Francisco Antonio Zea (1766-1822)

Country :Colombie
Language :espagnol; castillan
Gender :masculin
Birth :1766
Death :1822
Note :Botaniste. - Révolutionnaire. - Président du congrès d'Angostura (1819), vice-président de la république de Grande-Colombie, ambassadeur plénipotentiaire en Europe
Field :Histoire du reste du monde
ISNI :ISNI 0000 0000 8123 3367

Occupations

Auteur du texte1 document

  • Bolívar [ : Proclamas], Camilo Torres [ : Memorial y alocuciones] y Francisco Antonio Zea [ : Discurso pronunciado en Angostura el 1° de enero de 1819 ; Mediación entre España y América]

    Material description : In-8° , 286 p.
    Note : Note : Les écrits de F. A. Zea occupent les p. 187-282. - Biblioteca aldeana de Colombia. Selección Samper Ortega de literatura colombiana. Elocuencia, n° 72
    Edition : Bogotá : Editorial Minerva , 1936

    [catalogue][http://catalogue.bnf.fr/ark:/12148/cb316833400]

Documents about this author

Documents about the author Francisco Antonio Zea (1766-1822)

Pages in data.bnf.fr

This page in data.bnf.fr lab

Sources and references

Sources

  • Bolívar [ : Proclamas], Camilo Torres [ : Memorial y alocuciones] y Francisco Antonio Zea [ : Discurso pronunciado en Angostura el 1 ̊ de enero de 1819 ; Mediación entre España y América], 1936

Wikipedia Biography

  • Francisco Antonio Zea est un homme scientifique et politique colombien, né en 1766 à Medellín en Colombie et mort en 1822 à Bath en Angleterre. Il fut baptisé le 23 novembre 1766 sous le nom de Juan Francisco Antonio Hilarión. Ses parents, don Pedro Zea et doña Rosalía Díaz, appartenaient à un groupe de Basques qui colonisèrent Antioquia. Zea eut deux sœurs : María Francisca et María de Jesús. Don Pedro occupa quelques fonctions importantes à Villa de la Candelaria de Medellín, alors récemment fondée, et à Santa Rosa de Osos. Lorsque Zea naît, Pedro Messía de la Cerda est vice-roi de Nouvelle-Grenade et José Barón de Chaves régit le département d'Antioquia ; c'était une période marquée par le chômage, par beaucoup de restrictions au travail et des impôts élevés.

Closely matched pages