Louis-Félix de La Rue (1731-1765?)

Pays :France
Sexe :masculin
Naissance :Paris (France), 1731
Mort :1765
Note :
Sculpteur, dessinateur et graveur sur cuivre. - Frère de Philibert-Benoît de La Rue, avec qui il est souvent confondu. - Élève du sculpteur Lambert-Sigisbert Adam
Autres formes du nom :Louis-Félix de La Rue (le Jeune, 1731-1765?)
Junior La Rue (1731-1765?)
Louis-Félix de Larue (1731-1765?)
Voir plus
ISNI :ISNI 0000 0001 1475 1882

Ses activités

Dessinateur5 documents

  • [Décoration du Palais d'Armide]

    [dessin]

    Description matérielle : 1 dessin : Dessin à la plume et à l'encre de Chine et lavis bistre ; 35 x 49,7 cm (f.)
    Description : Technique de l'image : dessin. - lavis d'encre. - encre de Chine noire. - plume
    Note : Si ce dessin concerne aussi l'Armide de Lully, alors ce palais constituait le décor de l'acte V de l'opéra "Armide" par Lully et Quinault, tragédie en musique en cinq actes et un prologue par Jean-Baptiste Lully, composée en 1686 sur un livret de Philippe Quinault. Le sujet est emprunté à la Jérusalem délivrée (Gerusalemme liberata) du Tasse. Il s'agit probablement d'un dessin pour la représentation de l'opéra datée de 1760 (Theatrum mundi, p. 174)
    Il s'agit du palais enchanté de la magicienne Armide, expliquant le décor foisonnant accumulant coquilles, fleurs et végétaux symbolisant la nature génératrice que contrôlait la magicienne. Au centre, une rotonde avec sous un baldaquin des statues de divinités féminines soulevant Amour avec un arc. Les statues encadrant l'allée sont dans l'attitude de la Vénus pudique. On peut aussi noter que l'intérieur, avec sa coupole et ses décors, évoque Saint-Pierre-de-Rome par le baldaquin du Bernin et les piles de la coupole percées de niches accueillant des statues
    Dans cet acte, subissant l'effet de la magie d'Armide, Renaud brûle d'amour. La magicienne redoute pourtant l'amour de Renaud pour la Gloire. Laissé seul en compagnie des Plaisirs, Renaud est sorti de ses illusions par ses compagnons, Ubalde et le Chevalier danois, grâce à un bouclier de diamant lui présentant son reflet. Armide reparaît et supplie Renaud de rester mais s'évanouit. Revenue à elle, elle ordonne à ses démons de détruire son palais enchanté puis fuit sur un char volant
    Sur le dessin est inscrit "De Wailly f. 1779" mais la notice de Theatrum mundi indique 1760
    Sources : Catalogue de dessins relatifs à l'histoire du théâtre conservés au Département des estampes de la Bibliothèque nationale, avec la description d'estampes rares sur le même sujet, récemment acquises de M. Destailleur / par Henri Bouchot, 1896, n. 420
    Sources : Theatrum Mundi : die Welt als Bühne (cat. exp. Münich : Haus der Kunst) / Maria Ines Aliverti et Ulf Küster, 2003, p. 178 n. 117
    Dessinateur : Charles de Wailly (1729-1798)

    [catalogue][http://catalogue.bnf.fr/ark:/12148/cb450458085]
  • Décoration du Palais d'Armide

    [dessin]

