Emmanuel Auricoste (1908-1995)

Pays :France
Langue :français
Sexe :masculin
Naissance :Paris, 04-04-1908
Mort :15-08-1995
Note :
Sculpteur, élève de Bourdelle et de Drespiau
ISNI :ISNI 0000 0001 1690 853X

Ses activités

Sculpteur2 documents

  • [Recueil. Affiches. Emmanuel Auricoste]

    Description matérielle : Doc. iconogr. (affiches) : 60 x 40 cm
    Édition : , [20e s.]

    [catalogue][http://catalogue.bnf.fr/ark:/12148/cb40393835f]
  • [Recueil. Oeuvre de Emmanuel Auricoste]

    Description matérielle : Doc. iconogr. : formats divers
    Description : Note : Sculpteur. - Français. - 1908-....
    Édition : , [20e s.]

    [catalogue][http://catalogue.bnf.fr/ark:/12148/cb40401147b]

Lithographe1 document

  • Semeur

    [estampe]

    Description matérielle : 1 est. : lithographie en coul.
    Description : Technique de l'image : estampe. - lithographie
    Édition : [S.l.] : [s.n.] , 1952

    [catalogue][http://catalogue.bnf.fr/ark:/12148/cb39845504s]

Auteur du texte1 document

  • Emile-Antoine Bourdelle

    Description matérielle : 1 vol.
    Édition : Paris : Braun , 1955
    Directeur de publication : George Besson (1882-1971)

    [catalogue][http://catalogue.bnf.fr/ark:/12148/cb403689804]

Sculpteur de l'œuvre reproduite1 document

Documents à propos de cet auteur

Documents à propos de l'auteur Emmanuel Auricoste (1908-1995)

Pages dans data.bnf.fr

Auteurs reliés

Cette page dans l'atelier

Sources et références

Voir dans le catalogue général de la BnF

Sources de la notice

Biographie Wikipedia

  • Emmanuel Auricoste (1908, Paris - 15 août 1995, Leucate (Aude)) est un sculpteur et médailleur français.Il suivit l’enseignement de Bourdelle et Charles Despiau. Professeur à l'École nationale supérieure des arts décoratifs à Paris.Son œuvre inclut un bas-relief au palais de Chaillot (1937), un monument à Chateaubriand à Milan (1938), une porte de bronze du palais de la Société des Nations à Genève (1939) ou encore une statue de Fénelon en face de la cathédrale de Cambrai (1947). À Marvejols (Lozère) il a laissé un «Vert galant» (1956) et la célèbre «Bête du Gévaudan» (1958).La Monnaie de Paris répertorie 12 médailles.

Pages équivalentes