Germain Boffrand (1667-1754)

Image non encore disponible
Pays :France
Sexe :masculin
Naissance :Nantes, 16-05-1667
Mort :Paris, 19-03-1754
Note :
Architecte. - Ingénieur. - Collaborateur de Jules-Hardouin Mansard. - Reçu à l'Académie royale d'architecture en 1709. - Semble avoir écrit des pièces de théâtre sous divers noms d'emprunt
Domaines :Architecture
Autres formes du nom :Boisfranc (1667-1754)
Boisfran (1667-1754)
Bo*** (1667-1754)
Voir plus
ISNI :ISNI 0000 0000 8086 3463

Ses activités

Dessinateur7 documents4 documents numérisés

  • [Paris, cathédrale Notre-Dame : dessein de la partie de la croisée de laditte église, en dedans du côté de l'archevêché [dessin de la rose Sud]

    [dessin]

    Description matérielle : 1 dess. : plume, encre de Chine, lavis d'encre de Chine, aquarelle ; 112,4 x 48,1 cm (im.)
    Description : Technique de l'image : dessin. - plume. - encre de Chine noire. - lavis d'encre. - aquarelle
    Note : Sur une retombe, variante des nervures de la rosace qui ne fut pas non plus exécutée; c'est un troisième modèle qui fut adopté dont il existe la gravure par Aveline, dédiée au cardinal de Noailles (cf. Va 253d, R. de C. 1857, cliché H33685)
    Sources : Fonds Robert de Cotte
    Sources : F. Fossier, Les dessins du fonds Robert de Cotte de la Bibliothèque nationale de France : architecture et décor, Paris, Rome, 1997, dossier 47

    [catalogue, Visualiser dans Gallica][https://catalogue.bnf.fr/ark:/12148/cb402720718]
  • [Plan du premier étage du nouveau couvent des Capucines]

    [dessin]

    Description matérielle : 1 dess. : plume et encre de Chine, lavis d'encre de Chine ; 40,6 x 54,8 cm
    Description : Technique de l'image : dessin. - plume. - encre de Chine noire. - lavis d'encre
    Note : Sur une retombe modifications pour l'aile Ouest renfermant les cellules des religieuses. - Les légendes manuscrites à l'encre brune précisent : "Onze chambres à cheminées pour les religieuses malade, B pussatoires, C apoticairerie, D cabinet de l'apoticairerie, EE chauffoir, F chambre pour un confesseur de ville, G son compagnon, H 3 chambres pour les religieuses qui ne se peuvent lever pour entendre la messe, I chambre de veille, K lieu pour laver les morts, L chapelle de l'infirmerie, P salle pour faire entendre la messe aux malades, 3 confessional du dedans, 4 confessional du dehors, 5 chambre du prédicateur, 6 chambre de son compagnon, 7 chambre du provincial, 8 chambre de son compagnon, 9 chambre à cheminée, 10 8 cellules pour les religieuses, 11 3 cabinets, M 6 chambres pour les dames, N 46 chambres pour les religieuses, O 9 chambres pour les dames externes, P chauffoir, Q salle du noviciat, R chambre du noviciat, SS infirmerie, T cabinet, V chambre de la sacristie, X confessional du dedans, Y confessional du dehors, Z grenier au desus de la lavanderie, 1 chambre du confesseur, 2 chambre de son compagnon"
    Sources : F. Fossier, Les dessins du fonds Robert de Cotte de la Bibliothèque nationale de France : architecture et décor, Paris, Rome, 1997, dossier 66
    Sources : Fonds Robert de Cotte

    [catalogue, Visualiser dans Gallica][https://catalogue.bnf.fr/ark:/12148/cb40273738m]
  • [Plan du premier projet de Boffrand pour le rez-de-chaussée de La Malgrange]

    [dessin]

