Alan Greenspan

Pays :États-Unis
Langue :anglais
Sexe :masculin
Note :
Président de la Réserve fédérale américaine (1987-2006)
Domaines :Économie politique. Travail
ISNI :ISNI 0000 0001 1936 4339

Ses activités

Auteur du texte3 documents

  • Le temps des turbulences

    Nouvelle éd. actualisée
    Description matérielle : 1 vol. (685 p.)
    Description : Note : Bibliogr. p. 659-664. Index
    Édition : Paris : Hachette littératures , DL 2008
    Traducteur : Georges Nicolas (angliciste), Thierry Piélat

    [catalogue][http://catalogue.bnf.fr/ark:/12148/cb413249469]
  • Le temps des turbulences

    Description matérielle : 1 vol. (677 p.-[32] p. de pl.)
    Édition : Paris : J.-C. Lattès , impr. 2007
    Traducteur : Georges Nicolas (angliciste), Thierry Piélat

    [catalogue][http://catalogue.bnf.fr/ark:/12148/cb411178942]
  • Le temps des turbulences

    Description matérielle : 1 vol. (677 p.-[32] p. de pl.)
    Édition : Paris : le Grand livre du mois , impr. 2007
    Traducteur : Georges Nicolas (angliciste), Thierry Piélat

    [catalogue][http://catalogue.bnf.fr/ark:/12148/cb411589336]

Documents à propos de cet auteur

Documents à propos de l'auteur Alan Greenspan

Pages dans data.bnf.fr

Auteurs reliés

Cette page dans l'atelier

Sources et références

Voir dans le catalogue général de la BnF

Sources de la notice

  • Le temps des turbulences / Alan Greenspan, impr. 2007

Biographie Wikipedia

  • Alan Greenspan (né le 6 mars 1926 à New York), économiste de formation, a été le président de la Réserve fédérale, la banque centrale des États-Unis, du 11 août 1987 au 31 janvier 2006.Spécialiste de la politique monétaire intérieure des États-Unis, sa gestion du krach d'octobre 1987 et de l’inflation pendant son mandat est reconnue. Louant sa grande expérience, les médias l'ont appelé « l'économiste des économistes », ou le « Maestro », au regard de l'engouement des années 1990 pour la technologie, qu'il a favorisé. Il a cependant été mis en cause lors de la crise des subprimes pour avoir laissé fortement augmenter la masse monétaire à la fin de son mandat, par une politique de taux d'intérêts très bas suivie d'un redressement important des taux directeurs, et pour avoir ignoré des mises en garde concernant le marché des subprimes émanant du conseil de la Réserve fédérale, notamment d'Edward Gramlich.

Pages équivalentes