Pierre Bullet (1639-1716)

Image non encore disponible
Pays :France
Langue :français
Sexe :masculin
Naissance :1639
Mort :Paris, 23-11-1716
Note :
Architecte et ingénieur du roi et de la ville de Paris. Elève de Blondel. Construisit de nombreux hôtels dans la capitale. Auteur d'un plan de Paris commencé en 1673, achevé en 1675 et gravé en 1676, qui présente l'état de la ville à cette date avec les projets de Louis XIV
ISNI :ISNI 0000 0000 6628 668X

Ses activités

Auteur du texte24 documents4 documents numérisés

  • Architecture de Bullet, ou Le nouveau Bullet de la ville et des campagnes

    Description matérielle : 551 p.
    Description : Note : Les pl. mq.
    Édition : Paris : Audin , 1825
    Annotateur : Jean Rondelet (1743-1829)
    Éditeur scientifique : Charles Seguin (ingénieur civil, 17..-18..)

    [catalogue, Visualiser dans Gallica, table des matières][http://catalogue.bnf.fr/ark:/12148/cb309777093]
  • L'architecture pratique, qui comprend le détail du toisé, & du devis des ouvrages de massonnerie, charpenterie, menuiserie, serrurerie, plomberie, vitrerie, ardoise, tuille, pavé de grais & impression

    Description matérielle : [14]-392-[18] p.
    Édition : Paris : E. Michallet , 1691

    2 documents numérisés : Volume 1 - Volume 2
    [catalogue, Visualiser dans Gallica, table des matières][http://catalogue.bnf.fr/ark:/12148/cb30175548k]
  • Nouveau Manuel de l'art de bâtir : le toisé contenant des éléments de géométrie pratique, terminé par une dissertation sur les alignements, un modèle de devis, par Bullet, avec des notes, par Goupi et Teyssèdre...

    Description matérielle : In-24, 215 p. et pl.
    Description : Note : Bibliothèque de l'ouvrier et de l'artiste
    Édition : Paris : au Dépôt des nouveaux manuels , 1838
    Annotateur : A. Person de Teyssèdre (18..?-1857)

    [catalogue, Visualiser dans Gallica, table des matières][http://catalogue.bnf.fr/ark:/12148/cb30175555v]
  • Observations sur la nature et sur les effets de la mauvaise odeur des lieux ou aisances et cloaques et sur l'importance dont il est d'éviter cette mauvaise odeur pour la conservation de la santé

    Description matérielle : In-12. Pièce
    Édition : (S. l. n. d.)

    [catalogue, Visualiser dans Gallica][http://catalogue.bnf.fr/ark:/12148/cb339874959]
  • L'Architecture pratique

    [Fac-sim.]
    Description matérielle : [12]-392-[18] p. _ [6] f.
    Édition : Genève : Minkoff , 1973

    disponible en Haut de Jardin

    [catalogue][http://catalogue.bnf.fr/ark:/12148/cb35398617r]

Cartographe3 documents1 document numérisé

  • Paris de 1670 à 1676 : fac-similé du plan de Bullet et Blondel, réduction de 1/2

    Description matérielle : 1 plan : 94 x 95 cm
    Échelle : [1 : 5 000]
    Édition : , [Vers 1870]

    [catalogue, Visualiser dans Gallica][http://catalogue.bnf.fr/ark:/12148/cb422966889]
  • Contenu dans : Atlas des anciens plans de Paris

    Plan de Paris levé par les ordres du Roy... en l'année 1676. - [19]

    Description matérielle : 1 atlas : 31 plans ; 71 x 54 cm
    Description : Note : Exemplaire en usuel: Ge CC 1. - Parties liminaires: p. 5-15 délibérations du Conseil municipal de Paris, p. 17-27 Table analytique des plans reproduits, p. 29-72 Appendice: Documents annexés à quelques-uns des anciens plans de Paris (ces parties liminaires sont reliées à la fin du 2nd vol.). - Vallet, notices n° 1514 et 1515 (description plan par plan). - Ne comprend que des fac-similés, à l'exception des plans n°20, 40, 50 et 60, qui sont des reconstitutions du Paris antique et médiéval établies au XIXe s.
    Coordonnées géographiques : E 2°21' / N 48°51'54"
    Échelle : [Echelles diverses]
    Édition : Paris : Imprimerie Nationale , 1880
    Éditeur scientifique : François Blondel (1618-1686)

