Antonio Barceló (1716-1797)

Image non encore disponible
Pays :Espagne
Langue :espagnol; castillan
Sexe :masculin
Naissance :1716
Mort :30-01-1797
Note :
Lieutenant-général de la Marine espagnole, corsaire
Domaines :Art et science militaires
Histoire de l'Europe
Autres formes du nom :Antoni Barceló (1716-1797)
Antonio Barceló y Pont de la Terra (1716-1797)
ISNI :ISNI 0000 0000 5952 116X

Documents à propos de cet auteur

Documents à propos de l'auteur Antonio Barceló (1716-1797)

Pages dans data.bnf.fr

Cette page dans l'atelier

Sources et références

Voir dans le catalogue général de la BnF

Sources de la notice

Autres formes du nom

  • Antoni Barceló (1716-1797)
  • Antonio Barceló y Pont de la Terra (1716-1797)

Biographie Wikipedia

  • Don Antoine Barcelo, né à Palma de Majorque le 1er octobre 1717 et mort le 30 janvier 1797, est un marin et militaire espagnol du XVIIIe siècle originaire des îles Baléares. Il débute sa carrière comme messager maritime de la marine marchande, mais son expérience et son habileté lui valent de servir dans l'Armada royale de la Maison Bourbon d'Espagne, d'où il se retire à un âge avancé avec le grade de lieutenant général, soit l'équivalent d'amiral.Il est également connu, en français, comme don Antonio (de) Barcelo, en castillan, comme don Antonio Barceló y Pont de la Terra et, en catalan, comme don Antoni Barceló i Pont de la Terra; voire en français, anglais, castillan et italien, comme général ou amiral « Barcello / Barcelló » ou, plus rarement, comme amiral ou don Antoine « Barcélo ».Les marines espagnole et américaine lui ont rendu hommage aux XIXe et XXe siècles en nommant plusieurs navires d'après son patronyme. L'amiral a également donné son nom à plusieurs rues de villes d'Espagne, dont Madrid et Barcelone, et inspiré des proverbes et un couplet: « Si le Roi d'Espagne en trouvait quatre comme Barceló, Gibraltar appartiendrait à l'Espagne et non aux Anglais. » Dans son Dictionnaire historique ou Histoire abrégée des hommes qui se sont fait un nom publié en 1797, le jésuite belge François-Xavier de Feller, qui a rapporté les actions de l'amiral dans la presse francophone de l'époque, le surnomme « Barcelo, le Jean-Bart de l'Espagne ».

Pages équivalentes