Jean Antoine Alavoine (1776-1834)

Image non encore disponible
Pays :France
Sexe :masculin
Naissance :1776
Mort :1834
Autre forme du nom :Chevalier Alavoine (1487-1531)
ISNI :ISNI 0000 0001 1757 8720

Ses activités

Illustrateur2 documents

  • [Recueil. Oeuvre de Jean-Antoine Alavoine]

    Description matérielle : Doc. iconogr. : formats divers
    Description : Note : Architecte, sculpteur et graveur. - Né à Paris en 1776-1834

    [catalogue][http://catalogue.bnf.fr/ark:/12148/cb403861967]
  • [Recueil.Oeuvre du chevalier Jean-Antoine Alavoine]

    Description matérielle : Doc. iconogr. : formats divers
    Description : Note : Architecte Graveur Dessinateur. - 1776-....

    [catalogue][http://catalogue.bnf.fr/ark:/12148/cb40400157d]

Graveur2 documents2 documents numérisés

  • Projet de fontaine pour la place de la Bastille

    [estampe]

    Description matérielle : 1 est. : gravure à l'eau-forte ; 41,5 x 56,5 cm
    Description : Technique de l'image : estampe. - eau-forte
    Note : Gravure à l'eau-forte. - claire-voie, par l'architecte Jean-Antoine Alavoine né à Paris en 1778, attaché à l'état-major pendant la campagne d'Italie, pays où il retourna en 1805 et 1806 étudier les monuments de l'antiquité et de la Renaissance. Lorsqu'il fut nommé architecte du gouvernement en 1811, il avait déjà construit, comme inspecteur de Cellerier, le théâtre des Variétés, et, de son propre chef, les bains Montesquieu. C'est le 3 décembre 1803 (11 frimaire an XII) qu'un arrêté du Premier Consul, reprenant l'idée du décret du 16 juin 1792, décidait l'établissement d'une grande place circulaire sur l'emplacement de l'ancienne Bastille. Le 2 février 1810, l'Empereur ordonnait que le centre de cette place serait occupé par une fontaine monumentale, surmontée d'un éléphant de bronze ; le métal en serait fourni par les pièces de bronze prises dans la campagne de Friedland. L'idée de la décoration de la fontaine serait venue à l'Empereur à la vue d'une pendule qu'il avait remarquée dans le cabinet du roi de Prusse à Berlin. L'architecte Alavoine, chargé de ce travail, confia la sculpture de l'éléphant au statuaire Pierre-Charles Bridan (10 novembre 1766-4 août 1836). On commença par les travaux souterrains qui devaient amener l'eau à la fontaine, et vers 1814 on allait pouvoir édifier le monument quand la chute de l'Empire fit abandonner le projet. Ce n'est qu'après 1830, et afin de commémorer les Trois glorieuses qu'on reprit l'idée d'un monument sur la place de la Bastille. Après avoir pensé à un obélisque, on se décida pour une colonne de bronze. Alavoine, jusqu'à sa mort, survenue en 1834, puis, après lui, son inspecteur, l'architecte Duc, érigèrent la colonne actuelle, dont le chapiteau fut placé en 1839 et surmonté en 1840 du génie sculpté par Dumont. L'inauguration eut lieu le 28 juillet 1840 ; la dépense avait été de 1,303,000 francs. Quant à l'éléphant de Bridan, il demeura jus-qu'en 1865 dans la partie Sud-Est de la place ; on connaît le passage des Misérables, où Victor Hugo l'a fait figurer. Voir au Musée du Louvre (Inventaire général des dessins du Musée du Louvre et du Musée de Versailles, Ecole française, par J. Guiffrey et Pierre Marcel, n.os 6-15) dix projets dessinés par Alavoine pour la fontaine monumentale de la place de la Bastille. Voir également à Carnavalet (D 1) une aquarelle qui semble l'original de la présente gravure. Voir en fin les Archives des Musées nationaux et aux Archives nationales les dossiers N 3.e cl. 1150, 1151 et 1152
    Note sur le sujet : Le modele de l'Elephant a été executé de la grandeur du monument par Monsieur Bridan Statuaire pendant les années 1813-1814. J. A. Alavoine Scul
    Édition : [S.l.] : [s.n.] , [s.d.]
    Graveur : Dominique-Vivant Denon (1747-1825)

    [catalogue, Visualiser dans Gallica][http://catalogue.bnf.fr/ark:/12148/cb415126197]
  • Projet de fontaine pour la place de la Bastille

    [estampe]