    Description matérielle : 1 dessin : Dessin à la plume et à l'encre de Chine et lavis bistre ; 53,7 x 67,5 cm (f.)
    Description : Technique de l'image : dessin. - lavis d'encre. - encre de Chine noire. - plume
    Note : Ce palais constituait le décor de l'acte V d' "Armide" par Lully et Quinault, tragédie lyrique en musique en cinq actes et un prologue par Jean-Baptiste Lully, composée en 1686 sur un livret de Philippe Quinault et représentée le 15 février à l'Académie Royale de Musique. Le sujet est emprunté à la Jérusalem délivrée (Gerusalemme liberata) du Tasse. Il s'agit probablement d'un dessin pour la représentation de l'opéra datée de 1760
    Le palais enchanté de la magicienne Armide est orné de statues, de colonnes torses entourées de fleurs, de balcons. Il comporte une rotonde centrale, où apparaissent des divinités dans les cieux ou sur la voûte (?). La rotonde abrite un baldaquin surmontant une statue de divinité nue avec amour à ses pieds qui pourrait être Vénus. Les décors végétalisant et aquatique renvoient à la fonction de magicienne.
    Ce dessin est collaboratif : Wailly réalisa les décorations de scène, La Rue se chargeait des figures et sculptures. Les ornements, les colonnes dans le style du Bernin et les effets d'échappées sont encore rococo mais la conception de scène est imprégnée de classicisme. Ce dessin permet aussi d'apprécier les techniques déplaceùent du dessin dans le décor et sur le plafond et comment il accomplissait l'ouverture de la perspective sur scène
    Dans cet acte, subissant l'effet de la magie d'Armide, Renaud brûle d'amour. La magicienne redoute pourtant l'amour de Renaud pour la Gloire. Laissé seul en compagnie des Plaisirs, Renaud est sorti de ses illusions par ses compagnons, Ubalde et le Chevalier danois, grâce à un bouclier de diamant lui présentant son reflet. Armide reparaît et supplie Renaud de rester mais s'évanouit. Revenue à elle, elle ordonne à ses démons de détruire son palais enchanté puis fuit sur un char volant
    Une bordure dorée encadre le dessin
    Sources : Catalogue de dessins relatifs à l'histoire du théâtre conservés au Département des estampes de la Bibliothèque nationale, avec la description d'estampes rares sur le même sujet, récemment acquises de M. Destailleur / par Henri Bouchot, 1896, n. 419
    Sources : Charles de Wailly : peintre architecte dans l'Europe des Lumières : [exposition, Paris, Hôtel de Sully, 23 avril-1er juillet 1979] / [catalogue par Monique Mosser et Daniel Rabreau] ; [exposition organisée par la] Caisse nationale des monuments historiques et des sites 1979, n. 79, S. 39
    Sources : Theatrum Mundi : die Welt als Bühne (cat. exp. Münich : Haus der Kunst) / Maria Ines Aliverti et Ulf Küster, 2003, p. 178 n. 117
    Dessinateur : Charles de Wailly (1729-1798)

    [catalogue][http://catalogue.bnf.fr/ark:/12148/cb450456972]
  • Enterrement d'une vestale.

    Description matérielle : dess. : Plume à l'encre noire et lavis de bistre ; 90 x 230 mm
    Description : Sources : Choix de dessins anciens. Catalogue / Pierre Rosenberg et Antoine Schnapper. Bibliothèque municipale de Rouen, 1970.
    Édition : [S.l.] : [s.n.] , 18e siècle

    [catalogue][http://catalogue.bnf.fr/ark:/12148/cb44196713s]
  • Mise en terre des cendres d'une vestale.

    Description matérielle : dess. : Plume à l'encre noire et lavis de bistre ; 89 x 231 mm
    Description : Sources : Choix de dessins anciens. Catalogue / Pierre Rosenberg et Antoine Schnapper. Bibliothèque municipale de Rouen, 1970.
    Édition : [S.l.] : [s.n.] , 18e siècle

    [catalogue][http://catalogue.bnf.fr/ark:/12148/cb441967144]
  • Mort d'une vestale.

    Description matérielle : dess. : Plume à l'encre noire et lavis de bistre ; 86 x 229 mm
    Description : Sources : Choix de dessins anciens. Catalogue / Pierre Rosenberg et Antoine Schnapper. Bibliothèque municipale de Rouen, 1970.
    Édition : [S.l.] : [s.n.] , 18e siècle

    [catalogue][http://catalogue.bnf.fr/ark:/12148/cb44196712f]

Illustrateur1 document

  • [Recueil. Oeuvre de Louis-Félix de La Rue]

    Description matérielle : Doc. iconogr. : formats divers
    Description : Note : Peintre, graveur et dessinéteur français. - né entre 1720-31 mort en 1763

    [catalogue][http://catalogue.bnf.fr/ark:/12148/cb40388881m]

Pages dans data.bnf.fr

Auteurs reliés

Cette page dans l'atelier

Sources et références

Voir dans le catalogue général de la BnF

Sources de la notice

Autres formes du nom

  • Louis-Félix de La Rue (le Jeune, 1731-1765?)
  • Junior La Rue (1731-1765?)
  • Louis-Félix de Larue (1731-1765?)
  • Louis-Félix Delarue (1731-1765?)

Biographie Wikipedia

  • Louis-Félix Delarue, né le 19 octobre 1730 à Paris où il est mort le 24 juin 1777, est un dessinateur et sculpteur français.

Pages équivalentes