Auteurs nés en 1788394 documents

Auteurs morts en 1788241 documents

Personnes ayant débuté leur activité en 178851 documents

  • Nom patronymique : Marie-Anne Maurry. - Imprimeur-libraire ; imprimeur du Roi. - Succède à son mari, l'imprimeur-libraire d'Aix-en-Provence André Adibert, décédé en nov. 1788. Encore en activité en 1804, elle cède alors son fonds à son neveu

  • Imprimeur-libraire ; fondeur de caractères. - Petit-fils de Benjamin Franklin qu'il a accompagné à Paris (1776-1785). Apprend le métier d'imprimeur et de fondeur pendant son séjour parisien, chez F.-A. Didot, P.-S. Fournier et P.-D. Pierres ; il revient à Philadelphie avec du matériel et monte un atelier avec l'aide de son grand-père, qui se retire en 1788. Journaliste et pamphlétaire, fondateur de : "The General advertiser" (ou "Aurora") en 1790

  • Autre(s) graphie(s) : Batilliot (fils) jeune ; Batillot jeune. - Libraire ; au Cap-Français, imprimeur des commissaires nationaux civils (1792) ; de la municipalité et du gouvernement (1792). - Semble avoir d'abord exercé au Cap-Français (auj. Cap-Haïtien) comme libraire (en compagnie d'un frère) avant juillet 1788, puis à partir de 1790 comme imprimeur sous la raison : "Batilliot jeune" ou "Batilliot et compagnie". Publie le "Moniteur général de la partie française de Saint-Domingue" du 15 nov. 1791 au 20 juin 1793. De retour à Paris, travaille de 1795 environ à oct. 1800 avec son frère aîné sous la raison : "Batilliot frères". Breveté libraire à Paris le 1er oct. 1812 (brevet renouvelé le 24 mars 1820). N'exerce plus à la date du 7 mai 1821, n'ayant pas retiré son brevet renouvelé. Jean-Jacques Naudin est breveté libraire en sa succession le 17 juin 1823. Pierre-Louis-Sauveur Batilliot décède à Paris en août 1841

  • Attestée à partir du 3 mai 1788 (obtient à cette date une permission simple)

  • Imprimeur-libraire ; imprimeur du district de Saint-Denis (1794) ; auteur ; administrateur. - Reçu libraire très jeune (4 nov. 1788), il travaille d'abord avec son père, l'imprimeur-libraire parisien André-Charles Cailleau. Entré comme volontaire dans la garde nationale parisienne en août 1789. Devient, au début de 1792, sous-lieutenant au 52e régiment d'infanterie de ligne et part pour la Corse, où il reste en garnison à Bonifacio. Promu lieutenant en juin 1792, il doit rentrer à Paris en nov. suivant pour raisons de santé. Élu sergent-major de la garde nationale parisienne au début de 1793. Établi à son compte au moment de son mariage avec sa cousine Anne-Marie-Antoinette Defer, le 3 sept. 1793. Publie en janv. 1794 "Épîtres et Évangiles du républicain", ouvrage à succès (tiré à plus de 50 000 exemplaires) qui lui vaut d'être dénoncé par le procureur syndic de la Commune de Paris. Inquiété, il aurait été sauvé par le 9-Thermidor. Nommé imprimeur du district de Saint-Denis en août 1794, il y établit son domicile et une imprimerie, qu'il revendra en juillet 1796. Propriétaire foncier à La Villette, il est nommé capitaine de la garde nationale du canton de Pantin (1796). Relance en déc. 1798 la publication du "Mercure de France", qu'il doit cesser en nov. 1799. Auteur de plusieurs pièces de théâtre et d'un essai : "La Liberté de la presse considérée sous les rapports commerciaux...", Paris, 1799. Encore en activité à Paris en 1800, il est nommé sous-préfet d'Oloron-Sainte-Marie (Pyrénées-Atlantiques) le 1er août 1800. Son épouse l'y rejoint en oct. suivant après avoir revendu son imprimerie et sa librairie. Sollicite en vain un poste plus proche de Paris à partir de l'été 1803. Remplacé à la sous-préfecture d'Oloron en juillet 1811, il est nommé successivement secrétaire général de la préfecture du Var en janv. 1812, sous-préfet de Toulon en mai 1818, d'Aix-en-Provence en fév. 1819, et secrétaire général de la préfecture du Loiret à Orléans en sept. 1820, avant sa révocation (vraisemblablement pour libéralisme) en janv. 1823. Chevalier de la Légion d'honneur (fév. 1815). Sollicite en vain, entre 1823 et 1840, sa réintégration à différents postes d'administration. En procès avec ses fils à la suite du décès de son épouse (août 1831), il rédige de 1837 à fév. 1842 ses "Mémoires", restés inédits jusqu'en 2003 (J. Staes, "Oloron sous le Consulat et le Premier Empire : les Mémoires du sous-préfet François Cailleau, 1800-1811", Oloron-Sainte-Marie, 2003 ; publication partielle des "Mémoires"). Se retire au château de Vernonnet, près de Vernon (Eure), hérité de sa sœur en 1839, et y décède en juillet 1845

