BnF
BnF

Henri Desmarets (1661-1741)

Image from Gallica about Henri Desmarets (1661-1741)
Country :
Language :
Gender :
masculin
Birth :
Death :
Note :
Compositeur
Field :
ISNI :

Occupations

Compositeur200 documents16 digitized documents

Loading information

Compositeur de l'œuvre adaptée2 documents1 digitized document

Loading information

Arrangeur1 document

Loading information

Auteur du texte1 document1 digitized document

Loading information

Auteur ou responsable intellectuel2 documents

Loading information

Auteur ou responsable intellectuel (autre)1 document

Loading information

Documents about this author

Documents about the author Henri Desmarets (1661-1741)

Pages in data.bnf.fr

Related authors

This page in data.bnf.fr lab

Sources and references

Sources for the record

  • Didon : tragédie représentée par l'Académie royale de musique / [paroles de Mme de Saintonge ; musique de Desmarets], 1704
  • DBF : Desmarets, Henri
    Dict. de la musique en France / sous la dir. de Marcelle Benoit, 1992 : Desmarest, Henry
    Grove 6
    Écorcheville : Desmarais, Desmarets
    Dictionnaire biographique des musiciens / Theodore Baker, Nicolas Slonimsky, 1995 : Desmarest, Henry
    Lesure, Catalogue

Variants of the name

  • Henry Desmarets (1661-1741)
  • Henri Des Marets (1661-1741)
  • Henri Desmarestz (1661-1741)
  • Henry Desmarest (1661-1741)
  • Henri Desmarais (1661-1741)
  • Henri Démarets (1661-1741)

Wikipedia Biography

  • Henry Desmarest est un musicien et compositeur français de l'époque baroque né à Paris en février 1661 et mort à Lunéville le 7 septembre 1741. Son père, Hugues, était huissier au Châtelet, et mourut en 1668 en le laissant fils unique. Il fit des études parmi les pages de la chapelle du roi, et apprit la musique pour laquelle il était très doué. En 1682 il composa une Idylle à l'occasion de la naissance du duc de Bourgogne et l'année suivante, concourut sans succès au poste de sous-maître de la Chapelle royale. Il se maria en 1689, et il naquit une fille de ce premier mariage. Il composa plusieurs œuvres scéniques pour le compte de l'abbé Coupillet, un des sous-maîtres de la Chapelle royale, qui les faisait passer pour ses propres compositions, mais en 1693, celui-ci fut renvoyé après la découverte de sa supercherie. Sa première épouse, Elisabeth, mourut en 1696 et cet accident noua le destin du musicien pour de nombreuses années. En effet, l'année suivante, il échangeait une promesse de mariage avec Marie-Marguerite de Saint-Gobert, une jeune fille de 19 ans dont le père, médecin de Gaston d'Orléans, ne voulut pas entendre parler. Néanmoins, le couple eut un enfant, et M. de Saint-Gobert entama une action judiciaire contre Henry Desmarest pour séduction et rapt. Le procès, ouvert en 1699, se termina par la condamnation de Desmarest : le couple s'enfuit à Bruxelles pour échapper à la justice française. Le 28 mai 1700, Desmarest, condamné par contumace, fut pendu en effigie en place de Grève : il ne pouvait plus être question de retourner en France. Mais il obtint un poste en Espagne sous la protection de Philippe V (le propre petit-fils de Louis XIV). Le mariage fut validé en 1702, mais dès 1703 les musiciens français furent renvoyés de la cour d'Espagne, remplacés par une troupe de musiciens italiens. Sur recommandation d'un ami, Desmarest trouva en 1707 une place de surintendant de la musique à la cour du duc Léopold Ier de Lorraine à Nancy (à l'époque,la Lorraine était un état souverain). C'est dorénavant en Lorraine que devait se dérouler le reste de sa carrière et de sa vie, ponctué par la naissance de plusieurs enfants dont la plupart moururent en bas âge. Louis XIV refusa toujours de gracier Desmarest. Cela arriva pourtant, plus tard, après la mort du roi par lettres patentes de 1720 confirmées l'année suivante par le Parlement de Paris qui levèrent toutes les condamnations. Un contrat de mariage fut enfin conclu : le mari avait 60 ans. Son épouse mourut en 1727 et lui-même en 1741. La musique de Desmarest est essentiellement une musique de scène, notamment dans les genres mis au point par Lully : tragédies lyriques (Didon, Circé, Théagène & Chariclée, Iphigénie en Tauride, Renaud ou la suite d'Armide), opéras-ballets (Les Amours de Momus, Les Fêtes galantes), pastorales héroïques (Diane & Endymion), divertissements, cantates, etc.

Closely matched pages

Last update : 21/02/2014