, dans la punition des crimes.
    • CH. XV. De l'affranchissement de l'esclave, pour accuser le maître.
    • CH. XVI. Calomnie dans le crime de lese - majesté.
    • CH. XVII. De la révélation des conspirations.
    • CH. XVIII. Combien il est dangereux dans les républiques de trop punir le crime de lese-majesté.
    • CH. XIX. Comment on suspend l'usage de la liberté dans la république.
    • CH. XX. Des loix favorables à la liberté du citoyen dans la république.
    • CH. XXI. De la cruauté des loix envers les débiteurs, dans la république.
    • CH. XXII. Des choses qui attaquent la liberté dans la monarchie.
    • CH. XXIII. Des espions dans la monarchie.
    • CH. XXIV. Des lettres anonymes.
    • CH. XXV. De la maniere de gouverner dans la monarchie.
    • CH. XXVI. Que, dans la monarchie, le prince doit être accessible.
    • CH. XXVII. Des mœurs du monarque.
    • CH. XXVIII. Des égards que les monarques doivent à leurssujets.
    • CH. XXIX. Des loix civiles propres à mettre un peu de liberté dans le gouvernement despotique.
    • CH. XXX. Continuation du même sujet.
    • Fin de la table du Tome premier.
  • Table des matières

    • CHAPITRE I. DES revenus de l'Etat.
    • CH. II. Que c'est mal raisonner, de dire que la grandeur des tributssoit bonnepar elle-même.
    • CH. III. Des tributs, dans les pays où une partie du peuple est esclave de la glebe.
    • CH. IV. D'une république. en cas pareil.
    • CH. V. D'une monarchie, en cas pareil.
    • CH. VI. D'un état despotique, en cas pareil.
    • CH. VII. Des tributs, dans les pays où l'esclavage de la glebe n'est point établi.
    • CH. VIII. Comment on conserve l'illusion.
    • CH. IX. D'une mauvaise sorte d'impôt.
    • CH. X. Que la grandeur des tributs dépend de la nature du gouvernement.
    • CH. XI. Des peines fiscales.
    • CH. XII. Rapport de la grandeur des tributs avec la liberté.
    • CH. XIII. Dans quels gouvernements les tributs sont susceptibles d'augmentation.
    • CH. XIV. Que la nature des tributs est relative au gouvernement.
    • CH. XV. Abus de la liberté.
    • CH. XVI. Des conquêtes des Mahométans.
    • CH. XVII. De l'augmentation des troupes.
    • CH. XVIII. De la remise des tributs.
    • CH. XIX. Qu'est-ce qui est plus convenable au prince et au peuple, de la ferme ou de la régie des tributs?
    • CH. XX. Des traitants.
    • CHAPITRE I. Idée générale.
    • CH. II. Combien les hommes sont différents dans les divers climats.
    • CH. III. Contradictions dans les caracteres de certains peuples du midi.
    • CH. IV. Cause de l'immutabilité de la religion, des mœurs, des manieres, des loix, dans les pays d'Orient.
    • CH. V. Que les mauvais législateurs sont ceux qui ont favorisé les vices du climat, et les bons sont ceux qui s'y sont opposés.
    • CH. VI. De la culture des terres, dans les climats chauds.
    • CH. VII. Du monachisme.
    • CH. VIII. Bonne coutume de la Chine.
    • CH. IX. Moyens d'encourager l'industrie.
    • CH. X. Des loix qui ont rapport à la sobriété des peuples.
    • CH. XI. Des loix qui ont du rapport aux maladies du climat.
    • CH. XII. Des loix contre ceux qui se tuent eux-mêmes.
    • CH. XIII. Effets qui résultent du climat d'Angleterre.
    • CH. XIV. Autres effets du climat.
    • CH. XV. De la différente confiance que les loix ont dans le peuple selon les climats.
    • CHAPITRE I. De l'esclavage civil.
    • CH. II. Origine du droit de l'esclavage chez les jurisconsultes Romains.
    • CH. III. Autre origine du droit de l'esclavage.
    • CH. IV. Autre origine du droit de l'esclavage.
    • CH. V. De l'esclavage des negres.
    • CH. VI. Véritable origine du droit de l'esclavage.
    • CH. VII. Autre origine du droit de l'esclavage.
    • CH. VIII. Inutilité de l'esclavage parmi nous.
    • CH. IX. Des nations chez lesquelles la liberté civile est généralement établie.
    • CH. X. Diverses espèces d'esclavage.
