Pierre Soubeyran (1709-1775)

Illustration de la page Pierre Soubeyran (1709-1775) provenant de Wikipedia
Pays :Suisse
Langue :français
Sexe :masculin
Naissance :Genève (Suisse), 11-06-1709
Mort :Genève (Suisse), 04-12-1775
Note :
Graveur
Autres formes du nom :Pierre Soubeiran (1709-1775)
Soubeyran (1709-1775)
ISNI :ISNI 0000 0001 1946 089X

Ses activités

Illustrateur2 documents1 document numérisé

Auteur du texte1 document

  • Mémoire sur l'établissement d'une école de dessein & en particulier sur celle établie à Genève

    Description matérielle : 1 vol. (31 p.)
    Édition : Genève : Ecole supérieure d'art visuel , impr. 1998

    [catalogue][https://catalogue.bnf.fr/ark:/12148/cb40963828k]

Pages dans data.bnf.fr

Auteurs reliés

Cette page dans l'atelier

Sources et références

Voir dans le catalogue général de la BnF

Sources de la notice

Autres formes du nom

  • Pierre Soubeiran (1709-1775)
  • Soubeyran (1709-1775)

Biographie Wikipedia

  • Pierre Soubeyran, né le 6 novembre 1709 à Genève où il est mort en 1775, est un graveur suisse.Fils d’un serrurier Pierre Soubeyran sen. de la Sauve Languedoc et sa femme Pernette de Bourdeau, qui s’était expatrié pour cause de religion un réfugié huguenot, Soubeyran s’appliqua de bonne heure au dessin reçut des leçons de Daniel Gardelle, frère de Robert Gardelle qui l’avait pris en affection et de Jean-Jacques Burlamaqui, qui s’intéressa aussi à lui et l’envoya à ses frais à Paris en 1730 en le recommandant à des artistes distingués. Puis de Georg Friedrich Schmidt (1712—1775) à Paris.À Paris, où il se fit une solide réputation, Soubeyran s’attacha à la théorie de l’art autant qu’à l’exécution, et fut compté au nombre des habiles graveurs de son temps. Il fit, en outre, faire des progrès à l’impression en couleur.Lorsqu’on parvint, en dépit de la résistance du parti dévot, à fonder une école de dessin, École publique de dessin de Genève dans sa ville natale, Soubeyran en fut nommé directeur le 14 mai 1748, avec un modique traitement de 1 300 francs environ. Mais il ne revint qu’en 1750 dans sa patrie où il termina son existence.Avec son cousin, Jean-Pierre Soubeyran (1708-1774), un miniaturiste Pierre Soubeyran est souvent confondue.Ses principales estampes sont : la Conversion de saint Bruno, d’après Lesueur ; la Belle villageoise, de Boucher ; Portrait de Pierre le Grand, d’après Caravage ; Une jeune fille devant son miroir, de Natoire ; six Paysages de Lucas van Uden. la plupart des planches du Traité des pierres antiques de Mariette, d’après Bouchardon ; des vignettes pour la Galerie de Versailles, de Massé, etc.Il a également travaillé pour l’Encyclopédie de Diderot et D’Alembert.

Pages équivalentes