BnF
BnF

ʿAbd Allâh ʿAzzām (1941-1989)

Country :
Language :
Gender :
masculin
Birth :
Djénine, Palestine, 1941
Death :
Note :
Docteur en sciences islamiques, a enseigné à l'université de Djeddah. - A fondé le bureau des services = markaz al-ẖidamāt à Peshawar en 1984, et dirigé le journal Al-Jihad
Variants of the name :
عبد اللّه عزّام (1941-1989) (arabe)
Abdallah Azzam (1941-1989)
ISNI :

Occupations

Auteur du texte1 document

  • Āyāt al-Raḥmân fī ǧihād al-Afġān

    Material description : 1 vol. (174 p.)
    Note : Note : Notes bibliogr.
    Edition : 1985 Al-Iskāndariyyaẗ Dār al-Daʿwaẗ. - 1985 الإسكندريّة دار الدعوة

    [catalogue][http://catalogue.bnf.fr/ark:/12148/cb40221509z]
Loading information

Documents about this author

Documents about the author ʿAbd Allâh ʿAzzām (1941-1989)

Pages in data.bnf.fr

This page in data.bnf.fr lab

Sources and references

Sources for the record

  • Wilādaẗ al-Afġān al-ʿArab : sīraẗ ʿAbd Allâh Anas bayna Masʿūd wa-ʿAbd Allâh ʿAzzām / ʿAbd Allâh Anas, 2002
  • BnF Service arabe, 2011-04-13

Variants of the name

  • عبد اللّه عزّام (1941-1989) (arabe)
  • Abdallah Azzam (1941-1989)

Wikipedia Biography

  • Abdullah Yussuf Azzam est né en 1941 à Selat Al Harithia et mort en 1989, un village au Nord de la Palestine dans le district de Genine. Le nom de son père était Mustafa Azzam, il mourut un an après l'assassinat de son fils le 24 novembre 1989. Sa mère s’appelait Zakia Saleh, elle mourut avant qu'Abdullah Azzam ne soit tué et fut enterrée dans le camp de Pabi. Depuis qu’il était enfant, il était connu pour sa détermination et ses sérieuses dispositions. Avant qu’il ne soit en âge de le faire, il rejoignit les Frères musulmans. Abdullah ‘Azzam reçut son éducation élémentaire et secondaire dans son village puis continua ses études au collège agricole de Khadorri où il obtint un diplôme. Après avoir obtenu sa licence au collège de Khadorri, il travailla comme professeur dans un village nommé Adder dans le sud de la Jordanie. Plus tard il entra au collège de Charia à l’université de Damas où il obtint une licence en 1966. Après que les israéliens eurent pris la Cisjordanie en 1967, Abdullah Azzam décida d’émigrer en Jordanie. En 1978, il partit enseigner à l'université de Djedda, en Arabie saoudite, puis, au début des années 1980, à l'Université islamique internationale d'Islamabad, au Pakistan. En 1984, il atterrit à Peshawar pour créer le Maktab al-Khadamat (MAK), organisme, financé par les saoudiens, chargé de recruter et d'organiser, les volontaires musulmans venant du monde entier pour combattre les soviétiques en Afghanistan. Pour Milton Bearden, chef de l'antenne locale de la CIA, au Pakistan, entre 1986 et 1989, il y eut environ 25 000 volontaires musulmans étrangers qui vinrent pour le djihad afghan, dont la moitié ont combattu. Selon Barett Rubin, directeur de recherche à l'university Colombia, Azzam a été engagé par la C.I. A pour unifier les factions rebelles en Afghanistan. Fréquemment, il se rendait aux États-Unis pour prêcher, en particulier à New York (mosquée Al Farooq) et Jerzey city (Mosquée Al-Salam), souvent en compagnie d'El Sayyid-Nosair. Pour Azzam, le djihad était une obligation morale. Dans son livre le plus connu, Défendre la terre des musulmans : La première obligation après la foi, il affirmait que le djihad afghan n'était qu'un début : « Ce devoir ne prendra pas fin avec la victoire de l'Afghanistan; le djihad restera une obligation individuelle jusqu'à ce que toutes les autres terres musulmanes soient libérées de l'occupation : nous attendent ainsi la Palestine, les Philippines, le Cachemire, le Liban, le Tchad, l'Érythrée, la Birmanie, etc.  » Azzam sortait donc du cadre purement afghan, pour internationaliser le djihad et sera donc le père spirituel de Ben Laden et de l'organisation Al-Qaida. En plus du recrutement, Azzam s'efforçait aussi d'inculquer aux volontaires le goût du martyre, mettant en avant les récompenses promises et citant le seul hadith dans lequel le Prophète garantit au chahid, l'absolution de tous ses péchés, soixante et douze vierges et la permission d'emmener au Paradis soixante-dix membres de sa famille. Un autre prédicateur musulman, le docteur Ayman Al-Zawahiri, chef du Jihad islamique égyptien, fait des prêches à Peshawar. Il rencontre Azzam et Ben Laden sur place, mais un lourd contentieux l'opposera au premier. C'est peut-être ce contentieux entre les deux hommes qui vaudra à Abdullah Azzam d'être tué dans un attentat à la voiture piégée, en novembre 1989, à Peshawar. On attribue souvent la responsabilité de cet assassinat à Ben Laden. Mais aucune preuve de sa responsabilité n'a pu être apportée.

Closely matched pages

Last update : 04/07/2014