    Description matérielle : 1 dess. : crayon noir ; 54,6 x 110,8 cm
    Description : Technique de l'image : dessin. - crayon noir
    Note : Au verso, inscription : "Duc de Loraine, chasteau de la Malgrange en Loreine"
    Ce plan est celui qui sera reproduit dans le "Livre d'architecture" de Boffrand, mais avec ici des corrections de la main de R. de Cotte, notamment en ce qui concerne la chapelle raccourcie, la présence d'un escalier partant directement du vestibule ovale et celle d'une double colonnade au centre du vestibule rectangulaire.
    Sources : Fonds Robert de Cotte
    Sources : F. Fossier, Les dessins du fonds Robert de Cotte de la Bibliothèque nationale de France : architecture et décor, Paris, Rome, 1997, dossier 228
    Dessinateur : Robert de Cotte (1656-1735)

    [catalogue, Visualiser dans Gallica][https://catalogue.bnf.fr/ark:/12148/cb40267814n]
  • Plusieurs plans et autres desseins avec des devis de menuiserie pour la chapelle de M. le cardinal de Noailles dans l'église Notre-Dame de Paris

    [dessin]

    Description matérielle : 1 dess. : plume et encre de Chine, lavis d'encre de Chine, lavis d'encre rouge ; 19,9 x 28,2 cm
    Description : Technique de l'image : dessin. - plume. - encre de Chine noire. - lavis d'encre
    Note : Il est vraisemblable que c'est au moment du réaménagement du pourtour du choeur en 1717, que le cardinal de Noailles décida de réunir les deux chapelles saint- Martin et sainte-Anne pour en faire une chapelle de famille, dont l'habillage en boiseries aurait coûté 4341 l. (cf. HD-135-PET FOL, dossier 196) payées par son neveu le duc de Noailles. A la place de l'autel latéral ancien, indiqué au crayon, se trouverait la sépulture du maréchal-duc mort en 1708, tandis qu'un nouvel autel était prévu pour masquer le pilier de jonction des deux anciennes chapelles
    Sources : fonds Robert de Cotte
    Sources : F. Fossier, Les dessins du fonds Robert de Cotte de la Bibliothèque nationale de France : architecture et décor, Paris, Rome, 1997, dossier 47
    Commanditaire du contenu : Cabinet Robert de Cotte

    [catalogue, Visualiser dans Gallica][https://catalogue.bnf.fr/ark:/12148/cb402720640]
  • [Différents plans relatifs à l'intérieur de la cathédrale Notre-Dame de Paris]

    [dessin]

