Maurice Laban (1914-1956)

Pays :France
Langue :français
Sexe :masculin
Naissance :1914
Mort :1956
Note :
Militant communiste. - Journaliste à "L'oeuvre" (en 1941)
ISNI :ISNI 0000 0000 3856 5067

Ses activités

Auteur du texte7 documents

Documents à propos de cet auteur

Documents à propos de l'auteur Maurice Laban (1914-1956)

Pages dans data.bnf.fr

Auteurs reliés

Cette page dans l'atelier

Sources et références

Voir dans le catalogue général de la BnF

Sources de la notice

  • [Recueil. Dossiers biographiques Boutillier du Retail. Documentation sur Jean Achard, secrétaire d'état au ravitaillement], 1940-1944
  • ABF

Biographie Wikipedia

  • Maurice Laban (né le 30 octobre 1914 à Biskra en Algérie et mort le 5 juin 1956 non loin du village de Lamartine près d'Orléansville, aujourd'hui Chlef) est un Français d'Algérie, membre du Parti communiste algérien, ancien combattant dans les Brigades internationales pendant la Guerre civile espagnole et ancien Résistant. Il est tué par l'armée française alors qu'il avait pris le maquis dans les Aurès aux côtés de l'aspirant Henri Maillot : le 5 juin 1956, le groupe de huit maquisards du « maquis rouge » que commande Henri Maillot est surpris par les troupes françaises près de Lamartine (aujourd'hui El Karimia) dans la région d'Orléansville (aujourd'hui Chlef). Trois membres du groupe sont tués au combat : Belkacem, Hammi et Maurice Laban. Henri Maillot, quant à lui, est pris vivant puis confié aux gendarmes mobiles. Après deux heures de tortures on lui dit de filer. Il part à reculons en criant « Vive le Parti communiste algérien ! » et s'écroule sous une rafale.Aujourd'hui, une rue porte le nom de Maurice Laban non loin du quartier de la gare à Biskra, ville d'Algérie où il est né et a vécu une grande partie de sa vie. Cette rue a été inaugurée au début des années 2000, en présence de sa femme, invitée par la willaya de Biskra. Après des dizaines d'années de silence, l'Etat Algérien, reconnait enfin ces Algériens d'origine européenne, qui ont pris une part active dans le combat pour l'indépendance ; l’État algérien a inauguré à Alger en 2002 une stèle à la mémoire des Français qui avaient soutenu le combat du peuple algérien pour sa libération.Jean-Luc Einaudi lui a consacré son livre Un Algérien, Maurice Laban.

Pages équivalentes