    • CH. XI. Ce que les loix doivent faire par rapport à l'esclavage.
    • CH. XII. Abus de l'esclavage.
    • CH. XIII. Danger du grand nombre d'esclaves.
    • CH. XIV. Des esclaves armés.
    • CH. XV. Continuation du même sujet.
    • CH. XVI. Précaution à prendre dans le gouvernement modéré.
    • CH. XVII. Réglements à faire entre le maître et les esclaves.
    • CH. XVIII. Des affranchissements.
    • CH. XIX. Des affranchis et des eunuques
    • CHAPITRE I. De la servitude domestique.
    • CH. II. Que dans les pays du midi, il y a dans les deux sexes une inégalité naturelle.
    • CH. III. Que la pluralité des femmes dépend beaucoup de leur entretien.
    • CH. IV. De la polygamie. Ses diverses circonstances.
    • CH. V. Raison d'une loi du Malabar.
    • CH. VI. De la polygamie en elle-même.
    • CH. VII. De l'égalité du traitement, dans le cas de la pluralité des femmes.
    • CH. VIII. De la séparation des femmes d'avec les hommes.
    • CH. IX. Liaison du gouvernement domestique avec le politique.
    • CH. X. Principe de la morale de l'Orient.
    • CH. XI. De la servitude domestique indépendante de la polygamie.
    • CH. XII. De la pudeur naturelle
    • CH. XIII. De la jalouse.
    • CH. XIV. Du gouvernement de la maison en orient.
    • CH. XV. Du divorce et de la répudiation.
    • CH. XVI. De la répudiation et du divorce chez les Romains.
    • CHAPITRE I. De la servitude politique.
    • CH. II. Différence des peuples par rapport au courage.
    • CH. III. Du climat de l'Asie.
    • CH. IV. Conséquence de ceci.
    • CH. V. Que quand les peuples du nord de l'Asie, et ceux du nord de l'Europe ont conquis, les effets de la conquête n'étoient pas les mêmes.
    • CH. VI. Nouvelle cause physique de la servitude de l'Asie et de la liberté de l'Europe.
    • CH. VII. De l'Afrique et de l'Amérique.
    • CH. VIII. De la capitale de l'Empire.
    • CHAPITRE I. Comment la nature du terrein influe sur les loix.
    • CH. II. Continuation du même sujet.
    • CH. III. Quels sont les pays les plus cultivés.
    • CH. IV. Nouveaux effets de la fertilité et de la stérilité du pays.
    • CH. V. Des peuples des Isles.
    • CH. VI. Des pays formés par l'industrie des hommes.
    • CH. VII. Des ouvrages des hommes.
    • CH. VIII. Rapport général des loix.
    • CH. IX. Du terrein de l'Amérique.
    • CH. X. Du nombre des hommes dans le rapport avec la maniere dont ils se procurent la subsistance.
    • CH. XI. Des peuples sauvages, et des peuples barbares.
    • CH. XII. Du droit des gens chez les peuples qui ne cultivent point les terres.
    • CH. XIII. Des loix civiles chez les peuples qui ne cultivent point les terres.
    • CH. XIV. De l'état politique des peuples qui ne cultivent point les terres.
    • CH. XV. Des peuples qui connoissent l'usage de la monnoie.
    • CH. XVI. Des loix civiles, chez les peuples qui ne connoissent point l'usage de la monnoie.
    • CH. XVII. Des loix politiques, chez les les peuples qui n'ont point l'usage de la monnoie.
    • CH. XVIII. Force de la superstition.
    • CH. XIX. De la liberté des Arabes, et de la servitude des Tartares.
    • CH. XX. Du droit des gens des Tartares.
    • CH. XXI. Loi civile des Tartares.
    • CH. XXII. D'une loi civile des peuples Germains.
    • CH. XXIII. De la longue chevelure des Rois Francs.
    • CH. XXIV. Des mariages des rois Francs.
    • CH. XXV. CHILDERIC.
    • CH. XXVI. De la majorité des Rois Francs.
    • CH. XXVII. Continuation du même sujet.
    • CH. XXVIII. De l'adoption chez les Germains.
    • CH. XXIX. Esprit sanguinaire des Rois Francs.
    • CH. XXX. Des assemblées de la nation chez les Francs.
    • CH. XXXI. De l'autorité du Clergé, dans la premiers race.
    • CHAPITRE I. Du sujet de ce livre.
    • CH. II. Combien, pour les meilleures loix, il est nécessaire que les esprits soient préparés.
    • CH. III. De la tyrannie.
    • CH. IV. Ce que c'est que l'esprit général.