    Description matérielle : 49 dess.
    Description : Technique de l'image : dessin
    Note : Le 18 février 1638, Louis XIII avait placé son royaume sous l'invocation de la Vierge et s'était engagé à reconstruire le maître-autel de Notre-Dame en y plaçant une Pietà sculptée. Ce n'est que sous Louis XIV que "le voeu" fut réalisé et que l'on commença en avril 1699 à détruire l'ancien choeur, le retable, le jubé et que l'on déplaça les châsses, notamment celle de S. Marcel. J. Hardouin-Mansart proposa un premier projet d'autel couronné d'un dôme (cf. Arch. nat. O1 1690) au-dessus duquel deux anges portaient un globe terrestre surmonté d'une croix et divers projets pour le choeur, mais l'argent manqua jusqu'au don du chanoine Delaporte en 1708. R. de Cotte reprit alors l'idée de l'autel avec dôme à colonnes, achevé par Jules-Robert de Cotte en 1714. Le degré conduisant à l'autel était en marbre du Languedoc, le maître-autel en marbre d'Egypte et son devant en bronze doré, représentant une mise au tombeau par Louis-Claude Vassé sur un dessin de son père François-Antoine. Sur des piédestaux, deux anges de métal en adoration avaient été fondus par Claude-Augustin Cayot. Derrière l'autel était placée la Pietà de Nicolas Coustou et sur deux socles de part et d'autre les deux statues de Louis XIII par Guillaume Coustou et de Louis XIV par Antoine Coysevox, qui avaient été sculptées en 1715. Le fond du choeur fut revêtu de marbre et orné de statues des douze Vertus. Le sol enfin fut recouvert d'un nouveau dallage en mosaïque de marbre, et de nouvelles stalles sculptées par Jules Degoullons avec l'aide de Jean Denel et Louis Marteau furent installées en 1719, surmontées de huit tableaux (Annonciation par Hallé, Visitation par Jouvenet, Nativité et Adoration des Mages par Charles de La Fosse, Présentation au Temple et Fuite en Egypte de Louis de Boullongne, Jésus parmi les docteurs et Assomption d'Antoine Coypel). Autour du choeur on plaça de grandes grilles exécutées par Louis Fondrain, Nicolas Parent, Jacques Petit et François Caffin pour la grande porte du choeur. En outre, l'autel de la Vierge, qui faisait face à la nef, fut reconstruit en 1717 sur un dessin de F. A. Vassé et aux frais du cardinal de Noailles. Il était en marbre griotte avec des consoles de bronze doré, un tabernacle surmonté d'une statue de la Vierge et couronné d'un baldaquin que supportaient quatre colonnes. Enfin la grande rose du croisillon Sud étant délabrée, le cardinal de Noailles chargea Germain Boffrand entre 1725 et 1727 d'en reconstruire une nouvelle, dont la vitrerie fut exécutée par Guillaume Brice et Benoit Michu. En 1726 la couverture de la cathédrale fut entièrement refaite, on supprima de nombreuses gargouilles et ôta plusieurs statues; quant à l'intérieur de l'église, il fut totalement reblanchi. Les dessins conservés dans le fonds R. de Cotte retracent bien les étapes successives de ces travaux de réfection et de reconstruction et sont à attribuer à Pierre Lepautre pour les premiers projets de 1699 imaginés par Hardouin-Mansart, et à François-Antoine Vassé pour ceux plus tardifs du maître-autel et de l'autel de la Vierge
    Sources : Marcel, p.46-49; Aubert, p.22-30; Kimball, p.84-99; Pons, passim; Krause, passim
    Édition : , [1699-1727]
    Dessinateur : Claude-Augustin Cayot (1667-1722), Guillaume Coustou (1677-1746), Antoine Coysevox (1640-1720), Jules Degoullons (sculpteur, 16..-17.. ), Pierre Lepautre (1660-1744)
    Autre : François Antoine Vassé (1681-1736)
    Commanditaire du contenu : Agence Jules Hardouin-Mansart, Cabinet Robert de Cotte

    [catalogue][https://catalogue.bnf.fr/ark:/12148/cb402720373]

Auteur du texte6 documents2 documents numérisés

  • De architectura liber, in quo continentur generalia hujus artis principalis,...

    Description matérielle : 99 p.
    Édition : Parisiis : Apud Guillelmum Cavelier patrem , 1745

    [catalogue, Visualiser dans Gallica][https://catalogue.bnf.fr/ark:/12148/cb33986637f]
  • Recueil de pièces, articles de Quinault, Lully, du dictionnaire de l'Académie royale de musique. Projet de dissertation sur J.-B. Poquelin Molière. Notes des éditions des oeuvres de Molière, La Fontaine. Articles de Boffrand, Boscheron, Boesset. Notes observations

    Description matérielle : 300 x 210 mm, 318 f.
    Description : Note : Nombreuses collettes et Mémoire pour M. Flamand-Grétry,... contre les bourgmestres de la ville de Liège
    Auteur ou responsable intellectuel : Jean de La Fontaine (1381-14..), Molière (1622-1673)
    Auteur du texte : Louis-François Beffara (1751-1838), Jean-Baptiste Boësset (1614-1685), Boscheron (poète, 16..-17..), Jean-Baptiste Lully (1632-1687)

    [catalogue, Visualiser dans Gallica][https://catalogue.bnf.fr/ark:/12148/cb439885441]
  • Contenu dans : Le théâtre italien 1