  • Autre(s) graphie(s) : Causse fils. - Imprimeur-libraire ; imprimeur du parlement, de la chambre des comptes [de Bourgogne], de la ville et de l'académie (des sciences de Dijon) ; imprimeur du département de la Côte-d'Or. - Fils et successeur de l'imprimeur-libraire de Dijon Jacques Causse. Avocat ; reçu imprimeur par arrêt du Conseil du 15 déc. 1788. Se retire en 1795 au château de Vantoux-lès-Dijon après avoir remis son imprimerie à Jean-Pierre Moroge. Conseiller général du département de mai 1802 à 1806. Craignant d'être incarcéré sur dénonciation, il s'enfuit de Vantoux en août 1815. Mort à Paris en avril 1834

  • Libraire. - Natif de Saint-Germain-la-Feuille (aujourd'hui commune de Source-Seine, Côte-d'Or), il se fixe à Dijon à partir de 1775. En apprentissage de libraire à partir du 19 août 1781. Reçu libraire à Dijon le 9 juin 1788, après examen le 14 mai précédent, il acquiert la maison natale de Jacques-Bénigne Bossuet où il installe sa librairie et dont il fait changer la façade en 1799. Emprisonné le 12 nov. 1793 au château de Dijon. Rédacteur et imprimeur du "Journal de la Côte-d'Or" à partir de 1809. Breveté libraire le 1er janv. 1813 (brevet renouvelé le 16 juillet 1818). Se démet en faveur de Louis-Alexandre Bonnefond-Dumoulin, breveté le 22 nov. 1825. Décédé à Dijon en nov. 1833

  • Imprimeur-libraire ; premier imprimeur de la cour [royale de Prusse] (1789). - Fils et successeur de l'imprimeur-libraire Georg Jakob I Decker. Confie, sous son nom, la direction de sa librairie à son beau-frère H. A. Rottmann (1792). Fonde en 1794 le "Südpreussische Zeitung" de Posen (auj. Poznań, Pologne). Publie aussi parfois sous les raisons : "Hofbuchdruckerei", "Oberhofbuchdruckerei", "Königliche Buchdruckerei", "Imprimerie royale"

    De 1788 à 1792, associé à son père Georg Jakob I Decker ; à partir de 1794, à Posen, associé à son beau-frère Friedrich Philipp Rosenstiel

  • Libraire. - Fils d'un fontainier du duc d'Orléans ; frère du gendre de Marie-Antoinette Cailleau, veuve du libraire parisien Nicolas-Bonaventure Duchesne, il entre en apprentissage chez le frère de celle-ci, l'imprimeur-libraire André-Charles Cailleau, le 21 déc. 1787. Reçu maître le 26 fév. 1788. Décédé le 24 déc. 1795 ; inventaire après décès 8 janv. 1796. Sa veuve lui succède

  • Nom patronymique : Marie-Catherine Knapen. - Imprimeur-libraire ; imprimeur du district de Gonesse (1790) ; de la Compagnie des commissaires-priseurs (1810) ; de l'Ordre des avocats (1812). - Fille de l'imprimeur-libraire parisien André-François Knapen. Épouse l'imprimeur-libraire Pierre-Méri Delaguette en nov. 1768 ; dite alors âgée de 16 ans. Succède à P.-M. Delaguette à sa mort en mars 1788. Brevetée imprimeur le 1er avril 1811. Son fils André-Pierre Delaguette est breveté en sa succession le 22 sept. 1812. Décédée à Paris en fév. 1814