    [catalogue]
  • Plan de Paris levé par ordre du roi présenté à son Altesse Sérénissime Monseigneur le Prince par son très humble, très obéissant et très obligé serviteur P. Bullet

    Description matérielle : 1 flle ms : au lavis ; 242 x 236 cm
    Description : Note : Titre dans un cartouche ornementé. - Figures allégoriques faisant allusion au roi Soleil Louis XIV (Char d'Apollon.. etc), à la Seine : Dieu du Fleuve et nymphe etc. . - Armoiries à moitié effacées qui semblent être celles du Prince de Condé "La France au baton péri en bandes de Gueules "
    Échelle : 300 toises [=Om. 320 ; 1:1 827 ]
    Édition : [Paris] , 1676

    [catalogue][http://catalogue.bnf.fr/ark:/12148/cb40623692s]

Éditeur commercial2 documents

Dessinateur1 document

  • Livre nouveau de Cheminées

    [estampe]

    Description matérielle : 6 est. : eau-forte, burin ; 27 x 16,5 cm (élt d'impr.)
    Description : Technique de l'image : estampe. - eau-forte. - burin
    Sources : Guilmard, Les maîtres ornemanistes, p. 113.
    Édition : Paris : Nicolas Langlois , [16..]
    Graveur : Jean-Baptiste Nolin (1657?-1708)
    Libraire-marchand d'estampes : Nicolas Langlois (1640-1703)

    [catalogue][http://catalogue.bnf.fr/ark:/12148/cb43646133f]

Autre5 documents2 documents numérisés

  • Plan du palais archiépiscopal de Bourges

    Description matérielle : 1 f. : 65 x 38 cm
    Édition : Paris : Nolin , [ca 16..]

    [catalogue, Visualiser dans Gallica][http://catalogue.bnf.fr/ark:/12148/cb407231452]
  • [Plan du rez-de-chaussée de l'Hôtel d'Evreux, place Vendôme]

    [dessin], [dessin]

    Description matérielle : 1 dess. : plume et encre de Chine, lavis d'encre rouge ; 61 x 37,5 cm
    Description : Technique de l'image : dessin. - plume. - encre de Chine noire. - lavis d'encre
    Note : Sur un terrain acheté par Pierre-Louis Reich de Pennautier aux associés de Masneuf, revendu 60 000 livres à Antoine Crozat, fut d'abord édifié par Bullet un hôtel à l'extrémité Nord-Ouest de la place Louis-le-Grand. Une fois achevé en 1703, il fut augmenté d'un second dont l'entrée se faisait par le pan coupé de la place et qui fut donné par Crozat à sa fille, mariée en 1707 au comte d'Evreux. C'est encore Bullet qui en dessina les plans qui furent modifiés en 1747 par un des fils Crozat, baron de Thiers, avant de devenir les écuries de la duchesse d'Orléans et aujourd'hui le Crédit foncier. Le plan conservé par l'Agence des bâtiments, est celui du premier hôtel, avant les transformations de 1747. A l'origine l'hôtel est totalement séparé de l'Hôtel Crozat par un mur au Sud; il est également dépourvu de remises et d'écuries allant jusqu'à la rue Neuve-des-Capucines. Le porche de l'entrée est droit et n'a pas encore sa forme de rotonde; la cour d'honneur, dont seule une partie est arrondie, est bordée par deux ailes, entièrement modifiées après 1747. Seul le corps de logis conservera sa disposition primitive, à l'exception de l'antichambre de gauche créée sur des dégagements. On notera enfin l'exsitence de deux escaliers d'honneur, celui de l'aile Sud ayant disparu en 1747.
    Sources : Fonds Robert de Cotte
    Sources : Blondel, t.3
    Sources : Notices historiques sur la place des Victoires et la place Vendôme / Arthur de Boilisle, Mém. de la Soc. de l'hist. de Paris, t. XV (1888), p. 181
    Sources : F. Fossier, Les dessins du fonds Robert de Cotte de la Bibliothèque nationale de France : architecture et décor, Paris, Rome, 1997, dossier 114
    Dessinateur : Agence Jules Hardouin-Mansart

    [catalogue, Visualiser dans Gallica][http://catalogue.bnf.fr/ark:/12148/cb402777586]
  • [Différents plans relatifs à la future place Louis XV et à la Porte de la Conférence]

    [dessin]

