Valerij Inkižinov (1895-1973)

Pays :Russie (Fédération)
Sexe :masculin
Naissance :25-03-1895
Mort :26-09-1973
Note :
Acteur. - A émigré en France dans les années 30
Autres formes du nom :Валерий Инкижинов (1895-1973) (russe)
Valeri Inkijinov (1895-1973)
Valery Inkijinoff (1895-1973)
ISNI :ISNI 0000 0000 7144 0709

Ses activités

Acteur6 documents1 document numérisé

Documents à propos de cet auteur

Documents à propos de l'auteur Valerij Inkižinov (1895-1973)

Pages dans data.bnf.fr

Auteurs reliés

Cette page dans l'atelier

Sources et références

Voir dans le catalogue général de la BnF

Sources de la notice

  • Tempête sur l'Asie [Images animées] / Vsevolod Poudovkine, réal. ; [...] Valeri Inkijinov, A. Dedintsev, L. Belinskaïa... [et al.], act. Éd. Montparnasse, [2010]
  • IMdB (2010-06-14)
    Kinoglaz (2010-06-14)

Autres formes du nom

  • Валерий Инкижинов (1895-1973) (russe)
  • Valeri Inkijinov (1895-1973)
  • Valery Inkijinoff (1895-1973)

Biographie Wikipedia

  • Valery Inkijinoff (en russe : Валерий Иванович Инкижинов, Valeri Ivanovitch Inkijinov), né le 25 mars 1895 à Bokhan près d'Irkoutsk (Sibérie), sur les bords du lac Baïkal et décédé le 26 septembre 1973 à Brunoy dans l'Essonne, est un acteur bouriate de Russie, émigré en France. Son père était instituteur, et s'efforça de lui offrir de bonnes études. En 1915, il entre à l'Institut polytechnique de Petrograd. Mais, passionné de théâtre, il fréquente parallèlement le studio de Vsevolod Meyerhold, avec qui il fondera la théorie de la biomécanique théâtrale. Il le suivra à Moscou en 1920 et jouera dans son théâtre. Avec Sergueï Eisenstein, il l'assiste dans «La mort de Tarelkine». Il étudie ensuite auprès de Lev Koulechov, qui tente de le convaincre de se consacrer entièrement au cinéma. De 1925 à 1930, il est metteur en scène titulaire des studios cinématographiques Proletkino, Sovkino, Vostokkino. En 1931, dans le but d'étudier le cinéma parlant, il se rend en France, où il rencontre de nombreux anciens collègues émigrés, notamment Alexandre Kouprine. Les nouvelles alarmantes du pays l'incitent à ne pas y retourner.

Pages équivalentes