Personnes ayant cessé leur activité en 178861 documents

  • Imprimeur-libraire ; imprimeur du Roi. - Décédé en nov. 1788. Sa veuve Marie-Anne Maurry lui succède

  • Nom patronymique : Marie-Denise-Élisabeth Billiot. - Fille du libraire parisien Esprit Billiot (1667-1731). Épouse le 23 juillet 1730 le libraire Jean-Barthélemy Alix. Succède à son mari décédé le 5 fév. 1740. Ayant revendu son fonds dès mai 1741 à cinq libraires pour 88 000 l., elle se serait retirée avant 1749 (d'après l'"Historique des libraires..." de l'inspecteur Joseph d'Hémery, à la date du 1er janv. 1749), mais publie encore sous son adresse les œuvres de Jacques-Bénigne Bossuet jusqu'en 1747 au moins et est attestée comme libraire jusqu'en 1788 (doyenne des veuves de libraires à partir de 1786) sur les listes professionnelles. Encore en vie le 9 fév. 1790, logée rue et porte Saint-Jacques, elle s'acquitte alors de sa contribution patriotique ; attestée jusqu'en nov. 1793 par des actes notariés

  • Pseudonyme qui, sous l'adresse fictive de "Latomopolis" ("cité des tailleurs de pierre") et aux dates de "l'an de la V. L. 5784" et de "l'an de la V. L. 5788", dissimule des impressions françaises (parisienne en 1784 d'après le matériel typographique ainsi que les bibliographies d'A. Wolfstieg et P. Fesch ; provinciale en 1788 d'après le matériel typographique) de l'"Essai sur la franc-maçonnerie..." dû à Jean-Pierre-Louis Beyerlé. La marque au Phénix et la devise "Perit ut vivat" figurent en fin d'ouvrage

  • Autre(s) graphie(s) : Anisson-Duperron. - Directeur de l'Imprimerie royale (du Louvre) (1733). - Écuyer, seigneur de Ris et Orangis (aujourd'hui Ris-Orangis, Essonne) et de Duper(r)on. Natif de Lyon. Fils du libraire de Lyon Jacques Anisson (1643?-1714), neveu de Jean Anisson (1642?-1721), directeur de l'Imprimerie royale, et frère puîné de Louis-Laurent Anisson (1692-1760), lui aussi directeur de l'Imprimerie royale. En apprentissage à partir du 12 mai 1722 chez le libraire parisien François Montalant. Ne semble pas avoir été reçu maître au sein de la communauté des libraires et imprimeurs de Paris, et ne figure donc sur aucun des "Tableau des libraires" parus entre 1732 et 1787. Nommé directeur de l'Imprimerie royale en survivance de son frère Louis-Laurent Anisson, à qui il succède effectivement dès le 22 août 1733. N'est pas répertorié par l'"Historique des libraires..." de l'inspecteur Joseph d'Hémery entre 1749 et 1752. Le 25 janv. 1760, Jacques Anisson-Dupéron fait nommer son fils aîné Louis Anisson-Dupéron directeur de l'Imprimerie royale en sa survivance, mais celui-ci meurt dès le 19 oct. 1761. En conséquence, le 10 juin 1765, il fait nommer son autre fils, Étienne-Alexandre-Jacques Anisson-Dupéron (1749-1794), directeur de l'Imprimerie royale en survivance. Obtient en mai 1775 la suppression définitive de l'imprimerie concurrente établie à Versailles en 1768 (puis 1771) pour le service des départements de la Guerre, de la Marine et des Affaires étrangères. Décédé en sept. 1788. Son fils et sa fille renoncent à sa succession en fév. 1789

  • Imprimeur-libraire. - Succède en 1720 à sa mère, veuve de l'imprimeur-libraire de Lyon François Barbier. S'attribue sans qualité pour cela le titre d'"imprimeur et libraire ordinaire du Roi" de son père. Cesse en 1726 d'imprimer la "Gazette" jusque-là imprimée par son père. Dit à tort âgé de 70 ans lors de l'enquête royale de 1764. Doyen de sa corporation à partir de 1767. Encore en activité en 1788. Décédé à Lyon en fév. 1797

  • Ne figure pas à l'enquête royale de 1764 où Lescar n'est pas pris en compte. Fait imprimer à Pau

  • Libraire. - Fils de l'imprimeur-libraire Christopher I Berry (exercice 1747-1770), auquel il succède avec son frère John I Berry

