Le Spectateur du Nord

Langue : français
Titre complet :Le Spectateur du Nord : journal politique, littéraire et moral
Date de création :1797
Fin de publication :1802
Numéros :T. 1 (1797) - t. 24 (1802)
Note :Avec prospectus
Lieu de publication :Hambourg (Hambourg, Allemagne)
Version numérisée :https://gallica.bnf.fr/ark:/12148/cb328716560/date

Pages dans data.bnf.fr

Auteurs reliés

Directeur de publication :

  • Magistrat. - Émigre à la Révolution avec les princes. - Fonde à Hambourg (Allemagne), avec le libraire Faucheux, le journal "Le spectateur du Nord" (1797-1802)

Directeur de publication :

  • Imprimeur-libraire ; imprimeur du roi (de Prusse). - Fils puîné de l'imprimeur-libraire de Neuchâtel Samuel Fauche et d'Anne-Madeleine Borel-Petitjaquet. Calviniste et franc-maçon. En apprentissage chez le libraire Jean Guillaume Virchaux à Hambourg puis dans l'imprimerie de son père Samuel Fauche (1780-1782). Succède à son père en 1789 mais exerce à son compte dès 1786. Épouse en 1786 Marianne Borel dont il ajoute le patronyme au sien. Éditeur de l'"Almanach de Neuchâtel". Rachète une partie des presses de la Société typographique de Neuchâtel (STN) en 1789. Éditeur de la contre-Révolution et de l'émigration entre 1790 et 1800. A souvent imprimé sous de fausses adresses ou "sans lieu". Employé à partir de l'été 1795 comme agent royaliste à la frontière allemande auprès du prince de Condé puis du général Jean-Charles Pichegru. Arrêté le 21 déc. 1795 puis remis en liberté. En mission à Paris, à Londres, en Allemagne de 1796 à l'été 1801, date à laquelle il rentre à Neuchâtel. À nouveau en mission en 1802 à Londres puis à Paris auprès des généraux Pichegru et Moreau. Dénoncé par le libraire parisien d'origine genevoise Charles Frédéric Perlet, il est arrêté le 7 juillet 1802 à Paris et enfermé à la prison du Temple, dont il s'évade le 1er janv. 1804. Arrêté de nouveau le 9 janv. 1804, emprisonné à La Force puis au Temple dont il n'est relâché qu'en fév. 1806 pour être conduit auprès du roi de Prusse, il sert alors d'agent double. Menacé d'arrestation par la police secrète française, il séjourne ensuite à Londres au service de Louis XVIII de déc. 1806 à 1808-1809, puis à Jersey à partir de 1813. De retour en France en avril 1814 avec Louis XVIII. Demande en vain à être payé de ses frais et services lors de la Première Restauration. Soupçonné de faux et dénoncé comme agent double à la cour de Louis XVIII à Gand, il est incarcéré aux Pays-Bas (27 avril - 6 mai 1815) puis expulsé comme espion. De retour à Neuchâtel en juin 1815. Publie alors un "Précis historique des différentes missions dans lesquelles M. Louis Fauche-Borel a été employé pour la cause de la monarchie" (Paris, 1815), qui met en cause notamment C. F. Perlet. Un procès s'ensuit à l'issue duquel Fauche-Borel est blâmé et Perlet démasqué et condamné. Après 5 ans d'errance en Europe centrale, il obtient de la France en août 1820 une indemnité et une pension. Auteur de plusieurs factums et mémoires justificatifs, ainsi que de Mémoires écrits à Besançon à partir de 1824 et publiés à Paris en 1829. Se suicide peu après dans sa maison de Neuchâtel, qu'il a transformée en auberge, le 4 sept. 1829

Directeur de publication : 1797-sept. 1800

Sources et références

Voir dans le catalogue général de la BnF

Autre forme du titre

  • Le Spectateur du Nord