Sid Ahmed Ghozali

Country :Algérie
Language :français
Gender :masculin
Note :Ambassadeur d'Algérie à Paris (en 1993). - Premier ministre (jusqu'au 8 juillet 1993) de la Ligue algérienne
Field :Science politique
ISNI :ISNI 0000 0000 0136 9687

Occupations

Préfacier2 documents

  • Les gardiens de la Révolution

    l'armée intégriste et terroriste

    Material description : 1 vol. (333 p.-[4] p. de pl.)
    Note : Note : La couv. porte en plus : "Iran". - En appendice, choix de documents. - Index
    Edition : Paris : J. Picollec , impr. 2008

    [catalogue][http://catalogue.bnf.fr/ark:/12148/cb41350853z]
  • Gaza, au coeur de la tragédie

    Material description : 1 vol. (235 p.-[14] p. de pl.)
    Note : Note : La couv. porte en plus : "essai". - En appendice, chronologie d'Israël
    Edition : Boulogne-Billancourt : Timée-éd. , DL 2009
    Auteur du texte : Yves Bonnet

    [catalogue][http://catalogue.bnf.fr/ark:/12148/cb41485653d]

Pages in data.bnf.fr

Related authors

This page in data.bnf.fr lab

Sources and references

Sources

  • Les gardiens de la Révolution / Mehdi Abrichamtchi ; préface de Sid Ahmed Ghozali, impr. 2008

Wikipedia Biography

  • Sid Ahmed Ghozali (arabe: سيد أحمد غزالي) (né le 31 mars 1937 à Tighennif (wilaya de Mascara) en Algérie) est un homme d'État algérien.Ingénieur de l'École nationale des ponts et chaussées de Paris (ENPC) , Sid Ahmed Ghozali a vécu quatre ans à Antony en banlieue parisienne où il se lia d'amitié avec Lionel Jospin. Au sortir de l'indépendance, Sid Ahmed Ghozali est membre du FLN et allié de Houari Boumédiène. Ce dernier, après son arrivée en force au pouvoir, nomme Sid Ahmed Ghozali à la tête de Sonatrach de 1966 à 1977, date à laquelle il devient ministre de l'Industrie et de l'Énergie.De 1988 à 1989 Sid Ahmed Ghozali est ministre des Finances, puis ministre des Affaires étrangères jusqu'en 1991. Le 5 juin 1991, il succède à Mouloud Hamrouche au poste de Premier ministre.En 1991, le gouvernement annule les élections, anticipant une victoire du Front islamique du salut (FIS). Le pays entre alors dans une guerre civile, qui oppose les groupes islamistes et le gouvernement par l'intermédiaire de l'armée nationale populaire. En janvier 1992, Chadli Bendjedid présente sa démission sous la pression de généraux de l'armée[réf. nécessaire], et c'est Mohamed Boudiaf qui devient le président du Haut Comité d'État. Ahmed Ghozali est alors écarté du pouvoir[réf. souhaitée]<span />. Il est ambassadeur d'Algérie en France entre 1992 et 1994. Il présente sa candidature à l'élection présidentielle algérienne de 1999 puis de 2004, mais sans succès.

Closely matched pages