    • CH. V. Combien il faut être attentif à ne point changer l'esprit général d'une nation.
    • CH. VI. Qu'il ne faut pas tout corriger.
    • CH. VII. Des Athéniens et des Lacédémoniens.
    • CH. VIII. Effets de l'humeur sociable.
    • CH. IX. De la vanité et de l'orgueil des nations.
    • CH. X. Du caractere des Espagnols, et de celui des Chinois.
    • CH. XI. Réflexions
    • CH. XII. Des manieres et des mœurs dans l'état despotique.
    • CH. XIII. Des manieres chez les Chinois.
    • CH. XIV. Quels sont les moyens naturels de changer les mœurs et les manieres d'une nation.
    • CH. XV. Influence du gouvernement domestique sur le politique.
    • CH. XVI. Comment quelques législateurs ont confondu les principes qui gouvernent les hommes.
    • CH. XVII. Propriété particuliere au gouvernement de la Chine.
    • CH. XVIII. Conséquence du Chapitre précédent.
    • CH. XIX. Comment s'est faite cette union de la religion, des loix, des mœurs et des manieres, chez les Chinois.
    • CH. XX. Explication d'un paradoxe sur les Chinois.
    • CH. XXI. Comment les loix doivent être relatives aux mœurs et aux manieres.
    • CH. XXII. Continuation du même sujet.
    • CH. XXIII. Comment les loix suivent les mœurs.
    • CH. XXIV. Continuation du même sujet.
    • CH. XXV. Continuation du même sujet.
    • CH. XXVI. Continuation du même sujet.
    • CH. XXVII. Comment les loix peuvent contribuer à former les mœurs, les manieres et le caractere d'une nation.
    • CHAPITRE I. Du Commerce.
    • CH. II. De l'esprit du Commerce.
    • CH. III. De la pauvreté des peuples.
    • CH. IV. Du commerce dans les divers gouvernements.
    • CH. V. Des peuples qui ont fait le commerce d'économie.
    • CH. VI. Quelques effets d'une grande navigation.
    • CH. VII. Esprit de l'Angleterre sur le commerce.
    • CH. VIII. Comment on a gêné quelquefois le commerce d'économie.
    • CH. IX. De l'exclusion en fait de commerce.
    • CH. X. Etablissement propre au commerce d'économie.
    • CH. XI. Continuation du même sujet.
    • CH. XII. De la liberté du commerce.
    • CH. XIII. Ce qui détruit cette liberté.
    • CH. XIV. Des loix du commerce qui emportent la confiscation des marchandises.
    • CH. XV, De la contrainte par corps.
    • CH. XVI. Belle loi.
    • CH. XVII. Loi de Rhodes.
    • CH. XVIII. Des Juges pour le commerce.
    • CH. XIX. Que le prince ne doit point faire le commerce
    • CH. XX. Continuation du même sujet.
    • CH. XXI. Du commerce de la noblesse dans la monarchie.
    • CH. XXII. Réflexion particuliere.
    • CH. XXIII. A quelles nations il est désavantageux de faire le commerce.
    • CHAPITRE I. Quelques considérations générales.
    • CH. II. Des peuples d'Afrique.
    • CH. III. Que les besoins des peuples du midi sont différents de ceux des peuples du nord.
    • CH. IV. Principale différence du commerce des anciens, d'avec celui d'aujourd'hui.
    • CH. V. Autres différences.
    • CH. VI. Du commerce de anciens.
    • CH. VII. Du commerce des Grecs.
    • CH. VIII. D'Alexandre. Sa conquête.
    • CH. IX. Du commerce des rois Grecs après Alexandre.
    • CH. X. Du tour de l'Afrique.
    • CH. XI. Carthage et Marseille.
    • CH. XII. Isle de Délos. Mitrhidate.
    • CH. XIII. Du génie des Romains pour la marine.
    • CH. XIV. Du génie des Romains pour le commerce.
    • CH. XV. Commerce des Romains avec les Barbares.
    • CH. XVI. Du commerce des Romains avec l'Arabie et les Indes.
    • CH. XVII. Du commerce après la déstruction des Romains en Occident.
    • CH. XVIII. Réglement particulier.
    • CH. XIX. Du commerce depuis l'affoiblissement des Romains en Orient.
    • CH. XX. Comment le commerce se fit jour en Europe à travers la barbarie.
    • CH. XXI. Découverte de deux nouveaux mondes. Etat de l'Europe à cet égard.
    • CH. XXII. Des richesses que l'Espagne tira de l'Amérique.
    • CH. XXIII. Problême.
    • Fin de la table du Tome second.
  • Table des matières

