Julien Busson (1717-1781)

Illustration de la page Julien Busson (1717-1781) provenant de Wikipedia
Pays :France
Langue :français
Sexe :masculin
Naissance :Dinan, Côtes d'Armor, 11-05-1717
Mort :04-01-1781
Note :
A aussi écrit en latin
Médecin, reçu docteur en 1742 à l'Université de Paris
Autre forme du nom :Julianus Busson (1717-1781)
ISNI :ISNI 0000 0000 0773 733X

Ses activités

Auteur du texte4 documents

  • An ab ictu, lapsu nisuve quandoque vertebrarum caries ? (Praes. Francisco-Josepho Hunauld. Cand. Juliano Busson.)

    Description matérielle : In-4 ° Pièce
    Édition : Parisiis , 1742

    [catalogue][http://catalogue.bnf.fr/ark:/12148/cb36861750j]
  • An a recta crisium doctrina et observatione medicina certior ? (Praes. Bartholomes Murry. Cand. Juliano Busson.)

    Description matérielle : In-4 ° Pièce
    Édition : Parisiis , 1741

    [catalogue][http://catalogue.bnf.fr/ark:/12148/cb36861749b]
  • An redeunte vere cito redeat convalescenti sanitas ? (Praes. Joanne-Baptisto De Diest. Cand. Juliano Busson.)

    Description matérielle : In-4 ° Pièce
    Édition : Parisiis , 1741

    [catalogue][http://catalogue.bnf.fr/ark:/12148/cb368617480]
  • An sanguis in foetu a dextra in sinistram cordis auriculam per foramen ovale transeat, non secus ? (Praes. Leandro Peaget. Cand. Juliano Busson.)

    Description matérielle : In-4 ° Pièce
    Édition : Parisiis , 1741

    [catalogue][http://catalogue.bnf.fr/ark:/12148/cb36861747n]

Éditeur scientifique2 documents1 document numérisé

Auteur présumé du texte1 document

  • Contenu dans : Histoire d'Ema

    Considerations philosophiques sur l'Histoire d'Ema. Seconde partie.. - [1]

    Description matérielle : 2 parties en 1 vol. ([2]-241-[1] p. ; [4]-XXX-154 p.)
    Description : Note : D'après Barbier, première partie par Claude de Thiard de Bissy, seconde partie attribuée à Julien Busson, éd. par Jean-Pierre Moet. - Adresse restituée d'après la permission tacite accordée le 11 janvier 1752 (BnF, ms. fr. 21994, n° 114 ; fr. 21982). - Lettrines et bandeaux typogr.. - La seconde partie intitulée "Considérations philosophiques sur l'Histoire d'Ema" a une p. de titre et une pagination propres
    Sources : CG, CXVI, 241. - Genre romanesque, 1751-1800
    Édition : , 1752

    [catalogue]

Pages dans data.bnf.fr

Auteurs reliés

Cette page dans l'atelier

Sources et références

Voir dans le catalogue général de la BnF

Sources de la notice

  • Documents de cet auteur : An ab ictu, lapsu nisuve quandoque vertebrarum caries ? / (Praes. Francisco-Josepho Hunauld. Cand. Juliano Busson), 1741
  • Ouvrages de reference : DBF
    Archives départementales des Côtes-d'Armor, Saint-Brieuc, 6 E, Dinan, paroisse Saint-Sauveur, baptêmes, mariages et sépultures 1717, f. 7 r° (acte de baptême)
  • Catalogues de la BnF : BN Cat. gén.

Autre forme du nom

  • Julianus Busson (1717-1781)

Biographie Wikipedia

  • Julien Busson, né à Dinan en 11 mai 1717 et mort le 7 janvier 1781, est un médecin français.Fils de négociants, Busson fit ses études à Paris et fut d’abord destiné à l’état ecclésiastique, dont il se dégoûta bientôt. Il se livra alors avec ardeur à la médecine et, en 1742, il fut reçu docteur de la faculté de Paris. La duchesse du Maine le fit son lecteur et son médecin ordinaire, mais la fatigue que lui occasionnèrent emplois et ses travaux habituels détruisirent sa santé. Il vint respirer l’air natal pour la rétablir et se fixa ensuite à Rennes.Nommé successivement par les états de Bretagne médecin de la mine de Pont-Péan, inspecteur des hôpitaux, secrétaire de la société d’agriculture, il quitta Rennes pendant les troubles parlementaires de 1769, et revint à Paris. Il fut nommé médecin de la comtesse d’Artois.Doué d’une mémoire prodigieuse, d’une élocution facile et de cette aisance que donne la bonne compagnie, Busson avait épousé une demoiselle d’honneur de la duchesse du Maine qui lui donna une famille nombreuse. Il mourut, à l’âge de soixante-quatre ans, d’un polype au nez, qui résista à tous les efforts de la médecine.Busson a revu, corrigé et augmenté le Dictionnaire universel de médecine de James, 6 vol. in-fol., 1746 que Diderot, Eidous et Toussaint avaient traduit de l’anglais.Il a en outre publié plusieurs opuscules relatifs à la médecine, dans lesquels il fait preuve d’un grand talent d’observation.

Pages équivalentes