Marcus Caelius Rufus (0082?-0048? av. J.-C.)

Langue :latin
Naissance :- 82
Mort :- 48
Note :
Orateur et homme politique romain
Autres formes du nom :Marcus Coelius Rufus (0082?-0048? av. J.-C.)
Marco Celio Rufo (0082?-0048? av. J.-C.)
Marcus Celius Rufus (0082?-0048? av. J.-C.)

Documents à propos de cet auteur

Documents à propos de l'auteur Marcus Caelius Rufus (0082?-0048? av. J.-C.)

Pages dans data.bnf.fr

Cette page dans l'atelier

Sources et références

Voir dans le catalogue général de la BnF

Autres formes du nom

  • Marcus Coelius Rufus (0082?-0048? av. J.-C.)
  • Marco Celio Rufo (0082?-0048? av. J.-C.)
  • Marcus Celius Rufus (0082?-0048? av. J.-C.)

Biographie Wikipedia

  • Marcus Caelius Rufus (28 mai 82 av. J.-C. - après 48) était un orateur et politicien de la fin de la République romaine, né dans une riche famille équestre d'Interamnia Praetuttiorum (aujourd'hui, Teramo), sur la côte centre-est de l'Italie. Il est surtout connu pour son procès pour violence publique (de vi publica) en mars 56, quand Cicéron le défendit par un discours, le Pour Caelius (en) (Pro Caelio), qui nous est parvenu, ainsi que comme le destinataire et l'auteur de quelques-unes des lettres mieux écrites dans le corpus ad familiares de la correspondance existante de Cicéron.En 59, Caelius accuse Gaius Antonius Hybrida d'avoir pris part à la conjuration de Catilina.En 56, Caelius est poursuivi pour violence (vis), plus précisément pour le meurtre d'un ambassadeur. Il est défendu avec succès par Crassus et, surtout, par Cicéron, dont le discours Pro Caelio établit que le procureur, Atratinus, était manipulé par Clodia pour se venger de Caelius d'une affaire qui avait mal tourné.Caelius est questeur en 55 ou 54, tribun de la plèbe en 52, et édile curule en 50. Au cours de cette période, il écrit une série de lettres pleines d'esprit et instructif à Cicéron, qui servait en tant que proconsul de Cilicie à l'époque.En 49, lorsque débute la Guerre civile, Caelius prend le parti de Jules César contre Pompée. En 48, il accède à la préture en qualité de préteur pérégrin. Toutefois, lorsque son projet de programme de réduction de la dette a été contestée par le Sénat et il a été suspendu de ses fonctions, il a rejoint Milon dans une rébellion contre César qui est rapidement écrasée. Rufus et Milon sont exécutés.

Pages équivalentes