Joseph Bruce Ismay (1862-1937)

Image non encore disponible
Pays :Grande-Bretagne
Langue :anglais
Sexe :masculin
Naissance :1862
Mort :1937
Note :
Directeur général de la White Star Line et propriétaire du Titanic, il survit à son naufrage en 1912. - Désigné par la presse américaine comme le principal responsable de la catastrophe, il comparaît devant deux commissions d'enquête, américaine et britannique
Domaines :Histoire de l'Europe
Autre forme du nom :J. Bruce Ismay (1862-1937)
ISNI :ISNI 0000 0003 5737 5586

Documents à propos de cet auteur

Documents à propos de l'auteur Joseph Bruce Ismay (1862-1937)

Pages dans data.bnf.fr

Cette page dans l'atelier

Sources et références

Voir dans le catalogue général de la BnF

Sources de la notice

Autre forme du nom

  • J. Bruce Ismay (1862-1937)

Biographie Wikipedia

  • Joseph Bruce Ismay (2 décembre 1862 - 15 octobre 1937) est un homme d'affaires britannique, président pendant plusieurs années de l'International Mercantile Marine Co., un trust regroupant plusieurs compagnies maritimes financé par John Pierpont Morgan. Il est également président de l'Oceanic Steam Navigation Company (plus communément nommée White Star Line) héritée de son père, Thomas Henry Ismay.En 1907, il décide avec William James Pirrie de la construction de trois paquebots géants de la classe Olympic, l’Olympic, le Titanic et le Gigantic (converti en navire-hôpital sous le nom de Britannic). Le 15 avril 1912 survient le naufrage du second navire au cours de son voyage inaugural. Ismay parvient à quitter le navire, mais est considéré comme le principal responsable de la catastrophe. La presse américaine le conspue, et il doit renoncer en 1913 à ses deux présidences.Il ne se retire pas pour autant des affaires puisqu'il continue à s'occuper de plusieurs compagnies de Liverpool et de Londres, et fonde deux associations caritatives. Ce n'est qu'en 1934 qu'il se retire finalement des affaires. Il meurt le 15 octobre 1937, âgé de 74 ans.Aujourd'hui encore, il pâtit d'une image négative, que ce soit dans l'opinion publique ou les films et documentaires, que ses défenseurs ne parviennent pas à faire oublier.

Pages équivalentes