Jon Vickers

Country :Canada
Gender :masculin
Note :Artiste lyrique (ténor)
ISNI :ISNI 0000 0001 0995 3690

Occupations

Ténor189 documents3 digitized documents

Chant2 documents

Auteur du texte1 document

Voix parlée1 document

Documents about this author

Documents about the author Jon Vickers

Pages in data.bnf.fr

Related authors

This page in data.bnf.fr lab

  • This experimenting space presents innovating visualizations of data.bnf.fr data: diagrams, timelines, maps. This data is available and freely usable (Open license), in RDF or JSON.

Sources and references

Sources

  • Jon Vickers / Jeannie Williams, 1999
  • Pâris
    Grove 6
    Kutsch

Wikipedia Biography

  • Jon (Jonathan Stewart) Vickers est un ténor canadien, né le 29 octobre 1926 à Prince Albert en Saskatchewan. Après une formation musicale à Toronto, il débute à Londres en 1956 et à Bayreuth en 1958. Il fut le ténor héroïque le plus demandé des années 1960.Une voix particulièrement puissante et aux nuances semble-t-il infinies, ainsi qu'un physique massif et carré firent de lui un spécialiste des rôles les plus lourds du répertoire : Siegmund, Tristan, Otello (Verdi), Énée, Samson. C'était aussi un Florestan, un Peter Grimes et un Parsifal réputé.Jon Vickers avait la réputation de toujours croire tout savoir (reproche adressé par Birgit Nilsson) et de prendre des libertés quelquefois choquantes avec les parties qu'il interprétait (Benjamin Britten était horrifié par son interprétation de Peter Grimes). De fait, autant la technique de Vickers est parfaite et son expressivité grande, autant sa tendance à l'histrionisme vocal est parfois patente (Tristan et Isolde dirigé par Herbert von Karajan), ainsi que son incapacité à prononcer correctement l'allemand. Jon Vickers est un chrétien fervent, raison pour laquelle il avait toujours refusé d'interpréter le rôle-titre de Siegfried, qu'il jugeait trop païen. Le même personnage dans Le Crépuscule des dieux lui paraissait plus acceptable, mais une fois qu'il se fut enfin senti prêt à cela, l'occasion ne lui fut jamais donnée de l'interpréter.

Closely matched pages