Konstantin Sergeevič Aksakov (1817-1860)

Pays :Russie (Fédération)
Langue :russe
Sexe :masculin
Naissance :10-04-1817
Mort :19-12-1860
Note :
Critique littéraire. - Publiciste. - Un des idéologues des slavophiles. - Fils de l'écrivain Aksakov, Sergej Timofeevič (1791-1859). - Frère de l'écrivain Aksakov, Ivan Sergeevič (1823-1886)
Autres formes du nom :Константин Сергеевич Аксаков (1817-1860) (russe)
Konstantin Sergĕevitch Aksakov (1817-1860) (russe)
Konstantin Sergěevitch Aksakov (1817-1860) (russe)
ISNI :ISNI 0000 0001 0875 6118

Ses activités

Auteur du texte3 documents

Auteur ou responsable intellectuel1 document

  • Contenu dans : P.Čajkovskij. Romansy i pesni. Redakciâ Ivana Šišova i N.Šemanina [A 1 v. et piano]

    Detskaâ pesenka. - [16]

    Description matérielle : In-4°, 245 p., fac-sim. portrait
    Édition : Москва : Государственное музыкальное издательство , 1940
    Compositeur : Petr Ilʹič Čajkovskij (1840-1893)

    [catalogue]

Pages dans data.bnf.fr

Auteurs reliés

Membre de

Cette page dans l'atelier

Sources et références

Voir dans le catalogue général de la BnF

Sources de la notice

  • Documents de cet auteur : Èstetika i literaturnaâ kritika / K. S. Aksakov, 1995
  • Ouvrages de reference : Russkie pisateli 1800-1917 : biografičeskij slovar / Gl. red. P. A. Nikolaev, 1989
  • Catalogues de la BnF : BN Cat. gén. suppl.
    BnF Service russe, 2008-06-13

Autres formes du nom

  • Константин Сергеевич Аксаков (1817-1860) (russe)
  • Konstantin Sergĕevitch Aksakov (1817-1860) (russe)
  • Konstantin Sergěevitch Aksakov (1817-1860) (russe)

Biographie Wikipedia

  • Constantin Sergueïevitch Aksakov (en russe : Константин Сергеевич Аксаков), né le 29 mars/10 avril 1817, mort le 7 décembre/19 décembre 1860, était un homme de lettres russe, essayiste politique, poète, critique littéraire, historien et linguiste. Il était le fils de Sergueï Aksakov (1791-1859) écrivain russe et chantre de la nature et le frère d'Ivan Aksakov, journaliste et polémiste célèbre.Constantin Aksakov est surtout connu pour ses idées fondatrices du mouvement slavophile du XIXe siècle.

Pages équivalentes