Vue perspective du Pantheon (ou Vauxhall d'hiver, rue de Chartres à Paris)

Date :1786
Note :
Estampe
Domaines :Arts graphiques

Éditions de l'œuvre

Images1 document

  • Vue perspective du Pantheon [(ou Vauxhall d'hiver, rue de Chartres à Paris)]

    [estampe]

    Description matérielle : 1 est. : gravure en taille-douce ; 20,3 x 13,9 cm
    Description : Technique de l'image : estampe. - burin. - eau-forte
    Note : Huit couples de danseurs, groupés deux à deux, dansent "l'Allemande", sous les yeux de spectateurs amassés autour d'eux ou garnissant les deux balcons de la coupole
    En haut : "1786"
    Gravé d'après un dessin de Claude Louis Desrais pour le "Journal polytype des sciences et des arts" du 27 octobre 1786
    L'original (au lavis d'encre de Chine sur trait de plume avec quelque rehauts de blanc de gouache) appartenait aux Goncourt ("Maison d'un artiste", I, p. 69) et passa en vente avec leurs collections (15-17 février 1897), sous le n° 64. Il fut payé 340 fr.
    Le "Panthéon", qui tenait lieu, pendant l'hiver, du Vauxhall de la foire Saint-Germain détruit dans l'incendie de 1784, était situé dans l'angle formé par la rue S.t Thomas du Louvre et la nouvelle rue de Chartres. Il occupait l'aile septentrionale de l'ancien hôtel de Rambouillet. Le duc d'Orléans avait acheté la partie méridionale, qu'il avait transformée en écuries. L'architecte Lenoir aménagea pour le Vauxhall en quête d'un logis la section restée sans emploi du vieil hôtel, où naguère, dans la chambre bleue d'Arthénice, les précieuses tenaient leurs assises. Le "Panthéon" fut inauguré en 1785. Thiéry en vante les charmes : "La principale façade sur la rue de Chartres, dit-il, est décorée de six colonnes doriques... elle est terminée par un superbe entablement à consoles, au-dessous duquel règne un petit attique... L'escalier principal conduit d'abord à une superbe galerie, décorée de colonnes soutenant une corniche architravée. Sur le plafond, représentant un ciel, sont peints des Amours jouant avec des guirlandes de fleurs... Le grand salon, de forme ovale, est décoré d'arcades peintes en marbre... Un promenoir... permet de circuler derrière les banquettes. qui règnent au pourtour et ferment l'enceinte de la danse... Le plafond du grand sallon est disposé en calotte, avec quatre grandes et quatre petites lunettes formant loges dans son pourtour... Ce plafond, ouvert en lanterne, éclaire la salle d'une manière mystérieuse, et représente un berceau de verdure... Il seroit difficile d'imaginer quelque chose de plus galant et de plus agréable que ce délicieux endroit, qui retrace et réunit tous les charmes de la féérie, surtout lorsqu'un sexe enchanteur, à la suite duquel marchent les Grâces, les Amours et les Risvient encore ajouter à l'agrément de ce lieu, où tout semble respirer la gaieté et la volupté". En dépit de tous ses attraits, le "Panthéon" ne fit pas fortune. Accablé par la concurrence du Palais-Royal, il dut fermer ses portes en 1787. Il les entr'ouvrit aux politiciens, et durant quelques années, ce temple des "Grâces, des Ris et des Amours" ne connut d'autres ébats que ceux des réformateurs du régime. Il donna asile au "Club politique", puis à la "Société des Amis de la Constitution". Les tenanciers, dont le profit était maigre, eurent alors l'idée d'en faire une salle de spectacle. Et le "Panthéon", transformé une seconde fois par Lenoir, devint le "Théâtre du Vaudeville" qui, pendant près d'un demi siècle, attira tout Paris et connut un succès sans précédent (voir l'ouvrage du baron de Vinck, "La Place du Carrousel", p. 33-38)
    Notice chargée sans modification à partir de l'Inventaire du fonds français, graveurs du XVIIIe siècle
    Sources : Inventaire du fonds français, graveurs du XVIIIe siècle / Bibliothèque nationale, Département des estampes. Tome V, Cochin fils (Charles-Nicolas)-H. Dambrun / par Marcel Roux,. - Bibliothèque nationale (Paris), 1946, article CROISEY (P.), n. 22
    Édition : [S.l.] , [1786]
    Graveur : P. Croisey (graveur, 17..-18..)

    [catalogue][http://catalogue.bnf.fr/ark:/12148/cb44544136z]

Pages dans data.bnf.fr

Auteurs reliés

Cette page dans l'atelier

Sources et références

Voir dans le catalogue général de la BnF

Sources de la notice

  • Inventaire du fonds français, graveurs du XVIIIe siècle / Bibliothèque nationale, Département des estampes. Tome V, Cochin fils (Charles-Nicolas)-H. Dambrun / par Marcel Roux,. - Bibliothèque nationale (Paris), 1946, CROISEY (P.), n. 22