    Les bains de la porte Saint-Bernard. - [1]

    Description matérielle : 471 p.
    Description : Note : Réunit "Le banqueroutier" de Fatouville, "La fille de bons sens" de Palaprat et "Les bains de la porte Saint-Bernard" de Boisfranc
    Édition : Paris : Société des textes français modernes , 1994

    [catalogue]
  • Book of architecture

    containing the general principles of the art and the plans, elevations and sections of some of the edifices built in France and in foreign countries

    Description matérielle : XXXII-106 p.
    Description : Note : Bibliogr. 101-103. Index
    Édition : Aldershot (G.B.) : Ashgate , 2002
    Éditeur scientifique : Caroline Alexandra van Eck
    Traducteur : David Britt

    [catalogue][https://catalogue.bnf.fr/ark:/12148/cb38977713f]
  • La vie de Mr. Quinault de l'Academie françoise

    Description matérielle : 48 + p.
    Description : Note : Faux titre. - De Germain Boffrand d'après Barbier. - Date incertaine, d'après une autre édition citée par Barbier. - Titre courant : "La vie de M. Quinault"
    Sources : Babier

    [catalogue][https://catalogue.bnf.fr/ark:/12148/cb393536205]

Préfacier1 document1 document numérisé

Illustrateur1 document

  • [Recueil. Oeuvre de Boffrand]

    Description matérielle : Doc. iconogr. : formats divers
    Description : Note : Architecte

    [catalogue][https://catalogue.bnf.fr/ark:/12148/cb40403862n]

Auteur ou responsable intellectuel1 document

  • [Différents plans relatifs à un premier projet pour l'Hôtel de Torcy]

    [dessin]

    Description matérielle : 9 dess.
    Description : Technique de l'image : dessin
    Note : Parmi les spéculations menées par Boffrand sur les terrains de la Grenouillière, figure celle relative à l'achat le 14 août 1713 de 2800 toises entre la Seine et la rue de Bourbon. Sur 1013 toises, l'architecte fit immédiatement édifier un hôtel qu'il vendit en cours d'achèvement à Jean-Baptiste Colbert de Torcy, membre du Conseil de Régence. En 1716, il vendit encore 1172 toises à la princesse de Conti qui confia à R. de Cotte le soin d'édifier un hôtel pour son fils, le duc du Maine. Enfin sur les 615 toises restantes, Boffrand fit bâtir un second petit hôtel qu'il vendit en 1718 à Charles-Eléonore Colbert, comte de Seignelay et neveu du marquis de Torcy. En ce qui concerne l'Hôtel de Torcy, la construction posa des difficultés en raison des inondations possibles de la Seine; il fallut du côté du fleuve établir un terre-plein sur lequel fut planté un jardin, et du côté de la cour édifier l'immeuble sur un étage souterrain. Comme dans le cas de l'Hôtel d'Estrées (cf. notice ), un premier projet fut élaboré par R. de Cotte, dont les plans plus modestes que ceux de la réalisation définitive furent conservés par son agence. Le second projet de Boffrand est celui qui fut reproduit par Mariette dans l'ouvrage de Blondel. Neuman enfin propose de voir dans le projet pour l'Hôtel de Montesquiou (cf. notice) une première idée pour l'Hôtel de Torcy
    Sources : Blondel, t.1 p.280
    Sources : Hautecoeur, t.3 p.132
    Sources : Neuman, p.118
    Sources : Boffrand, p.53
    Sources : Rue de Lille, p.44
    Édition : , [1713]
    Dessinateur : Cabinet Robert de Cotte

    [catalogue][https://catalogue.bnf.fr/ark:/12148/cb40273219z]

Autre14 documents2 documents numérisés

  • Plan de l'Hôtel de Loraine [rez-de-chaussée]

    [dessin]