    • CHAPITRE I.

      RAISON de l'usage de la monnoie..

    • CH. II.

      De la nature de la monnoie..

    • CH. III.

      Des monnoies idéales..

    • CH. IV.

      De la quantité de l'or et de l'argent..

    • CH. V.

      Continuation du même sujet..

    • CH. VI.

      Par quelle raison le prix de l'usure diminua de la moitié, lors de la découverte des Indes..

    • CH. VII.

      Comment le prix des richesses se fixe dans la variation des richesses de signe..

    • CH. VIII.

      Continuation du même sujet..

    • CH. IX.

      De la rareté relative de l'or et de l'argent..

    • CH. X.

      Du change..

    • CH. XI.

      Des opérations que les Romains firent sur les monnoies..

    • CH. XII.

      Circonstances dans lesquelles les Romains firent leurs opérations sur la monnoies..

    • CH. XIII.

      Opérations sur les monnoies, du temps des Empereurs..

    • CH. XIV.

      Comment le change gêne les états despotisques..

    • CH. XV.

      Usage de quelques pays d'Italie..

    • CH. XVI.

      Du secours que l'état peut tirer des banquiers..

    • CH. XVII.

      Des dettes publiques..

    • CH. XVIII.

      Du paiement des dettes publiques..

    • CH. XIX.

      Des prêts à intérêts..

    • CH. XX.

      Des usures maritines..

    • CH. XXI.

      Du prêt par contrat, et de l'usure chez les Romains..

    • CH. XXII.

      Continuation du même sujet..

    • CHAPITRE I.

      Des hommes et des animaux par rapport à la multiplication de leur espèce..

    • CH. II.

      Des mariages..

    • CH. III.

      De la condition des enfants..

    • CH. IV.

      Des familles..

    • CH. V.

      De divers ordres de femmes légitimes..

    • CH. VI.

      Des bâtards dans les divers gouvernements..

    • CH. VII.

      Du consentement des peres au mariage..

    • CH. VIII.

      Continuation du même sujet..

    • CH. IX.

      Des filles..

    • CH. X.

      Ce qui détermine au mariage..

    • CH. XI.

      De la dureté du gouvernement..

    • CH. XII.

      Du nombre des filles et des garçons dans différents pays..

    • CH. XIII.

      Des ports de mer..

    • CH. XIV.

      Des productions de la terre, qui demandent plus ou moins d'hommes..

    • CH. XV.

      Du nombre des habitants, par rapport aux arts..

    • CH. XVI.

      vues du législateur sur la propagation de l'espece..

    • CH. XVII.

      De la Grece, et du nombre de ses habitants..

    • CH. XVIII.

      De l'état des peuples avant les Romains..

    • CH. XIX.

      Dépopulation de l'univers..

    • CH. XX.

      Que les Romains furent dans la nécessité de faire des loix pour la propagation de l'espece..

    • CH. XXI.

      Des loix des Romains sur la propagation de l'espece..

    • CH. XXII.

      De l'exposition des enfants..

    • CH. XXIII.

      De l'état de l'univers, après la destruction des Romains..

    • CH. XXIV.

      Changements arrivés en Europe, par rapport au nombre des habitants..

    • CH. XXV.

      Continuation du même sujet..

    • CH. XXVI.

      Conséquences..

    • CH. XXVII.

      De la loi faite en France, pour encourager la propagation de l'espece..

    • CH. XXVIII.

      Comment on peut remédier à la dépopulation..

