Jun'ichirō Koizumi

Pays :Japon
Langue :japonais
Sexe :masculin
Note :
Homme politique japonais. - Premier ministre du Japon et chef du Parti libéral démocrate (de 2001 à 2006)
Autres formes du nom :純一郎 小泉 (japonais)
Koizumi Jun'ichirō (japonais)
小泉 純一郎 (japonais)
Voir plus

Documents à propos de cet auteur

Documents à propos de l'auteur Jun'ichirō Koizumi

Pages dans data.bnf.fr

Cette page dans l'atelier

Sources et références

Voir dans le catalogue général de la BnF

Sources de la notice

  • Documents de cet auteur : Koizumi and Japanese politics : reform strategies and leadership style / Yū Uchiyama, 2010
  • Ouvrages de reference : Web NDL Authorities, 2014
    LC Authorities (2013-12-19)
  • Catalogues de la BnF : BnF Service japonais, 2014-09-18

Autres formes du nom

  • 純一郎 小泉 (japonais)
  • Koizumi Jun'ichirō (japonais)
  • 小泉 純一郎 (japonais)
  • Jun'ichirō Koizumi
  • Koizumi Junichiro
  • Junichiro Koizumi

Biographie Wikipedia

  • Jun'ichirō Koizumi (小泉 純一郎, Koizumi Jun'ichirō?) est un homme politique japonais, né le 8 janvier 1942 à Yokosuka dans la préfecture de Kanagawa. Il fut le 56e Premier ministre du Japon de 2001 à 2006, à la tête des 87e, 88e et 89e Cabinets ministériels de l'archipel.Dès son investiture à la tête du Parti libéral démocrate (PLD) majoritaire le 24 avril 2001 et son élection au poste de Premier ministre deux jours plus tard, il se démarque en tant que réformateur économique, se concentrant sur la dette du gouvernement du Japon et la privatisation de certains organismes publics dont son service postal. En 2005, Koizumi mène le PLD à une des plus larges majorités parlementaires dans l'histoire moderne du Japon. Il fut par contre critiqué pour avoir sévèrement mis à mal les relations diplomatiques du Japon avec les pays asiatiques voisins tels que la République populaire de Chine et la Corée du Sud avec ses visites au sanctuaire de Yasukuni, controversées mais conformes à son affiliation à la mouvance révisionniste Nippon Kaigi. Ayant promis dès 2001 qu'il ne briguerait pas plus de deux mandats à la tête du PLD, il ne se représente pas à l'élection du président du parti du 20 septembre 2006 et abandonne donc le pouvoir au profit de son successeur, Shinzō Abe, le 26 septembre suivant.

Pages équivalentes