La Philosophie endormie

Date :1777
Note :
Estampe
Domaines :Arts graphiques
Autre forme du titre :Portrait d'Anne-Gabrielle Babuty, femme de Greuze, en pied, assise, endormie, avec un carlin sur ses genoux (français)

Éditions de l'œuvre

Images2 documents

  • La Philosophie endormie. [Portrait d'Anne-Gabrielle Babuty, femme de Greuze, en pied, assise, endormie, avec un carlin sur ses genoux]

    [estampe]

    Description matérielle : 1 est. : eau-forte, burin ; 40,9 x 31,1 cm
    Description : Technique de l'image : estampe. - eau-forte. - burin
    Note : En marge : "Dédiée à Madame Greuze, // Par son Serviteur et Ami, // Aliamet."
    Le catalogue de la vente du "Cabinet Paignon-Dijonval" (n° 9276) en signale une contre-épreuve retouchée au crayon
    Cette gravure fut annoncée dans le "Mercure" de janvier 1777 (tome I, p. 200)
    D'après les "Archives de l'Art français" (tome III, 1852-1853, note des p. 156-158), ce serait "le quatrième portrait de Madame Greuze... qui figure dans l'œuvre gravée de Greuze, d'abord à l'état d'eau-forte anonyme, très brillante, très libre et très délicate à la fois, et que l'on retrouve ailleurs à l'état de gravure terminée, plus lourde, plus arrondie, moins attrayante, avec cette lettre : "La Philosophie endormie..." Le dessin de Greuze devait être charmant, et fut sans doute exécuté dans les premiers temps du mariage, car le modèle ne porte pas encore ses trente ans. Comme arrangement cela rappelle beaucoup le portrait de 1765. La "Babuty" est assise dans un fauteuil, le dos soutenu par un oreiller ; elle est coiffée d'une cornette de nuit et sommeille, comme ferait une convalescente. Sur ses genoux est son carlin qui veille, et auprès d'elle est une table chargée de livres de philosophie ; la lecture de ce fonds de magasin de son père a endormi la jeune femme, car sa main droite repose sur l'un de ces grands livres ouverts. Elle ne montre point sa gorge cette fois ; sa taille, son cou, la pose de sa tête, rien de plus élégant, rien de plus provoquant. Cette eau-forte explique à merveille toutes les folies de Diderot, et celles plus grandes de Greuze, et pourtant il y a dans cette bouche trop fine, dans ce nez un peu pointu quelque chose qui explique la suite des sept tranquilles premières années [du mariage]. Les belles joues, les formes arrondies des figures de Greuze, ses nez un peu courts, la grâce insouciante de ses coiffures, tout est là ; c'est la vision de son propre idéal, qui arrêta Greuze dans ce malheureux jour de la rue Saint-Jacques [où il aperçut pour la première fois M.lle Babuty à son comptoir.]"
    La première pensée de "la Philosophie endormie" se trouve au Musée de l'Ermitage à Leningrad. Une tête, sanguine de grandeur naturelle, est au Musée de Tournus [Information 1930]
    Notice chargée sans modification à partir de l'Inventaire du fonds français, graveurs du XVIIIe siècle
    Sources : Inventaire du fonds français, graveurs du dix-huitième siècle. Tome premier, Adam (Jean)-Baquoy (Maurice) / Bibliothèque nationale, Cabinet des estampes ; par Marcel Roux,... - Bibliothèque nationale (Paris), 1931, article ALIAMET (Jacques), n. 55
    Sources : Oeuvre de J.-B. Greuze : catalogue raisonné, suivi de la liste des gravures exécutées d'après ses ouvrages / par Jean Martin, 1908, n. 353
    Sources : Catalogue raisonné de l'oeuvre gravé de Jacques Aliamet, d'Abbeville, précédé d'une notice sur sa vie et son œuvre / Emile Delignières, 1896, n. 55
    Édition : , [1777]
    Directeur d'atelier : Jacques Aliamet (1726-1788)
    Dessinateur du modèle : Jean Baptiste Greuze (1725-1805)
    Graveur : Jacques Aliamet (1726-1788)

    [catalogue][http://catalogue.bnf.fr/ark:/12148/cb44527458d]
  • La Philosophie endormie. [Portrait d'Anne-Gabrielle Babuty, femme de Greuze, en pied, assise, endormie, avec un carlin sur ses genoux]

    [estampe]