    Description matérielle : 1 dess. : plume et encre brune ; 37,1 x 79,7 cm
    Description : Technique de l'image : dessin. - plume. - encre de Chine de couleur
    Note : L'identification de ce plan comme celui de l'Hôtel de Lorraine, situé à l'angle de la rue Pavée et de la rue du Roi-de-Sicile, reste d'autant plus hypothétique que l'inventaire R. de Cotte et la mention manuscrite du verso indiquent plutôt "Hôtel de Torrins".Il est vrai que le duc Charles III de Lorraine avait acheté successivement la maison d'Hugues de Crussy et l'Hôtel de Savoisy pour posséder à Paris une demeure digne de son nom, qu'il fit rebâtir en 1634. Par la suite la seconde femme de Charles IV, Nicole de Lorraine l'habita en exil jusqu'à sa mort et l'hôtel fut vendu en 1681, bien avant une quelconque intervention de Boffrand. D'autre part le plan ne correspond pas aux descriptions données de l'Hôtel de Lorraine. Il n'en reste pas moins qu'il est manifestement de sa main, que d'autre part l'architecte était en contact depuis longtemps avec la famille de Lorraine et fut requis par Charles-Henri de Lorraine, prince de Vaudémont, pour décorer l'Hôtel de Mayenne en 1708
    Sources : Fonds Robert de Cotte
    Sources : L'Hôtel de Lorraine à Paris / Emile Duvernoy, in Mém. de la soc. de l'hist. de Paris, t. XLIX, 1927, p.190
    Sources : F. Fossier, Les dessins du fonds Robert de Cotte de la Bibliothèque nationale de France : architecture et décor, Paris, Rome, 1997, dossier 133
    Dessinateur : Agence Jules Hardouin-Mansart

    [catalogue, Visualiser dans Gallica][https://catalogue.bnf.fr/ark:/12148/cb402788201]
  • Plan d'une maison appartenante à Madame d'Argenton, rue des Bons-Enfants à Paris

    [dessin]

    Description matérielle : 1 dess. : crayon noir ; 41,5 x 24,4 cm
    Description : Technique de l'image : dessin. - crayon noir
    Note : Ce relevé du rez-de-chaussée et du premier étage (sur retombe) de l'Hôtel d'Argenton, devenu Chancellerie d'Orléans en 1726, est sans doute antérieur aux travaux de décoration que Boffrand y mena, avec l'aide du sculpteur Lange et des peintres Desportes et Fontenay. Abandonnant les anciennes écuries de Monsieur, 19 rue des Bons-Enfants, le duc d'Orléans chargea en 1707 Boffrand de construire un hôtel pour sa maîtresse, Melle de Séry, comtesse d'Argenton. Après sa disgrâce en 1711, l'hôtel passa à sa nièce Armande de Rohan-Montauban, qui l'habita jusqu'à sa mort en 1725. Mais dès 1720, Louis d'Orléans en avait racheté la nue-propriété pour y loger en 1726 son chancelier d'Argenson. L'hôtel fut encore transformé par Charles de Wailly en 1782 et démoli en 1912
    Sources : Fonds Robert de Cotte
    Sources : F. Fossier, Les dessins du fonds Robert de Cotte de la Bibliothèque nationale de France : architecture et décor, Paris, Rome, 1997, dossier 83
    Dessinateur : Agence Jules Hardouin-Mansart

    [catalogue, Visualiser dans Gallica][https://catalogue.bnf.fr/ark:/12148/cb402782222]
  • [Deux plans relatifs à l'Hôtel de Canillac]

    [dessin]

    Description matérielle : 2 dess.
    Description : Technique de l'image : dessin
    Note : Il ne s'agit pas de l'Hôtel de Canillac rue du Parc-Royal, mais de celui réaménagé par Boffrand place des Vosges en 1708 (cf. Arch. nat. Minutier central XIX 588). Construit en 1605 pour Antoine Ribaud, l'hôtel devint la propriété de l'abbé de La Rivière qui le fit entièrement rebâtir par Le Vau. Il passa ensuite aux mains de Colbert de Croissy, dont la fille le revendit en 1708 à Jean de Beaufort-Canillac de Montboissier, capitaine lieutenant de la seconde compagnie des Mousquetaires. Après la mort de Canillac, l'hôtel resta dans la famille jusqu'en 1777, puis passa aux mains du marquis de Villedeuil
    Sources : Boffrand, p.48
    Édition : , [1708]
    Dessinateur : Cabinet Robert de Cotte

