Alonso Cano (1601-1667)

Pays :Espagne
Sexe :masculin
Naissance :Grenade (Espagne), 1601
Mort :Grenade (Espagne), 1667
ISNI :ISNI 0000 0000 8343 0743

Ses activités

Illustrateur3 documents

  • [Recueil. Oeuvre de Alonso Cano]

    Description matérielle : Doc. iconogr. : formats divers
    Description : Note : Peintre. - 1601-1667

    [catalogue][http://catalogue.bnf.fr/ark:/12148/cb404060598]
  • [Recueil. Oeuvre de Alonso Cano]

    Description matérielle : Doc. iconogr. : formats divers
    Description : Note : Peintre, sculpteur & architecte espagnol. - 1601-1667

    [catalogue][http://catalogue.bnf.fr/ark:/12148/cb403861022]
  • [Recueil. Oeuvre de Alonzo Cano, Peintre, sculpteur et architecte espagnol. 1601-1667]

    [catalogue][http://catalogue.bnf.fr/ark:/12148/cb403787814]

Pages dans data.bnf.fr

Cette page dans l'atelier

Sources et références

Voir dans le catalogue général de la BnF

Sources de la notice

  • Bénézit, 1999

Biographie Wikipedia

  • Alonso Cano (19 mars 1601 - 3 octobre 1667) est un artiste peintre, un architecte et un sculpteur espagnol du Siècle d'or originaire de Grenade. Il apprit l'architecture par son père, Miguel Cano, la peinture par Francisco Pacheco et la sculpture grâce à Juan Martínez Montañés. Il mérita d'être appelé le Michel-Ange de l'Espagne. Il obtint la faveur du duc d'Olivarèz, qui le fit nommer en 1638 maître des œuvres royales et peintre de la chambre. Comme sculpteur, il se fit connaître par trois statues de grandeur nature. Ses œuvres les plus célèbres sont la Madone et l'Enfant représentant la Vierge avec l'enfant Jésus de l'église de Nebrissa, ainsi que les colosses San Pedro et San Pablo. Philippe IV le nomma architecte royal et peintre du roi afin d'en faire l'artiste de référence en matière d'art religieux, il érigea un arc de triomphe à Madrid lors de l'entrée solennelle de Marie-Anne d'Autriche, 2e femme de Philippe IV d'Espagne ; comme peintre, il fit un grand nombre de tableaux estimés qui ornent la plupart des grandes églises d'Espagne, notamment une Conception de la Vierge, une Sainte Madeleine en pleurs, le Miracle del Poso de San-Isidoro et le Christ sur le Calvaire. Alonzo Cano était notoirement connu pour son humeur impétueuse, et l'on[Qui ?] rapporte qu'il risqua un jour sa vie en commettant le blasphème de réduire en miettes la statue d'un saint, après que les négociations avec un acheteur éventuel n'ont pas abouti. Son caractère passionné, selon une autre source, lui valut également d'être soupçonné du meurtre de sa femme et même torturé à ce sujet, bien que tous les indices tendissent à accuser son domestique. Des malheurs domestiques, suite d'une vie désordonnée, le déterminèrent à chercher la retraite : il finit ses jours dans un couvent de Grenade.

Pages équivalentes