    Description matérielle : 1 est. : eau-forte, burin ; 40,9 x 31,1 cm
    Description : Technique de l'image : estampe. - eau-forte. - burin
    Note : En marge : "Dédiée à Madame Greuze, // Par son Serviteur et Ami, // Aliamet."
    L'épr. conservée dans l'œuvre de Moreau le Jeune porte une note manuscrite essentielle, que voici : "M.me Greuze gravée à l'eau-forte par J. M. Moreau d'après le portrait de M.r Greuze". Aliamet, dont Moreau était à ce moment l'élève, s'est borné sans doute à un travail de direction et de retouche au burin
    Cette gravure fut annoncée dans le "Mercure" de janvier 1777 (tome I, p. 200)
    D'après les "Archives de l'Art français" (tome III, 1852-1853, note des p. 156-158), ce serait "le quatrième portrait de Madame Greuze... qui figure dans l'œuvre gravée de Greuze, d'abord à l'état d'eau-forte anonyme, très brillante, très libre et très délicate à la fois, et que l'on retrouve ailleurs à l'état de gravure terminée, plus lourde, plus arrondie, moins attrayante, avec cette lettre : "La Philosophie endormie..." Le dessin de Greuze devait être charmant, et fut sans doute exécuté dans les premiers temps du mariage, car le modèle ne porte pas encore ses trente ans. Comme arrangement cela rappelle beaucoup le portrait de 1765. La "Babuty" est assise dans un fauteuil, le dos soutenu par un oreiller ; elle est coiffée d'une cornette de nuit et sommeille, comme ferait une convalescente. Sur ses genoux est son carlin qui veille, et auprès d'elle est une table chargée de livres de philosophie ; la lecture de ce fonds de magasin de son père a endormi la jeune femme, car sa main droite repose sur l'un de ces grands livres ouverts. Elle ne montre point sa gorge cette fois ; sa taille, son cou, la pose de sa tête, rien de plus élégant, rien de plus provoquant. Cette eau-forte explique à merveille toutes les folies de Diderot, et celles plus grandes de Greuze, et pourtant il y a dans cette bouche trop fine, dans ce nez un peu pointu quelque chose qui explique la suite des sept tranquilles premières années [du mariage]. Les belles joues, les formes arrondies des figures de Greuze, ses nez un peu courts, la grâce insouciante de ses coiffures, tout est là ; c'est la vision de son propre idéal, qui arrêta Greuze dans ce malheureux jour de la rue Saint-Jacques [où il aperçut pour la première fois M.lle Babuty à son comptoir.]"
    La première pensée de "la Philosophie endormie" se trouve au Musée de l'Ermitage à Leningrad. Une tête, sanguine de grandeur naturelle, est au Musée de Tournus [Information 1930]
    Notice chargée sans modification à partir de l'Inventaire du fonds français, graveurs du XVIIIe siècle
    Sources : Inventaire du fonds français, graveurs du dix-huitième siècle. Tome premier, Adam (Jean)-Baquoy (Maurice) / Bibliothèque nationale, Cabinet des estampes ; par Marcel Roux,... - Bibliothèque nationale (Paris), 1931, article ALIAMET (Jacques), n. 55
    Sources : Oeuvre de J.-B. Greuze : catalogue raisonné, suivi de la liste des gravures exécutées d'après ses ouvrages / par Jean Martin, 1908, n. 353
    Sources : Catalogue raisonné de l'oeuvre gravé de Jacques Aliamet, d'Abbeville, précédé d'une notice sur sa vie et son œuvre / Emile Delignières, 1896, n. 55
    Édition : , [1777]
    Directeur d'atelier : Jacques Aliamet (1726-1788)
    Dessinateur du modèle : Jean Baptiste Greuze (1725-1805)
    Graveur : Jacques Aliamet (1726-1788)

    [catalogue][http://catalogue.bnf.fr/ark:/12148/cb445274572]

Pages dans data.bnf.fr

Auteurs reliés

Cette page dans l'atelier

Sources et références

Voir dans le catalogue général de la BnF

Sources de la notice

  • Inventaire du fonds français, graveurs du dix-huitième siècle. Tome premier, Adam (Jean)-Baquoy (Maurice) / Bibliothèque nationale, Cabinet des estampes ; par Marcel Roux,... - Bibliothèque nationale (Paris), 1931, ALIAMET (Jacques), n. 55

Autre forme du titre

  • Portrait d'Anne-Gabrielle Babuty, femme de Greuze, en pied, assise, endormie, avec un carlin sur ses genoux (français)