Gerhard Schröder

Pays :Allemagne
Langue :allemand
Sexe :masculin
Note :
Homme politique. - Chancelier de l'Allemagne de 1998 à 2005
Domaines :Science politique
ISNI :ISNI 0000 0001 1684 1136

Ses activités

Auteur du texte1 document

  • Ma vie et la politique

    Description matérielle : 1 vol. (410 p.-[16] p. de pl.)
    Description : Note : Index
    Édition : Paris : O. Jacob , impr. 2006

    disponible en Haut de Jardin

    [catalogue][http://catalogue.bnf.fr/ark:/12148/cb40935224d]

Compositeur1 document

Documents à propos de cet auteur

Documents à propos de l'auteur Gerhard Schröder

Pages dans data.bnf.fr

Cette page dans l'atelier

Sources et références

Voir dans le catalogue général de la BnF

Sources de la notice

  • Ma vie et la politique / Gerhard Schröder, impr. 2006

Biographie Wikipedia

  • Gerhard Fritz Kurt Schröder, né le 7 avril 1944 à Mossenberg, en Allemagne, est un homme d'État allemand, membre du Parti social-démocrate d'Allemagne (SPD).Après avoir été président fédéral des Jeunesses sociales-démocrates (Jusos) à la fin des années 1970, il entre à la présidence fédérale du SPD en 1989, et devient un an plus tard ministre-président du Land de Basse-Saxe à la tête d'une coalition rouge-verte. Réélu deux fois avec une majorité absolue, il est choisi comme candidat à la chancellerie contre Helmut Kohl aux élections législatives fédérales du 27 septembre 1998. Il remporte le scrutin et est investi chancelier fédéral un mois plus tard, à la tête de la première coalition rouge-verte fédérale. Ce premier mandat est marqué par une certaine libéralisation des mœurs[réf. nécessaire], assombri par plusieurs scandales[Lesquels ?], notamment la crise de la vache folle, et voit l'Allemagne s'opposer frontalement aux États-Unis au sujet de la guerre d'Irak voulue par George W. Bush.En 2002, il s'impose de justesse face à Edmund Stoiber aux législatives, et reconduit sa coalition. La hausse du chômage et les mauvaises perspectives économiques le poussent à mettre en place l'agenda 2010, un paquet de réformes libérales de l'État providence qui provoque la colère de son électorat et une chute de sa popularité. La lourde défaite de la coalition face au centre-droit en Rhénanie-du-Nord-Westphalie en mai 2005 le conduit à convoquer des législatives anticipées. En septembre, le SPD est devancé de très peu par la CDU/CSU ; le 22 novembre 2005, trente-cinq jours après la fin de son mandat, Schröder cède sa place à Angela Merkel, se retire de la vie politique et se lance dans le monde des affaires.

Pages équivalentes