    • CH. XXIX.

      Des Hôpitaux..

    • CHAPITRE I.

      Des religions en général..

    • CH. II.

      Paradoxe de Bayle..

    • CH. III.

      Que le gouvernement modéré convient mieux à la religion chrétienne, et le gouvernement despotique à la mahométane..

    • CH. IV.

      Conséquences du caractere de la religion chrétienne, et de celui de la religion mahométane..

    • CH. V.

      Que la religion catholique convient mieux à la monarchie, et que la protestante s'accommode mieux d'une république..

    • CH. VI.

      Autre paradoxe de Bayle..

    • CH. VII.

      Des loix de perfection dans la religion..

    • CH. VIII.

      De l'accord des loix de la morale avec celles de la religion..

    • CH. IX.

      Des Esséens..

    • CH. X.

      De la secte Stoïque..

    • CH. XI.

      De la contemplation..

    • CH. XII.

      Des pénitences..

    • CH. XIII.

      Des crimes inexpiables..

    • CH. XIV.

      Comment la force de la religion s'applique à celle des loix civiles..

    • CH. XV.

      Comment les loix civiles corrigent quelquefois les fausses religions..

    • CH. XVI.

      Comment les loix de la religion corrigent les inconvénients de la constitution politique..

    • CH. XVII.

      Continuation du même sujet..

    • CH. XVIII.

      Comment les loix de la religion ont l'effet des loix civiles..

    • CH. XIX.

      Que c'est moins la vérité ou la saufs d'un dogme, qui le rend utile ou pernicieux aux hommes dans l'état civil, que l'usage ou l'abus que l'on en fait..

    • CH. XX.

      Continuation du même sujet..

    • CH. XXI.

      De la métempsycose..

    • CH. XXII.

      Combien il est dangereux que la religion inspire de l'horreur pour des choses indifférentes..

    • CH. XXIII.

      Des fêtes..

    • CH. XXIV.

      Des loix de religion locales..

    • CH. XXV.

      Inconvénient du transport d'une religion d'un pays à un autre..

    • CH. XXVI.

      Continuation du même sujet..

    • CHAPITRE I.

      Du sentiment pour la religion.

    • CH. II.

      Du motif d'attachement pour les diverses religions..

    • CH. III.

      Des temples..

    • CH. IV.

      Des Ministres de la Religion..

    • CH. V

      Des bornes que les loix doivent mettre aux richesses du Clergé..

    • CH. VI.

      Des Monasteres..

    • CH. VII.

      DU luxe de la superstition..

    • CH. VIII.

      Du Pontificat..

    • CH. IX.

      De la tolérance en fait de religion..

    • CH. X.

      Continuation du même sujet..

    • CH. XI.

      Du changement de religion..

    • CH. XII.

      Des loix pénales..

    • CH. XIII.

      Très-humble remontrance aux Inquisiteurs d'Espagne et de Portugal..

    • CH. XIV.

      Pourquoi la religion Chrétienne est si odieuse au Japon..

    • CH. XV.

      De la propagation de la religion..

Éditions de l'œuvre

Livres150 documents7 documents numérisés

Documents à propos de cette Œuvre

Documents à propos de l'oeuvre Considérations sur les causes de la grandeur des Romains et de leur décadence (1734) / Charles-Louis de Secondat Montesquieu (baron de La Brède et de; 1689-1755)

Pages dans data.bnf.fr

Auteurs reliés

Cette page dans l'atelier

Sources et références

Voir dans le catalogue général de la BnF

Sources de la notice

  • Beaumarchais, 1984 (sous : Montesquieu, Charles-Louis de Secondat baron de) : forme retenue
  • Laffont Bompiani, Oeuvres, 1987 : Considérations sur les causes de la grandeur des Romains et de leur décadence
    Cioranescu, 18e s. (sous : Montesquieu, Charles-Louis de Secondat, baron de La Brède et de) : Considérations
  • BN Cat. gén. (sous : Montesquieu, Charles-Louis de Secondat, baron de la Brède et de) : Considérations sur les causes de la grandeur des Romains et de leur décadence

Autre forme du titre

  • Considérations (français)

Expositions virtuelles et ressources multimedia

  • Considérations sur les causes de la grandeur des Romains et de leur décadence
    [Voir la ressource]