Madeleine Aubry (18..-19..)

Pays :France
Langue :français
Sexe :féminin
Naissance :18..
Mort :19..
Note :
Actrice. - Active dans le 1er quart du 20e siècle

Ses activités

Producteur de fonds d'archives1 document

Destinataire de lettres1 document

  • Correspondance reçue par Madeleine Aubry

    Cote : 4-ED-14(5)
    Description matérielle : 11 pièces
    Contenu dans les archives et manuscrits : Ensemble documentaire Madeleine Aubry. Biographie

    [catalogue BnF archives et manuscrits][ark:/12148/cc1035276/ca59753425002180]

Acteur1 document

Documents à propos de cet auteur

Documents à propos de l'auteur Madeleine Aubry (18..-19..)

Pages dans data.bnf.fr

Auteurs reliés

Cette page dans l'atelier

Sources et références

Voir dans le catalogue général de la BnF

Sources de la notice

  • Les femmes députées / Madeline Guitty, Madeleine Aubry, act. In : Attrici comiche e suffragette 1910-1914 [Images animées] / Mariann Lewinsky, éd. ; Eunice Martins, comp. Cineteca di Bologna, 2010
  • IMDB (2012-10-30)

Information (catalogue BnF archives et manuscrits)

  • Probablement née dans les années 1870 ou au début des années 1880, Madeleine Aubry monte sur les planches pour la première fois à l'âge de quinze ans et demi. Formée au Conservatoire dans la classe de Charles Le Bargy (1858-1936), elle fait ses débuts comme actrice professionnelle au théâtre du Palais-Royal. Appelée à l'Odéon par son directeur Paul Ginisty (1855-1932), elle n'y reste que deux années, en 1902 et 1903.
    En janvier 1904, Jacques Richepin (1880-1946) lui fait jouer, au théâtre de la Porte-Saint-Martin, le rôle de Mrs Ford dans son
    Falstaff, qui mêle des extraits des pièces shakespeariennes
    Henry IV et
    les Joyeuses commères de Windsor.
    En 1906-1907, elle interprète le rôle-titre de
    Madame Sans-Gêne, de Victorien Sardou (1831-1908) et Émile Moreau (1852-1922), au cours d'une grande tournée.
    Elle se tourne ensuite vers le cinéma, et joue dans cinq films entre 1910 et 1912.
    Proche de Louise Abbéma (1858-1927), qui peint son portrait, et de la compositrice S. B. de Courpon (1851-1934), qui l'accompagne au piano, elle participe, pendant la Première Guerre mondiale, à de nombreux galas de bienfaisance au profit des blessés de guerre et des soldats faits prisonniers. De nombreux auteurs lui dédient spécialement les poèmes patriotiques qu'elle déclame lors de ces galas.
    Elle est la mère de Suzanne Aubry (1897-19..), également actrice.
    En dehors du fait qu'elle cotise à l'Association de secours mutuels des artistes dramatiques jusqu'en 1925, on perd sa trace après la fin des hostilités ; la date exacte de son décès demeure inconnue, tout comme celle de sa naissance.

Pages équivalentes