    Description matérielle : 17 dess.
    Description : Technique de l'image : dessin
    Note : La chronologie des projets relatifs à la nouvelle place imaginée à l'Ouest des Tuileries, avant les concours de 1748 et 1753 qui donneront naissance à la Place Louis XV, est assez délicate à établir. Dès 1664 Le Nôtre qui avait créé deux terrasses de chaque côté du jardin des Tuileries, avait ouvert un passage entre l'extrémité Ouest du jardin et les Champs-Elysées; une série d'expropriations fut envisagée en 1667 et soumise à Colbert (cf. notice). En 1700 J. Hardouin-Mansart reprenait la question en aménageant les abords du Cours-la-Reine, en 1713 un pont-tournant était bâti pour faire communiquer les Tuileries avec ce qui n'était encore qu'une esplanade. En 1717 R. de Cotte soumit un premier projet au duc d'Antin, qui resta "théoriquement valide jusqu'au milieu du siècle, mais sans conséquence pratique, la future place royale restant encombrée de huttes et traversée de chemins irréguliers" (cf. Garms, p.136). Le duc d'Antin se contenta en 1723 de procéder au reboisement du Cours et de faire détruire en 1730 la vieille Porte de la Conférence pour laquelle R. de Cotte avait imaginé une série de projets d'arc de triomphe. En 1732-1733 enfin, de nouveaux projets de pavillons aux deux extrémités du cours furent lancés, mais sans suite. Ce n'est donc qu'en 1748 que l'on s'oocupa efficacement de ce qui était resté près d'un siècle une demie-lune en friche.
    Sources : Marcel, p.57; Hautecoeur, t.2 p.436; Neuman, p.41-43; Garms, p.136
    Édition : , [1717]
    Dessinateur : Cabinet Robert de Cotte
    Autre : François Blondel (1618-1686), Germain Boffrand (1667-1754)

    [catalogue][http://catalogue.bnf.fr/ark:/12148/cb402745118]
  • [Différents plans relatifs à la place Louis-le-Grand, au projet d'arc de triomphe et à la statue équestre de Louis XIV]

    [dessin]

    Description matérielle : 59 dessins
    Description : Technique de l'image : dessin
    Note : Louvois ayant persuadé en 1686 Louis XIV de "faire dans l'espace qu'occupe l'Hostel de Vendôme, une place qui seroit d'un grand ornement à ladite ville [de Paris] et d'une grande commodité pour la circulation des rues qui en sont voisines avec la rue Saint-Honoré", le Roi décida l'expropriation de l'Hôtel qui ouvrait sur la rue Saint-Honoré et le déplacement du couvent des Capucines (cf. notice ), afin de bâtir la place où s'installeraient les académies, la Bibliothèque royale (cf. notice ) et plusieurs ambassades. De surcroît un axe devait être percé entre la Place des Victoires et la nouvelle place, baptisée des Conquètes, ce qui aurait permis de voir les deux statues du Roi en perspective. Les travaux d'alignement commencèrent dès 1686 sur les plans d'Hardouin-Mansart qui avait primitivement imaginé une place fermée sur trois côtés, le dernier sur la rue Saint-Honoré restant largement ouvert, tandis qu'en vis-à-vis un arc de triomphe laisserait apercevoir le portail du nouveau couvent des Capucines. Malheureusement les travaux s'interrompirent à la mort de Louvois en 1691 et la statue de Girardon resta dans un hangar de la rue Neuve-des Petits-Champs. Ce n'est qu'en 1699 que J. Hardouin-Mansart, aidé de Boffrand, de R. de Cotte et de Bullet, comme l'a démontré Strandberg, reprit le chantier , décida de donner une forme non plus carrée mais octogonale à la place, et d'y installer au centre la statue équestre de Louis XIV fondue par J.B. Keller dès 1692, sur le modèle de Girardon. Tous les détails de l'opération furent consignés dans une "Description..." de Boffrand publiée par l'Académie Royale en 1743 et la statue fut inaugurée en 1699, avec un simple piédestal de maçonnerie (cf. gravure de Le Pautre) . Après 1701 les frais de construction furent assumés par le Bureau de la Ville, aidé par six spéculateurs qui avaient acheté la majeure partie des terrains. J. Hardouin-Mansart de son côté participa à la spéculation en acquérant trois hôtels n°s 7, 9 et 11 de la place, rétrocédés à son gendre Le Bas de Montargis. Son adjoint Pierre Bullet en fit d'ailleurs autant (cf. infra) et R. de Cotte de son côté acheta plusieurs maisons rue Neuve-des Petits-Champs (cf. notice). Enfin en 1704 la Ville décida d'assumer les frais du piédestal définitif de la statue orné d'inscriptions de l'abbé Tallemant, sous le contrôle de Pontchartrain; l'affaire traîna et ce n'est qu'en 1730 que furent posés avec la grille, les cartouches et les trophées de bronze doré de Guillaume Coustou.
    Sources : Notices historiques sur la place des Victoires et la place Vendôme / Arthur de Boislisle, Mém. de la Soc. de l'hist. de Paris, t. XV (1888), pp.106-119
    Sources : Les projets pour la place Vendôme / Ragnar Josphson, in L'Architecture, 1928, pp. 83-91
    Sources : La place Vendôme / Maurice Dumolin. Procès-verbaux de la Comm. du Vieux Paris, 1927 pp. 1-36
    Sources : Les dessins d'architecture de Bullet pour la place Vendôme / Runnar Strandberg, B. B. A. t. 65 (1965), pp. 71-90
    Sources : French sculptors of the reign of Louis XIV / François Souchal. Oxford : Cassirer, t. 1 p. 143 et t. 2 p. 55
    Sources : Les monuments équestres de Louis XIV : une grande entreprise de propagande monarchique / Michel Martin. Paris : Picard, 1986, pp. 92-100
    Sources : Robert de Cotte and the perfection in Eigtheen century France / Robert Neuman. Chicago : Univ. Press, 1994, p. 33
    Édition : , [1686-1730]
    Dessinateur : Agence Jules Hardouin-Mansart
    Autre : Germain Boffrand (1667-1754)
    Sculpteur : Guillaume Coustou (1677-1746), François Girardon (1628-1715), Jean-Balthazar Keller (1638-1702)