    [catalogue][https://catalogue.bnf.fr/ark:/12148/cb40273131j]
  • [Différents dessins relatifs au château de La Malgrange]

    Description matérielle : 3 dess.
    Description : Technique de l'image : dessin
    Note : Après son retour en Lorraine en 1711, le ducCharles III décida de moderniser la petite maison de plaisance de La Malgrange et dès 1712 son architecte Boffrand était en mesure de présenter à l'Académie d'architecture une série de plans pour un premier projet, suivi bientôt d'un second beaucoup plus ambitieux et moderne; les travaux commencés ne furent pas achevés du vivant du duc et le roi Stanislas décida de tout recommencer en confiant le nouveau chantier à Héré. Les sources des premier et second projets ont été étudiées par J. Garms et l'intervention de R. de Cotte, en tant que premier architecte, se limita à corriger un plan du projet n°1 (dessin 808).
    Sources : Der Grundriss der Malgrange I von Boffrand / Jorg Garms, Wiener Jahrbuch für Kunstgeschichte, t. 22, 1969, p.184
    Sources : Livre d'architecture.../ Germain Boffrand, 1745, p. 86
    Édition : , [1714-1715]
    Dessinateur : Cabinet Robert de Cotte

    [catalogue][https://catalogue.bnf.fr/ark:/12148/cb40267812z]
  • [Différents dessins relatifs au château d'Orly]

    [dessin]

    Description matérielle : 7 dess.
    Description : Technique de l'image : dessin
    Note : Il existait deux châteaux à Orly, celui du conseiller à la Chambre des Comptes Nicolas Ogier bâti au Nord du village avant 1684 ( il apparaît sur le plan à cette date) et celui des Ormesson bâti sans doute par Henri-François-de-Paule Lefèvre d'Ormesson(1681-1756), beau- frère du chancelier d'Aguesseau qui vivait en exil à Fresnes. Ce second château au Sud du village , très proche de ce que Boffrand concevra plus tard dans le premier projet pour La Malgrange, fut édifié dans les années 1710; Louis XV y exila en 1771 le chef de l'opposition parlementaire parisienne, Ormesson de Noyseau. Le château fut démantelé sous la Révolution et rebâti de façon beaucoup plus modeste au XIXè siècle.
    Sources : Der Grindriss der Malgrange I von Boffrand / Jorg Garms, Wiener Jahrbuch für Kunstgeschichte, t. 22, 1969, p.186
    Sources : Histoire de la ville d'Orly... / Jean Delarue et Guy Ibergay. Orly, 1980, p. 72
    Édition : , [Ca 1710]
    Dessinateur : Cabinet Robert de Cotte

    [catalogue][https://catalogue.bnf.fr/ark:/12148/cb40267835m]

Documents à propos de cet auteur

Documents à propos de l'auteur Germain Boffrand (1667-1754)

Pages dans data.bnf.fr

Auteurs reliés

Cette page dans l'atelier

Sources et références

Voir dans le catalogue général de la BnF

Sources de la notice

  • Les bains de la porte Saint-Bernard / par M. Boisfranc, [dans] : "Le théâtre italien", 1, 1994
  • GDEL

Autres formes du nom

  • Boisfranc (1667-1754)
  • Boisfran (1667-1754)
  • Bo*** (1667-1754)
  • Boffranc (1667-1754)

Expositions virtuelles et ressources multimedia

Biographie Wikipedia

  • Germain Boffrand, né à Nantes le 16 mai 1667, mort à Paris le 19 mars 1754, est un architecte français.

Pages équivalentes