Jean-Paul Lecoq

Pays :France
Langue :français
Sexe :masculin
Note :
Fonctionnaire. - Maire de Gonfreville-l'Orcher, Député de la Seine-Maritime élu en 2007 (en 2009)
ISNI :ISNI 0000 0003 8290 2456

Ses activités

Directeur de publication1 document

Pages dans data.bnf.fr

Auteurs reliés

Cette page dans l'atelier

Sources et références

Voir dans le catalogue général de la BnF

Sources de la notice

  • Le peuple Sahraoui face à l'engagement des Nations Unies / Conférence parlementaire européenne, jeudi 19 juin 2008, Assemblée nationale, Paris ; [sous la direction de Jean-Paul Lecoq], DL 2009

Biographie Wikipedia

  • Jean-Paul Lecoq est un homme politique français, né le 13 octobre 1958 au Havre (Seine-Maritime).Jean-Paul Lecoq est communiste, membre du PCF.Il est adjoint au maire de Gonfreville-l'Orcher depuis 1989, et devient maire de cette ville en 1995. Réélu en 2001, il est aussi conseiller régional de la Haute-Normandie de 1998 à 2007.Conseiller régional de la Haute-Normandie élu sur la Liste « À gauche avec Alain Le Vern, une région d'avance » (PS - PCF - PRG - Les Verts), il devient vice-président chargé de la santé.Depuis 2001 il est aussi vice-président de la communauté d'agglomération du Havre (Codah) dont le président est le maire UMP du Havre Édouard Philippe.Il est élu député le 17 juin 2007, avec 51,11 % des voix pour la XIIIe législature (2007-2012), dans la circonscription de la Seine-Maritime (6). En 2008 il remporte les élections municipales dans sa ville, Gonfreville-l'Orcher, avec un score de 85,64 %.En janvier 2011, Jean-Paul Lecoq interpelle le gouvernement sur la livraison secrète de matériels de répression au régime chancelant du dictateur Ben Ali. La ministre des affaires étrangères, Michèle Alliot-Marie, s'empêtre dans une réponse qui ne parvient pas à cacher sa complaisance avec le pouvoir tunisien. Il s'ensuit une polémique alimentée par la révélation de différentes connivences personnelles, qui aboutit à la décision du Président de la République et du Premier Ministre de "démissionner" une Ministre dont la voix est "devenue inaudible" au niveau international, notamment auprès des peuples arabes en pleines révolutions.En juin 2011, Jean-Paul Lecoq annonce sa participation à la "flottille pour Gaza", destinée à protester contre le blocus de ce territoire par Israël. À Alain Juppé, ministre des Affaires étrangères français, qui a demandé aux Français voulant participer à cette initiative d’y renoncer, le député de Seine-Maritime a répondu : « Alain Juppé ne doit pas se faire le porte-parole de Netanyahu mais au contraire s’inscrire dans les valeurs de la République française qui nous invitent à rompre ce blocus »Candidat à sa succession pour les élections municipales 2014, il est réélu dès le premier tour avec 84,47% des suffrages.

Pages équivalentes