Jean Garcia

Pays :France
Langue :français
Sexe :masculin
Note :
Ouvrier métallurgiste, homme politique
Domaines :Histoire
ISNI :ISNI 0000 0004 5094 7147

Documents à propos de cet auteur

Documents à propos de l'auteur Jean Garcia

Pages dans data.bnf.fr

Cette page dans l'atelier

Sources et références

Voir dans le catalogue général de la BnF

Sources de la notice

  • Fonds d'archives de Jean Garcia, sénateur de la Seine-Saint-Denis : 1950-1998 / Conseil général de la Seine-Saint-Denis ; Archives départementales, [ca 2000]

Biographie Wikipedia

  • Jean Garcia, né le 5 juin 1925 à Marseille et mort le 8 février 2012 à Bobigny, est une personnalité politique française.Né à Marseille, au sein d’une famille nombreuse ayant fui la misère du sud de l’Espagne, Jean Garcia, ouvrier tourneur de formation, rencontre très vite les communistes de Marseille, suivant les traces de son grand frère Antoine, qui a fondé la JC des Bouches-du-Rhône avant de rejoindre les troupes républicaines espagnoles contre Franco et Hitler. À la Libération, avec Paulette, l’amour et la compagne de sa vie, il devient responsable des Jeunesses communistes des Bouches-du-Rhône, puis accède à des responsabilités nationales et internationales au sein de la Fédération mondiale de la jeunesse démocratique, avant de rejoindre la Polex, section de politique extérieure du Parti communiste. Jean Garcia fut élu conseiller municipal de Marseille en 1947 et réélu en 1953. Il vient, en 1954, habiter en Région Parisienne et participe notamment aux activités de la Fédération communiste de la Seine. Après la création du département, de la Seine Saint Denis, il sera secrétaire fédéral du parti communiste de Seine-Saint-Denis, de 1974 à 1979 et membre du Comité central de 1970 à 1987. Il est élu sénateur de la Seine-Saint-Denis le 25 septembre 1977 et réélu le 28 septembre 1986, mandat qu'il assure jusqu'au 1er octobre 1995 en siégeant notamment dans la commission des Affaires étrangères (il avait longtemps été au secteur international du PCF). Il ne se représente pas à la fin de son deuxième mandat.Il fut candidat lors des municipales de 1989 à Gagny et des législatives de 1988 à Noisy le Grand.Depuis la fin de son mandat, Jean Garcia partageait son temps entre la Région Parisienne et la Provence, sa région d'origine, notamment du côté de Banon où il aimait à se reposer. Il décède le 8 février 2012 dans un hôpital marseillais, quelques semaines seulement après le décès de son épouse Paulette, décédée le 29 novembre 2011 auprès de laquelle il repose au cimetière de Drancy (Seine Saint Denis).Cette dernière née le 8 octobre 1925 à Pertuis (Vaucluse). Ses parents, Paul et Claire Tarquin furent tous deux membres du Parti communiste, son père dès le congrès de Tours. Titulaire du certificat d’études primaires, Paulette Garcia travailla comme employée, standardiste. Son frère, Edgard Tarquin, prit part à la Résistance et mourut fusillé en septembre 1943. Elle participa elle-même, avec ses parents, à des activités de résistance et rejoignit l’organisation communiste clandestine à Marseille (Bouches-du-Rhône), en 1943. Agent de liaison FTP, membre de la 7e compagnie de Provence, elle fut engagée volontaire à la fin des hostilités. Après une ascension dans l'appareil du parti communiste des Bouches du Rhône, elle monta sur la région parisienne avec son mari. Le couple s'installa à Drancy (Seine Saint Denis)où Paulette Garcia milita plus particulièrement à l’Union des femmes françaises.Élue maire-adjointe de Drancy en 1959, sur la liste de Maurice Nilès, ses délégations seront successivement, l’aide sociale, les centres de santé, la culture, l’enfance, les colonies de vacances. Elle quittera son mandat en 1995 et deviendra maire-adjointe honoraire.Paulette Garcia était titulaire de la médaille de la Résistance et Chevalier des Palmes académiques.

Pages équivalentes