Tero Saarinen

Image non encore disponible
Pays :Finlande
Sexe :masculin
Note :
Danseur, chorégraphe
ISNI :ISNI 0000 0001 1549 3803

Ses activités

Danse2 documents

Auteur de lettres1 document

  • Tero Saarinen

    Cote : COL-202
    Contenu dans les archives et manuscrits : Fonds Carolyn Carlson. I. Eléments biographiques. I.3. Correspondance. Courrier reçu. Proches (artistes et famille)

    [catalogue BnF archives et manuscrits][ark:/12148/cc94698f/ca19900498]

Documents à propos de cet auteur

Documents à propos de l'auteur Tero Saarinen

Pages dans data.bnf.fr

Auteurs reliés

A dirigé

Cette page dans l'atelier

Sources et références

Voir dans le catalogue général de la BnF

Sources de la notice

  • Blue Lady (revisited) [Spectacle] / chorégraphie de Carolyn Carlson, 2010

Biographie Wikipedia

  • Tero Saarinen, né le 7 septembre 1964 à Pori, est un danseur et chorégraphe finlandais de danse contemporaine. Il est le directeur artistique de la compagnie Tero Saarinen qui se produit à l'international.Tero Saarinen débute sa carrière en 1985, au sein du Ballet national de Finlande après avoir étudié au sein de son école de danse de 1982 à 1986. Sa carrière internationale en tant que danseur solo connait un tournant décisif lorsqu’il est récompensé par le premier prix du Concours international de danse de Paris en 1988. Tero Saarinen quitte le Ballet national de Finlande en 1992 pour trouver de nouvelles influences en Europe de l’Ouest et au Japon où il étudie la danse traditionnelle japonaise et le butô de 1992 à 1993. Son style intégrera dès lors ces influences en y ajoutant celles des arts martiaux et du ballet classique.En 1996, il fonde son propre groupe, la Tero Saarinen Company afin de créer ses œuvres. Certaines de celles-ci entrent au répertoire de ballets internationaux comme le Nederlands Dans Theater, la Batsheva Dance Company, le ballet Gulbenkian, le ballet national de Finlande, le ballet national de Marseille, le ballet de Lorraine, le ballet de l'Opéra de Lyon, ou le ballet de l’opéra de Göteborg.

Pages équivalentes