Abdullah Öcalan (1949-....)

Image non encore disponible
Pays :Turquie
Langue :kurde
Sexe :masculin
Note :
Leader du Parti des travailleurs du Kurdistan (PKK), emprisoné en 1999. - On l'appelle familièrement "Apo" y compris dans la presse locale
Domaines :Science politique
ISNI :ISNI 0000 0000 7842 6088

Ses activités

Auteur du texte1 document

  • The third domain

    reconstructing liberation, extracts from the submissions to the ECHR

    Description matérielle : 82 p.
    Description : Note : La page de garde porte : "Second revised edition". - ECHR = European court of human rights
    Édition : Cologne : International initiative Freedom for Öcalan - Peace in Kurdistan , 2003

    [catalogue][https://catalogue.bnf.fr/ark:/12148/cb392581277]

Documents à propos de cet auteur

Documents à propos de l'auteur Abdullah Öcalan (1949-....)

Pages dans data.bnf.fr

Cette page dans l'atelier

Sources et références

Voir dans le catalogue général de la BnF

Sources de la notice

  • Documents de cet auteur : The third domain / Abdullah Öcalan, 2003
    Öcalan et le PKK / Sabri Cigerli, Didier Le Saout, cop. 2005
  • Ouvrages de reference : LCA (2004-10-18)
  • Catalogues de la BnF : BnF Service turc

Biographie Wikipedia

  • Abdullah Öcalan, connu sous le nom d'Apo, né le 4 avril 1949 dans le village de Ömerli (Amara en kurde), rattaché à la ville de Halfeti à Urfa, est l’un des fondateurs et le dirigeant du Parti des travailleurs du Kurdistan (PKK, Partiya Karkêren Kurdistan), organisation considérée comme terroriste par la Turquie, les États-Unis et l'Union européenne entre autres.Après avoir été capturé au Kenya au cours d'une opération menée conjointement par les services secrets turcs, américains et israéliens le 15 février 1999, il est jugé le 28 avril 1999 pour trahison à la nation (d'après la loi 125 du code pénal turc) et condamné à mort le 29 juin 1999 pour avoir fondé et dirigé une organisation armée considérée comme terroriste. La peine est commuée en prison à vie en 2002 lorsque la Turquie abolit la peine de mort dans la perspective de son adhésion à l'Union Européenne. Depuis il est le seul détenu de l'île prison d’İmralı sur laquelle, selon ses avocats, il subit régulièrement des agressions psychologiques – situation dénoncée notamment par Amnesty International et le Comité européen pour la prévention de la torture et des peines ou traitements inhumains ou dégradants. En 2009, des travaux ont été réalisés pour agrandir la prison afin que d'autres détenus, dont des membres du PKK, y soient incarcérés. Selon la presse turque, son incarcération coûterait 70 000 euros par jour.Öcalan est également l'initiateur du confédéralisme démocratique, courant politique partagé par plusieurs formations de la gauche kurde.

Pages équivalentes