    [catalogue][http://catalogue.bnf.fr/ark:/12148/cb40274239t]
  • [Six dessins relatifs à l'hôtel de La Force]

    Description matérielle : 6 dess.
    Description : Technique de l'image : dessin
    Note : Hôtel du Roi de Sicile, Charles d'Anjou, puis de Navarre, de Birague et du comte de Saint-Paul, l'ensemble des bâtiments compris entre la rue du Roi de Sicile, la rue Pavée et la rue de la Couture-Sainte-Catherine, devint en 1622 la propriété de Claude Bouthillier de Chavigny, avant de passer dans les mains de Henri-Jacques de Caumont, cinquième duc de La Force de 1698 à 1714. Avant 1711 il en vendit une partie à Jacques Poultier, intendant des finances, qui demanda à Pierre Bullet et Jacques-Jules Gabriel de faire des transformations dans le corps de logis donnant sur la rue de la Couture-Sainte-Catherine. En 1715, l'autre partie de l'hôtel qui avait deux entrées, l'une sur la rue du Roi de Sicile au débouché de la rue des Balets, l'autre sur la rue Pavée, fut vendue aux frères Pâris qui confièrent également à Jacques-Jules Gabriel le soin d'embellir l'hôtel, dont il semble qu'ils aient alors récupéré la totalité. Par la suite, ils projetèrent d'en faire l'Ecole militaire, avant que Necker en 1780 ne transformât l'hôtel en prison qui acquit sous la Révolution une sinistre réputation sous le nom de "Grande et Petite Force". Les plans conservés par l'Agence des bâtiments (rappelons que Jacques-Jules Gabriel était le propre neveu de Delisle-Mansart et plus lointainement d'Hardouin Mansart) concernent d'une part des modifications projetées avant 1711 pour l'hôtel Poultier (dessin N° 320), d'autre part la restructuration de la cour d'honneur de l'hôtel Pâris avec un projet de régularisation du corps de logis (dessin N° 318) sans doute après 1715
    Sources : Sellier, p.84
    Édition : , [1710-1715]
    Dessinateur : Cabinet Robert de Cotte
    Autre : Jacques Gabriel (1667-1742)

    [catalogue][http://catalogue.bnf.fr/ark:/12148/cb40272177m]

Documents à propos de cet auteur

Documents à propos de l'auteur Pierre Bullet (1639-1716)

Pages dans data.bnf.fr

Auteurs reliés

Cette page dans l'atelier

Sources et références

Voir dans le catalogue général de la BnF

Sources de la notice

Biographie Wikipedia

  • Pierre Bullet est un architecte français, né en 1639, mort en 1716.

Pages équivalentes