    Description matérielle : 1 est. : gravure à l'eau-forte imprimée en bistre ; 41,5 x 56,5 cm
    Description : Technique de l'image : estampe. - eau-forte
    Note : Claire-voie par l'architecte Jean-Antoine Alavoine né à Paris en 1778, attaché à l'état-major pendant la campagne d'Italie, pays où il retourna en 1805 et 1806 étudier les monuments de l'antiquité et de la Renaissance. Lorsqu'il fut nommé architecte du gouvernement en 1811, il avait déjà construit, comme inspecteur de Cellerier, le théâtre des Variétés, et, de son propre chef, les bains Montesquieu. C'est le 3 décembre 1803 (11 frimaire an XII) qu'un arrêté du Premier Consul, reprenant l'idée du décret du 16 juin 1792, décidait l'établissement d'une grande place circulaire sur l'emplacement de l'ancienne Bastille. Le 2 février 1810, l'Empereur ordonnait que le centre de cette place serait occupé par une fontaine monumentale, surmontée d'un éléphant de bronze ; le métal en serait fourni par les pièces de bronze prises dans la campagne de Friedland. L'idée de la décoration de la fontaine serait venue à l'Empereur à la vue d'une pendule qu'il avait remarquée dans le cabinet du roi de Prusse à Berlin. L'architecte Alavoine, chargé de ce travail, confia la sculpture de l'éléphant au statuaire Pierre-Charles Bridan (10 novembre 1766-4 août 1836). On commença par les travaux souterrains qui devaient amener l'eau à la fontaine, et vers 1814 on allait pouvoir édifier le monument quand la chute de l'Empire fit abandonner le projet. Ce n'est qu'après 1830, et afin de commémorer les Trois glorieuses qu'on reprit l'idée d'un monument sur la place de la Bastille. Après avoir pensé à un obélisque, on se décida pour une colonne de bronze. Alavoine, jusqu'à sa mort, survenue en 1834, puis, après lui, son inspecteur, l'architecte Duc, érigèrent la colonne actuelle, dont le chapiteau fut placé en 1839 et surmonté en 1840 du génie sculpté par Dumont. L'inauguration eut lieu le 28 juillet 1840 ; la dépense avait été de 1,303,000 francs. Quant à l'éléphant de Bridan, il demeura jus-qu'en 1865 dans la partie Sud-Est de la place ; on connaît le passage des Misérables, où Victor Hugo l'a fait figurer. Voir au Musée du Louvre (Inventaire général des dessins du Musée du Louvre et du Musée de Versailles, Ecole française, par J. Guiffrey et Pierre Marcel, n.os 6-15) dix projets dessinés par Alavoine pour la fontaine monumentale de la place de la Bastille. Voir également à Carnavalet (D 1) une aquarelle qui semble l'original de la présente gravure. Voir en fin les Archives des Musées nationaux et aux Archives nationales les dossiers N 3.e cl. 1150, 1151 et 1152
    Note sur le sujet : Le modèle de l'Eléphant a été exécuté de la grandeur du monument par Monsieur Bridan Statuaire pendant les années 1813-1814. J. A. Alavoine Scul
    Édition : [S.l.] : [s.n.] , [s.d.]
    Graveur : Dominique-Vivant Denon (1747-1825)

    [catalogue, Visualiser dans Gallica][http://catalogue.bnf.fr/ark:/12148/cb41512620f]

Auteur du texte1 document1 document numérisé

  • A l'abonné qui a fait quelques reflexions sur l'ombre de Servandoni.

    Description matérielle : P. 922-929, [8] p. : 19 cm
    Description : Note : Transcription ms. de la réponse publiée dans un journal par Jean-Antoine Alavoine aux réflexions faites sur les critiques formulées contre le simulacre de colonne nationale élevé sur la place de la Concorde en 1801 (Deloynes, 738), et notamment contre la critique intitulée L'Ombre de Servandoni (Deloynes, 737).
    Sources : Catalogue de la collection de pièces sur les beaux-arts, imprimées et manuscrites, recueillie par Pierre-Jean Mariette, Charles-Nicolas Cochin et M. Deloynes / par Georges Duplessis, 1881, 739

    [catalogue, Visualiser dans Gallica][http://catalogue.bnf.fr/ark:/12148/cb44347946v]

Dessinateur du modèle1 document1 document numérisé

  • Colonne a la Paix

    Sujet d'un prix d'Emulation sur Esquisse, Médaille Obtenue par Alavoine, le 11 Pluviose an 6, 30 Janvier 1798, [estampe]

    Description matérielle : 1 est. : eau-forte ; 40,5 x 27 cm (élt d'impr.)
    Description : Technique de l'image : estampe. - eau-forte
    Note : A droite de la colonne : "PROGRAME. On propose pour prix d'Emulation, une colonne à la paix, sur la rive gauche du Rhin qui doit servir de limite à la france et à l'Allemagne, les Concurrens choisiront l'Ordre d'Architecture qu'ils croiront convenable"
    Sources : Images de la Révolution française : catalogue du vidéodisque, 1990, 19223-19224
    Édition : [Paris] : [s.n.] , [1798]
    Collectionneur : Carl de Vinck (1859-1931)

    [catalogue, Visualiser dans Gallica][http://catalogue.bnf.fr/ark:/12148/cb40251825n]

Pages dans data.bnf.fr

Auteurs reliés

Cette page dans l'atelier

Sources et références

Voir dans le catalogue général de la BnF

Sources de la notice

  • Bén.
  • Thi.Bec.

Autre forme du nom

  • Chevalier Alavoine (1487-1531)

Biographie Wikipedia

  • Jean-Antoine Alavoine est un architecte français, né à Paris le 15 janvier 1778 et mort dans cette même ville le 15 novembre 1834.

Pages équivalentes