Abu Hanifa (0702-0767)

Pays :Irak
Langue :arabe
Sexe :masculin
Naissance :702
Mort :767
Note :
Juriste, fondateur de l'école hanafite de droit musulman. - État-civil : Nuʿmān ibn Thābit ibn Zūṭā ibn Marzubān. - Peut également être ortographié Abou Hanîfa
ISNI :ISNI 0000 0001 1577 0954

Documents à propos de cet auteur

Documents à propos de l'auteur Abu Hanifa (0702-0767)

Pages dans data.bnf.fr

Cette page dans l'atelier

Sources et références

Voir dans le catalogue général de la BnF

Sources de la notice

  • La vie de l'Imam Abu Hanifa [Enregistrement sonore] / Mustapha Kastit, aut., participant. FMPI CD 247
  • Wikipedia (2010-12-17)

Biographie Wikipedia

  • Nuʿmān ibn Thābit ibn Zūṭā ibn Marzubān (arabe : نعمان بن ثابت بن زوطا بن مرزبان), mieux connu par sa kunya Abou Ḥanīfah, (أبو حنيفة) (767-702), fut un célèbre juriste musulman et fondateur de l'école hanafite de droit musulman.On le désigne parfois sous le nom de « plus grand imâm » (al-Imâm al-A'zam, ar. الإمام الاعظم).Abu Hanifa (bien qu'il n'ait pas eu de fille dénommée Hanifa, cet adjectif épithète signifie le pur dans la croyance monothéiste) naquit à Koufa pendant le règne de `Abdul Malik ibn Marwân qui avait pour gouverneur d'Irak Al-Hajjaj ibn Yusuf.Élevé dans la religion musulmane, parlant perse et arabe, le jeune Abou Hanîfa était destiné à suivre les traces de son père, commerçant à Koufa. C'est ainsi qu'avant sa vingtième année, il créa et fit prospérer un atelier de tissage de la soie.Sa rencontre avec le célèbre imâm al-Cha'bî qui vit en lui des signes d'intelligence, le poussa à étudier auprès de savants de la religion.Il s'initia d'abord à la philosophie et au 'ilm al kalâm avant de les délaisser au profit de la littérature, la généalogie, l'histoire de l'Arabie, et surtout à la science du fiqh et du hadith.Il eut l'occasion de rencontrer d'autres tabi'îne et savants tels que Dja'far al-Sâdiq ou l'Imam Malik au cours de ses nombreux voyages qui avaient pour but de parfaire sa connaissance. Il est ainsi établi qu'Abu Hanifa obtint sa connaissance principalement de son maître Hammad ibn Abi Sulayman, qui succéda Ibrahim an-Nakha'i, qui succéda son oncle 'Alqamah ibn Qays an-Nakha'i, qui succéda à Abdullah ibn Mas'ud, envoyé à Koufa par le deuxième calife de l'islam Omar ibn al-Khattab.Il étudia pendant 18 ans sous la direction de Hammad, et bien qu'il devînt compétent pour enseigner, il resta son humble étudiant jusqu'à sa mort en 742 où Abou Hanifa reprit le flambeau à l'âge de 40 ans. Il tenait d'ailleurs ses cours au même endroit que ses prédécesseurs depuis Abdullah ibn Mas'oud.Il avait une méthode d'enseignement originale qui était basée sur la Shûrâ. Confronté à une question juridique, il ne donnait pas la réponse directement mais exposait la question à ses disciples pour que chacun propose une solution argumentée. Puis, il commentait les propos de ceux-ci, en rectifiant ce qui méritait de l'être, et enfin, au terme de la discussion, il montrait les différents aspects du problème et donnait alors seulement les éléments de réponse qui étaient alors enregistrés. Cette approche interactive est la caractéristique de l’école hanafite.Abou Hanîfa aidait parfois financièrement ses élèves, parmi lesquels son fidèle disciple et continuateur Abou Yûsûf.En 763, Al-Mansur, le deuxième monarque abbasside, lui offrit le poste de Juge suprême de l'État (Qadi Al-Qadat), il déclina son offre et son élève Abou Yûsûf y fut placé. Un peu auparavant Ibn Houbeïrah, gouverneur de Koufa lui proposa aussi le poste de qadi, qu'Abou Hanifah refusa également.Il est rapporté qu'en réponse à Al Mansour, Abou Hanifa rétorqua qu'il ne se sentait pas de taille pour le poste ; et Al Mansour, sachant pour quelles raisons il lui avait proposé ce poste, se mit en colère et l'accusa de mentir. Ce à quoi Abou Hanifa répondit : « Si tu dis vrai (c'est-à-dire au sujet du fait que je suis un menteur), alors il est évident que je ne suis pas compétent pour le poste de juge. Et si c'est moi qui suis dans la vérité, alors je confirme que je suis incompétent. »Outré par sa réponse, le monarque le fit arrêter, emprisonner et torturer. Même en prison, l'indomptable juriste continua d'enseigner ceux qui étaient autorisés à le voir.C'est ainsi qu'Abou Hanîfa mourut le 11 Jumâdah Al-Oûla 150 A.H. (14 juin 767) en prison. Il est dit que tant de personnes participèrent à sa prière mortuaire (janazah) — près de 50 000 — qu'on dut la répéter six fois avant de l'enterrer.Plus tard, la mosquée Abou Hanîfa fut construite en son honneur dans la quartier Al A'dhamiyah de Baghdad.

Pages équivalentes