M. de Gauffecourt

Date :1754
Note :
Estampe
Domaines :Arts graphiques

Éditions de l'œuvre

Images1 document

  • [M. de Gauffecourt]

    [estampe]

    Description matérielle : 1 est. : burin ; 32,2 x 33,4 cm
    Description : Technique de l'image : estampe. - burin
    Note : A mi-jambes, assis, de tr. q. à dr., dans une attitude familière, bonnet en tête et le coude sur la table à dr.
    En marge, 3 vers d'Horace : "Lœtus un prœsens animus..."
    On trouve dans la "Correspondance" de Grimm (1.er février 1755), des "vers" de M. de Margency pour mettre au bas du portrait de M. de Gauffecourt, peint par Nonnotte et très-bien gravé par Daullé, un de nos habiles graveurs, avec cette épigraphe tirée d'Horace : "Lœtus in prœsens animus... : "L'homme charmant qu'ici tu vois représenté // Mérite de passer sa vie // Dans le sein du plaisir et de la liberté, // Entre Montesquieu et Sylvie ; // Dans Athènes, il aurait été // Et l'ami de Socrate et l'amant d'Aspasie""
    L'estampe fut exposée au Salon de 1755 (n° 169) : "Le Portrait de Monsieur *** en robe de taffetas rayé, d'après le tableau de M. Nonnotte"
    Selon Huber et Rost (VIII, p. 108), ce portrait fut gravé par les soins de Jean-Jacques Rousseau, dont Gauffecourt était en effet un ami fidèle. "Mon vieux ami Gauffecourt, écrivait l'auteur des "Confessions", mon vieux ami Gauffecourt, qui m'est toujours resté, malgré les efforts qu'on a faits pour me l'ôter. Toujours resté ! non. Hélas ! je viens de le perdre. Mais il n'a cessé de m'aimer qu'en cessant de vivre, et notre amitié n'a fini qu'avec lui. M. de Gauffecourt étoit un des hommes les plus aimables qui aient existé. Il étoit impossible de le voir sans l'aimer, et de vivre avec lui sans s'y attacher tout à fait. Je n'ai vu de ma vie une physionomie plus ouverte, plus caressante, qui eût plus de sérénité, qui marquât plus de sentiments et d'esprit, qui inspirât plus de confiance. Quelque réservé qu'on pût être, on ne pouvoit, dès la première vue, se défendre d'être aussi familier avec lui que si on l'eût connu depuis vingt ans... Son ton, son accent, son propos accompagnoient parfaitement sa physionomie. Le son de sa voix étoit net, plein, bien timbré, une belle voix de basse, étoffée et mordante, qui remplissoit l'oreille et sonnoit au cœur. Il est impossible d'avoir une gaîté plus égale et plus douce, des grâces plus vraies et plus simples ; des talens plus naturels et cultivés avec plus de goût. Joignez à cela un cœur aimant, mais aimant un peu trop tout le monde, un caractère officieux avec peu de choix, servant ses amis avec zèle, ou plutôt se faisant l'ami des gens qu'il pouvoit servir, et sachant faire très-adroitement ses propres affaires en faisant très-chaudement celles d'autrui. Gauffecourt étoit fils d'un horloger, et avoit été horloger lui-même. Mais sa figure et son mérite l'appeloient dans une autre sphère où il ne tarda pas d'entrer". ("Confessions", tome I, p. 110, des "Œuvres complètes", publiées chez Houssiaux, en 1852)
    Notice chargée sans modification à partir de l'Inventaire du fonds français, graveurs du XVIIIe siècle
    Sources : Inventaire du fonds français, graveurs du XVIIIe siècle / Bibliothèque nationale, Département des estampes. Tome VI, Damontot-Denon / par Marcel Roux,... - Bibliothèque nationale (Paris), 1949, article DAULLÉ (Jean), n. 109
    Sources : Catalogue raisonné de l'œuvre de Jean Daullé / par Emile Delignières, 1873, n. 23
    Édition : [S.l.] , [1754]
    Peintre du modèle : Donatien Nonnotte (1708-1785)
    Graveur : Jean Daullé (1703-1763)

    [catalogue][http://catalogue.bnf.fr/ark:/12148/cb445458244]

Pages dans data.bnf.fr

Auteurs reliés

Cette page dans l'atelier

Sources et références

Voir dans le catalogue général de la BnF

Sources de la notice

  • Inventaire du fonds français, graveurs du XVIIIe siècle / Bibliothèque nationale, Département des estampes. Tome VI, Damontot-Denon / par Marcel Roux,... - Bibliothèque nationale (Paris), 1949, DAULLÉ (Jean), n. 109