Madame Pécoil, en Flore

Date :17..
Note :
Estampe
Domaines :Arts graphiques

Éditions de l'œuvre

Images1 document

  • [M.me Pécoil, en Flore]

    [estampe]

    Description matérielle : 1 est. : eau-forte et burin ; 40,7 x 31,5 cm
    Description : Technique de l'image : estampe. - eau-forte. - burin
    Note : A mi-jambe, de face, le visage de tr. q. à dr., le corsage décolleté, drapée dans un somptueux manteau. Elle regarde un œillet qu'elle va cueillir de la main g., tandis qu'un petit nègre à g. lui tend une corbeille remplie de fleurs
    En marge, deux quatrains : "Sous le riant aspect de Flore... ..." Signé : "Gacon."
    Fernand Engerand, dans un article intitulé ""Un portrait prétendu de M.me de Parabère au Musée de Caen"" (G.B.-A., 1897-2, p. 334-342) affirme ceci : "Le portrait par Rigaud ne laisse, lui, aucun doute ; il se trouve au Château de Borand, en Oise, et appartient à M. de Sancy-Parabère. Jamais il ne quitta sa famille ; une lettre de Rigaud à M.me de Parabère y est annexée, qui en annonce l'envoi en 1713. Il fut gravé par Valée"
    Mais le "Cabinet Paignon-Dijonval" mentionne, sous le n° 7617 (p. 265) l''IFF18 LA VALLÉE (Simon de), 33, ce qui prouve que le portrait gravé par Vallée est bien celui de M.me Pecoil : "Catherine Marie Le Gendre, femme de Claude Pecoil debout dans un jardin, appuyée sur un jeune nègre et paraissant prête à cueillir un œillet, ... Rigaud pinx., 1701, S. Vallée sc. 1706 : ép. avant toute lettre". Il s'agit bien là de l'IFF18 LA VALLÉE (Simon de), 32, dont la photographie qui illustre son article a été donnée par Engerand comme celle du portrait de la Comtesse de Parabère appartenant à M. de Sancy-Parabère
    "Le Livre de Raison", d'Hyacinthe Rigaud, publié par J. Roman (Laurens, 1919) fournit la clef de l'énigme. Les portraits de M.me Pécoil y sont mentionnés en dix endroits différents. Ceux de la Comtesse de Parabère y figurent en quatre endroits seulement (p. 158, 161, 165, 167). La mention du portrait de Parabère, à la date de 1711 (p. 158), est la suivante : "M.me la comtesse de Parabère. H.r. [habillement répété] d'après celui de M.me Pécoil"
    Ainsi, il y a eu un premier portrait de M.me Pécoil en 1701 (Cf. Paignon-Dijonval) et un portrait de la comtesse de Parabère en 1711, pour lequel Rigaud a utilisé la composition, le costume et les accessoires du portrait de M.me Pécoil, hormi la tête, qui est celle de la C.sse de Parabère. C'est ce dernier portrait qui était, en 1897, en la possession de M. de Sancy-Parabère. J. Roman dans sa préface au "Livre de Raison" d'Hyacinthe Rigaud, explique ce procédé qui était employé de façon constante par Rigaud "entrepreneur de portraits" (p. XII)
    Notice chargée sans modification à partir de l'Inventaire du fonds français, graveurs du XVIIIe siècle
    Sources : Inventaire du fonds français, graveurs du XVIIIe siècle / Bibliothèque nationale, Département des estampes. 13, Laurent-Le Grand / par Yves Sjöberg ; sous la direction de Françoise Gardey,. - Bibliothèque nationale (Paris), 1974, article LA VALLÉE (Simon de), n. 32
    Édition : , [17..]
    Peintre du modèle : Hyacinthe Rigaud (1659-1743)
    Graveur : Simon de La Vallée (1680-1730?)

    [catalogue][https://catalogue.bnf.fr/ark:/12148/cb44573681j]

Pages dans data.bnf.fr

Auteurs reliés

Cette page dans l'atelier

Sources et références

Voir dans le catalogue général de la BnF

Sources de la notice

  • Inventaire du fonds français, graveurs du XVIIIe siècle / Bibliothèque nationale, Département des estampes. 13, Laurent-Le Grand / par Yves Sjöberg ; sous la direction de Françoise Gardey,. - Bibliothèque nationale (Paris), 1974, LA VALLÉE (Simon de), n. 32