BnF
BnF

Jules Verreaux (18..-18..)

Image from Gallica about Jules Verreaux
Country :
Language :
Gender :
masculin
Birth :
Death :
Note :
Auteur

Occupations

Auteur du texte1 document1 digitized document

  • [Illustrations de L'Océanie en estampes ou Description géographique et historique de toutes les îles du Grand Océan et du continent de la Nouvelle Hollande, Notasie, Polynésie, Australie]

    Material description : 59 est. : lithogr. et grav. sur métal : coul. ; 19 x 11,5 cm et moins
    Note : Technique de l'image : Estampe Note : Acq. : Museum National d'Histoire Naturelle
    Edition : 1832 Paris. - London Nepveu. - C. Tilt
    Auteur du texte : Edouard Verreaux

    [catalogue, Visualize the document in Gallica][http://catalogue.bnf.fr/ark:/12148/cb38495529b]
Loading information

Pages in data.bnf.fr

This page in data.bnf.fr lab

  • This experimenting space presents innovating visualizations of data.bnf.fr data: diagrams, timelines, maps. This data is available and freely usable (Open license), in RDF or JSON.

Sources and references

Wikipedia Biography

  • Jules Pierre Verreaux, né le 24 août 1807 et mort le 7 septembre 1873 probablement en Angleterre, est un botaniste et un ornithologue français. Il est le frère d'Édouard Verreaux (1810-1868) et le neveu de Pierre Antoine Delalande (1787-1923), préparateur au Muséum national d'histoire naturelle de Paris. Son intérêt pour l'histoire naturelle est favorisé par l'environnement familial : son père, empailleur, tenant un commerce d'objets d'histoire naturelle. En 1818, son oncle, Delalande, l'emmène avec lui dans une expédition en Afrique du Sud d'où il rapportera, après trois ans d'effort, plus de spécimens (dont un millier d'espèces d'Insectes). À son retour à Paris, il suit les cours de Georges Cuvier (1769-1832) et d'Isidore Geoffroy Saint-Hilaire (1805-1861). Séduit par la beauté de cette région, Verreaux retourne au Cap en 1825 où il reste treize ans. Il fournit en spécimen le commerce de son père et participe à la fondation du Muséum d'histoire naturelle du Cap du zoologiste Sir Andrew Smith (1797-1872). Avec son frère, Édouard, il fait également des voyages en Asie du Sud-Est, Verreaux espère que les immenses collections qu'il rapporte à Paris en 1838 lui assureront la place qu'il mérite. Le bateau qui le ramène en France, le Lucullus, fait naufrage au large de La Rochelle : Verreaux en est le seul survivant et tout est perdu. Après avoir travaillé quelque temps dans la boutique de son père, il obtient une place, en 1842, au Muséum de Paris comme naturaliste voyageur. Il entame alors un voyage de cinq années en Australie et en Tasmanie et revient en France avec une collection de spécimens. En 1864, il obtient une place d'assistant naturaliste au Muséum où il s'occupe de taxidermie (notamment de mises en scène, très à la vogue alors, où les animaux sont présentés dans une posture naturelle). Jules Verreaux est considéré comme l'un des plus grands ornithologues de son temps. Diverses espèces lui ont été dédiées dont : Le coua de Verreaux, Coua verreauxi, par Alfred Grandidier (1836-1921) en 1867. La colombe de Verreaux, Leptotila verreauxi, par Charles Lucien Bonaparte (1803-1857) en 1855. Le paradoxornis de Verreaux, Paradoxornis verreauxi par Richard Bowdler Sharpe (1847-1909) en 1883. L'aigle de Verreaux, Aquila verreauxii par René Primevère Lesson (1794-1849) en 1831. Le propithèque de Verreaux, Propithecus verreauxi par Alfred Grandidier (1836-1921) en 1867. Litoria verreauxii par Auguste Duméril (1812-1870) en 1853.

Closely matched pages

Last update : 04/07/2014