Zūyā Pīrzād

Pays :Iran
Langue :persan
Sexe :féminin
Note :
Romancière, nouvelliste
Autres formes du nom :زویا پیرزاد (persan)
Zoyâ Pirzâd
ISNI :ISNI 0000 0000 8001 6694

Ses activités

Auteur du texte11 documents3 documents numérisés

  • C'est moi qui éteins les lumières

    roman

    Description matérielle : 1 vol. (287 p.)
    Édition : Paris : Zulma , impr. 2013
    Traducteur : Christophe Balaÿ

    [catalogue][http://catalogue.bnf.fr/ark:/12148/cb43577893x]
  • Comme tous les après-midi

    nouvelles

    Description matérielle : 1 vol. (131 p.)
    Édition : Paris : Zulma , DL 2015
    Traducteur : Christophe Balaÿ

    [catalogue][http://catalogue.bnf.fr/ark:/12148/cb44236917n]
  • Le goût âpre des kakis

    nouvelles

    Description matérielle : 1 vol. (209 p.)
    Description : Note : Glossaire
    Édition : Paris : Librairie générale française , impr. 2012
    Traducteur : Christophe Balaÿ

    [catalogue][http://catalogue.bnf.fr/ark:/12148/cb43587396s]
  • C'est moi qui éteins les lumières

    roman

    Description matérielle : 1 vol. (349 p.)
    Édition : Paris : Zulma , impr. 2011
    Traducteur : Christophe Balaÿ

    [catalogue][http://catalogue.bnf.fr/ark:/12148/cb424229464]
  • Comme tous les après-midi

    nouvelles

    Description matérielle : 1 vol. (149 p.)
    Édition : Paris : Librairie générale française , impr. 2009
    Traducteur : Christophe Balaÿ

    [catalogue][http://catalogue.bnf.fr/ark:/12148/cb414876009]

Pages dans data.bnf.fr

Auteurs reliés

Cette page dans l'atelier

Sources et références

Voir dans le catalogue général de la BnF

Sources de la notice

  • On s'y fera / Zoyâ Pirzâd, impr. 2007

Autres formes du nom

  • زویا پیرزاد (persan)
  • Zoyâ Pirzâd

Biographie Wikipedia

  • Zoyâ Pirzâd (en persan: زویا پیرزاد) est une écrivaine iranienne, née en 1952 à Abadan (Iran).Les préoccupations et le langage simples et quotidiens des personnages de Zoyâ Pirzâd abaissent les frontières de la littérature persane, la rendant ainsi accessible au reste du monde, dans un souci de partage humaniste.Son premier roman, C'est moi qui éteins les lumières, a connu en Iran de nombreuses publications et a été traduit en plusieurs langues. Elle a gagné le prix Houshang Golshiri du meilleur roman de l'année, pour la création remarquable des personnages, la représentation très fine des émotions contradictoires chez une femme, en créant une incertitude par la dé-familiarisation de la vie quotidienne et en élaborant une langue en harmonie parfaite avec le thème et les personnages du roman.

Pages équivalentes