Min pi (reine de Corée, 1851-1895)

Image non encore disponible
Pays :Corée avant 1948
Langue :coréen
Sexe :féminin
Naissance :24-09-1851
Mort :08-04-1895
Note :
Reine de Corée sous le nom de Myōñ sōñ hoañ hu 1866-1895
Autres formes du nom :Myōñ sōñ hoañ hu (reine de Corée, 1851-1895)
Min bi (reine de Corée, 1851-1895)
Myongsong Hwanghu (reine de Corée, 1851-1895)
Voir plus
ISNI :ISNI 0000 0000 7147 3156

Documents à propos de cet auteur

Documents à propos de l'auteur Min pi (reine de Corée; 1851-1895)

Pages dans data.bnf.fr

Cette page dans l'atelier

Sources et références

Voir dans le catalogue général de la BnF

Sources de la notice

  • Documents de cet auteur : Myōñ sōñ hoañ hu oa Tä han če uk / Han Yōñ-U, 2001
  • Ouvrages de reference : LCNA : Min Pi, 1851-1895 (2004-10-25)
  • Catalogues de la BnF : BnF Service coréen

Autres formes du nom

  • Myōñ sōñ hoañ hu (reine de Corée, 1851-1895)
  • Min bi (reine de Corée, 1851-1895)
  • Myongsong Hwanghu (reine de Corée, 1851-1895)
  • Min Hwanghu (reine de Corée, 1851-1895)

Biographie Wikipedia

  • L'impératrice Myeongseong (19 octobre 1851 - 8 octobre 1895), aussi connu comme la reine Min, était la première épouse officielle du roi Gojong, 26e roi de la dynastie Joseon de la Corée. En 1902, elle a reçu le nom posthume Hyoja Wonseong Jeonghwa Hapcheon Honggong Seongdeok Myeongseong Taehwanghu (hangeul : 효자 원성 정화 합천 홍 공성 덕명 성태 황후, hanja : 孝慈元圣正化合天洪功诚德明成太皇后), souvent abrégé en Myeongseong Hwanghu (hangeul : 명성 황후, hanja : 明成皇后).Au petit matin du 9 octobre 1895, l'impératrice est violée, assassinée puis brulée sous les ordres de Miura Gorō, un lieutenant général de l'armée impériale japonaise. Elle avait 43 ans. L'assassinat fut motivé par la volonté de l'impératrice de se rapprocher de la Russie pour contrecarrer les ambitions japonaises. L'attentat fut mené par un groupe de soldats et de ronins. L'impératrice et trois dames de cour furent tuées. Son corps fut brûlé dans la forêt de pin en face des appartements impériaux et ses cendres y furent dispersées. L'attentat provoqua la réprobation des occidentaux, ce qui conduisit le Japon à organiser un faux procès où Miura Goro fut acquitté.

Pages équivalentes