Jérôme Kerviel

Pays :France
Langue :français
Sexe :masculin
Note :
Trader, ancien courtier de la Société générale
Domaines :Économie politique. Travail
ISNI :ISNI 0000 0001 0800 0142

Ses activités

Auteur du texte3 documents

  • L'engrenage

    mémoires d'un trader

    Description matérielle : 1 vol. (268 p.)
    Description : Note : En appendice, choix de documents
    Édition : Paris : Flammarion , impr. 2010

    disponible en Haut de Jardin

    [catalogue][http://catalogue.bnf.fr/ark:/12148/cb42265652f]
  • L'engrenage

    mémoires d'un trader

    Description matérielle : 1 vol. (251 p.)
    Description : Note : En appendice, choix de documents
    Édition : Paris : J'ai lu , impr. 2011

    [catalogue][http://catalogue.bnf.fr/ark:/12148/cb423763120]
  • L'engrenage

    mémoires d'un trader

    Description matérielle : 1 vol. (268 p.)
    Description : Note : En appendice, choix de documents
    Édition : Paris : le Grand livre du mois , impr. 2010

    [catalogue][http://catalogue.bnf.fr/ark:/12148/cb422443194]

Documents à propos de cet auteur

Documents à propos de l'auteur Jérôme Kerviel

Pages dans data.bnf.fr

Cette page dans l'atelier

Sources et références

Voir dans le catalogue général de la BnF

Sources de la notice

  • Trader : l'affaire Kerviel ou la folie du système financier, impr. 2008
  • Electre (2008-09-04)
    Libération, 2010-05-25, [portrait]

Biographie Wikipedia

  • Jérôme Kerviel, né le 11 janvier 1977 à Pont-l'Abbé, dans le Finistère, est, de 2005 à 2008, un opérateur de marché français, salarié de la Société générale. Il a été jugé responsable civilement, à hauteur de 4,82 milliards d'euros, des pertes de la Société générale découvertes en janvier 2008, celles-ci résultant de la liquidation de ses prises de positions sur des contrats à terme sur indices d'actions s'élevant à cette époque à environ 50 milliards d'euros (plus que les fonds propres de la banque) et qu'il aurait dissimulées à ses chefs par des manipulations frauduleuses.À l'issue de la liquidation de ses positions, on impute à Jérôme Kerviel la responsabilité de la totalité des pertes enregistrées par le groupe bancaire, ce qui en fait à ce jour les dommages les plus élevés qui aient été causées par la faute professionnelle d'un employé en France, toutes catégories confondues, et donc pour un courtier salarié. Les pertes de la Société générale ont en outre coûté 1 milliard d'euros à l'État français.

Pages équivalentes