Calendrier Républicain de l'an II (22 septembre 1793)

Illustration de la page Calendrier Républicain de l'an II (22 septembre 1793) provenant de Wikipedia
Date :1793
Note :
Estampe
Domaines :Arts graphiques

Éditions de l'œuvre

Images1 document1 document numérisé

  • Calendrier Républicain [de l'an II (22 septembre 1793)]

    [estampe]

    Description matérielle : 1 est. : gravure au pointillé imitant le dessin lavé ; 42,8 x 36,3 cm
    Description : Technique de l'image : estampe. - gravure au pointillé
    Note : Il est surmonté d'une figure de la "Philosophie", assise de profil à g. et coiffée du "bonnet de la Liberté". Sous le titre, une explication de l'allégorie, en 4 lignes : "Sur un Sommet élevé, la Philosophie assise...". Signé à la pointe, sous le tr. c., à g.
    La planche a de nouveau servi pour le calendrier de l'an III (voir l'IFF18 DEBUCOURT (Philibert-Louis), 41)
    Le présent calendrier a été reproduit dans la réimpression de "l'Ancien Moniteur" (XVIII, p. 50)
    Voir le "Journal de la Société républicaine des Arts", 1.re partie, p. 301 [Impr., V. 42711]
    En décrétant la réforme du calendrier grégorien, la Convention voulut, entre autres choses, soumettre le temps, comme les poids et mesures, à la numération décimale. Au calendrier républicain sont attachés les noms du mathématicien Romme pour la partie scientifique et du poète Fabre d'Églantine pour la nomenclature. La semaine fut supprimée, le mois conservé, mais divisé en 3 décades ou groupes de 10 jours. L'année comprit ainsi 36 décades, plus 5 jours complémentaires qu'on appela les "Sans-culottides". L'idée qui guida Fabre d'Eglantine dans la dénomination des mois (si poètique) et des jours fut de "glisser parmi le peuple les notions rurales élémentaires, pour lui montrer la richesse de la nature, pour lui faire aimer les champs et lui désigner avec méthode l'ordre des influences du ciel et des productions de la terre". En d'autres termes, "consacrer par le calendrier le système agricole et y ramener la nation". C'est pourquoi chaque jour reçut le nom d'une "production naturelle" ou d'un "instrument rural"
    Pendant de l'estampe de l'IFF18 DEBUCOURT (Philibert-Louis), 32
    Notice chargée sans modification à partir de l'Inventaire du fonds français, graveurs du XVIIIe siècle
    Sources : Inventaire du fonds français, graveurs du XVIIIe siècle / Bibliothèque nationale, Département des estampes. Tome VI, Damontot-Denon / par Marcel Roux,... - Bibliothèque nationale (Paris), 1949, article DEBUCOURT (Philibert-Louis), n. 31
    Sources : Exposition Debucourt [Paris, Musée des Arts décoratifs, 1920], 1920, n. 30
    Sources : L'oeuvre gravé de P.-L. Debucourt (1755-1832) / par Maurice Fenaille, aris, 1899, n. 36
    Édition : [S.l.] , [1793]
    Graveur : Philibert-Louis Debucourt (1755-1832)

    [catalogue, Visualiser dans Gallica][https://catalogue.bnf.fr/ark:/12148/cb44546052d]

Pages dans data.bnf.fr

Auteurs reliés

Cette page dans l'atelier

Sources et références

Voir dans le catalogue général de la BnF

Sources de la notice

  • Inventaire du fonds français, graveurs du XVIIIe siècle / Bibliothèque nationale, Département des estampes. Tome VI, Damontot-Denon / par Marcel Roux,... - Bibliothèque nationale (Paris), 1949, DEBUCOURT (Philibert-Louis), n. 31