Karen Kilimnik

Pays :États-Unis
Langue :anglais
Sexe :féminin
Note :
Peintre. - Dessinatrice. - Décoratrice de scène
Autre forme du nom :Karin Kilimnik
ISNI :ISNI 0000 0003 7491 1707

Ses activités

Décors1 document1 document numérisé

  • Genre musical: poème symphonique

    Poème symphonique en 3 parties pour orchestre et choeur. - Texte de S. Sicard et Louis de Foucaud. - Dates de composition : 9 août 1886-1887. - 1re exécution : Paris, Société nationale de musique, Salle Érard, 10 mars 1888, sous la direction du compositeur. - 1re éd. : Paris : Le Bailly-Bornemann, 1898

    Il existe une réduction pour 2 pianos (CFF 129a) par Pierre de Bréville et une pour piano à 4 mains (CFF 129b) par le compositeur

    Psyché. CFF 129 avec Karen Kilimnik comme décors

Documents à propos de cet auteur

Documents à propos de l'auteur Karen Kilimnik

Pages dans data.bnf.fr

Auteurs reliés

Cette page dans l'atelier

Sources et références

Voir dans le catalogue général de la BnF

Sources de la notice

  • Painted faces : Mary Cassatt, Alice Neel, Karen Kilimnik : [exhibition, Moore college of art and design, Philadelphia, 15 January - 24 February 2002] / Lisa Melandri, guest curator ; essays by Jeanne Randolph, Mira Schor, Maureen Sherlock, cop. 2002
  • the-artists.org : Kilimnik, Karin (2006-03-02)

Autre forme du nom

  • Karin Kilimnik

Biographie Wikipedia

  • Karen Kilimnik est une plasticienne née à Philadelphie en 1954 où elle a fait ses études à la Temple University.Elle est surtout connue pour ses installations poétiques et théâtrales, combinées à un grand sens du romanesque.Concernant ses peintures, elle s'est distinguée par des portraits de personnalités contemporaines (Paris Hilton, Leonardo DiCaprio, Rudolf Noureev) placées dans des situations féériques ou historiques (Paris Hilton en Marie-Antoinette).Pour sa première grande exposition en France, elle est accueillie au sein du département de l'ARC du Musée d'art moderne de la ville de Paris du 27 octobre 2006 au 7 janvier 2007.Elle était représentée à Paris par la galerie Jennifer Flay dans les années 90 qui lui consacra deux expositions personnelles dans son espace rue Debelleyme.

Pages équivalentes