Martha Mödl (1912-2001)

Illustration de la page Martha Mödl (1912-2001) provenant de Wikipedia
Pays :Allemagne
Langue :allemand
Sexe :féminin
Naissance :Nüremberg (Allemagne), 22-03-1912
Mort :Stuttgart (Allemagne), 17-12-2001
Note :
Artiste lyrique (mezzo-soprano puis soprano)
Domaines :Musique
ISNI :ISNI 0000 0000 7973 0225

Ses activités

Soprano69 documents3 documents numérisés

Mezzo-soprano8 documents1 document numérisé

Alto (voix)2 documents

Chant2 documents

Auteur du texte1 document

  • So war mein Weg

    [2. Aufl.]
    Description matérielle : 220 p.
    Description : Note : Liste des représentations 1942-1998 p. 199-216. - Discogr. et vidéogr. p. 191-198. Index
    Édition : Berlin : Parthas , 1999
    Auteur du texte : Thomas Voigt

    [catalogue][http://catalogue.bnf.fr/ark:/12148/cb376848006]

Documents à propos de cet auteur

Documents à propos de l'auteur Martha Mödl (1912-2001)

Pages dans data.bnf.fr

Auteurs reliés

Cette page dans l'atelier

Sources et références

Voir dans le catalogue général de la BnF

Sources de la notice

  • Documents de cet auteur : So war mein Weg / Martha Mödl ; Gespräche mit Thomas Voigt, 1999
  • Ouvrages de reference : Dict. biogr. des musiciens / Baker, Slonimsky, 1995
    Int. WWM 1996-1997
    Grove 6
    Le Monde, 2001-12-20
  • Catalogues de la BnF : BN-Opaline Audiovisuel, 2001-08-27

Biographie Wikipedia

  • Martha Mödl (née à Nuremberg le 22 mars 1912 et morte à Stuttgart le 17 décembre 2001) est une soprano, plus tard mezzo-soprano allemande, spécialiste des grands rôles dramatiques, notamment wagnériens (Isolde, Kundry, Brünnhilde). Elle commence ses études de chant sur le tard à 28 ans au conservatoire de sa ville natale. Elle fait ses débuts en 1942 dans le rôle de Hänsel, dans Hänsel und Gretel de Humperdinck). Elle développe peu à peu une tessiture de soprano dramatique, soutenue par un tempérament de tragédienne. Remarquée par Wieland Wagner, elle est de l'équipe des premières années du « nouveau Bayreuth », incarnant d'abord Kundry dans le Parsifal dirigé par Hans Knappertsbusch, lors de la réouverture du Festival en 1951. Elle y chante ensuite Isolde, Brünnhilde et même Sieglinde en 1954. Applaudie à Londres (Carmen mémorable de 1950), comme à Vienne (elle inaugure l'Opéra reconstruit, en 1955, dans un remarquable Fidelio), Paris ou New York, elle reste fidèle à l'Opéra de Stuttgart, dont elle fait officiellement partie depuis 1953. Ses enregistrements, pour la plupart pris sur le vif, font entendre son tempérament de feu et de sang, particulièrement sa Kundry de 1951, son Isolde de 1952 ou sa Léonore dans Fidelio de 1953. À partir des années 1960 et de la dégradation progressive de sa voix, elle passe au répertoire de mezzo (Clytemnestre dans Elektra). Elle se produit sur scène jusque peu avant sa mort, dans des rôles de plus en plus parlés, mais avec une intensité dramatique intacte.

Pages équivalentes