    Travaille en association avec son frère John I Berry de 1770 à 1783, puis de nouveau vers 1785-1787

  • Libraire. - Fils aîné et successeur du libraire parisien Gabriel-Charles Berton. Reçu maître le 30 avril 1763. Revend la plus grande partie de son fonds pour 153 000 l. au libraire Eugène Onfroy en mai 1788, peu avant son décès (Paris, déc. 1788). Inventaire après décès le 19 déc. 1788

  • Attestée à partir du 3 mai 1788 (obtient à cette date une permission simple)

  • Nom patronymique : Marie-Gabrielle de Beaux-Hoste. - Imprimeur du Roi et des États généraux de la province du Languedoc (1785-1788). - Veuve de l'imprimeur-libraire de Narbonne Jean Besse (1704-1784), qu'elle avait épousé le 12 nov. 1738. Succède à son mari décédé en nov. 1784. Ne pouvant assumer la charge de l'imprimerie, elle se démet le 26 avril 1787. Publie encore au début de 1788 le "Procès verbal des séances de l'assemblée provinciale de Roussillon, tenue à Perpignan, dans les mois de décembre 1787, & janvier 1788". Jean-Baptiste-Augustin Decampe, prote de l'imprimerie Besse depuis sept ans, rachète le fonds à crédit pour 26 490 l. et s'établit le 7 avril 1788

Organisations créées en 178827 documents

Organisations ayant cessé d'exister en 178816 documents

  • Chef d'ordre dès sa fondation, par transfert du Prieuré Notre-Dame de Muret. - Prieuré jusqu'au 17 novembre 1317, puis abbaye. - L'abbaye fut unie à l'évêché de Limoges en 1771/1772, et la maison fut fermée en novembre 1788 (le dernier abbé étant mort le 12 avril 1787)

  • Origines incertaines. Selon certaines sources monastère fondé au Ve siècle par saint Domitien qui en fut le premier abbé, mais ce saint serait mort en 320 selon d'autres sources. Restauré et érigé en abbaye de Bénédictins vers 807 par Leidrade. L'abbaye adhéra à l'ordre de Cluny vers 1138 mais pour peu de temps. Sécularisée en 1788

  • Saint Cloud fonda à Nogent une abbaye, et y mourut en 560. On ignore quand l'abbaye devint collégiale. Elle est citée en 811 comme "abbaye séculière", ce qui présuppose une règle de vie proche de celle d'un chapitre. Le premier acte citant la collégiale date de 1105. La collégiale était aussi église paroissiale de Nogent, devenu Saint-Cloud, la cure appartenait au chapitre. - En 1783, Marie-Antoinette décida l'érection d'une église paroissiale à la place de la collégiale, qui fut démolie. Le chapitre fut donc supprimé le 14 août 1788

  • Collège institué à Bologne en 1605 par Agostino Sinibaldi, de Lucques, et ouvert en 1681, pour permettre à 10 jeunes nobles lucquois d'étudier les sciences et les belles lettres, sous la responsabilité d'un recteur envoyé de Lucques ; fonctionne jusqu'à fin 1788

  • Réunion des trois ordres d'une province en assemblée régulièrement constituée, périodiquement convoquée et possédant certaines attributions politiques et administratives, dont la principale était le vote de l'impôt

    Le Dauphiné cesse d'être un pays d'États en 1628, et les communautés sont réparties entre six élections. Mais ces États sont à nouveau convoqués en 1788, à la suite de la journée des Tuiles et de la réunion de l'assemblée de Vizille

  • Fondée en 1751 sur le modèle des académies de cadets de Saint-Pétersbourg et de Berlin, à l'instigation du financier Pâris-Duvernier et de Mme de Pompadour. L'ordonnance de 1776 la transforme entièrement

  • Institution américaine avant l'indépendance. - Assemblée législative commune aux 13 colonies britanniques à l'origine des États-Unis d'Amérique

  • Exposition de peinture du 18e siècle, organisée en plein air sur la place Dauphine et sur le Pont neuf, le jour de l'Octave de la Fête Dieu ou de la Petite Fête Dieu au mois de mai

  • Cette assemblée discute de la forme des futurs états généraux du Royaume qui ont été convoqués pour le 1er mai 1789 (Edit du 8 août 1788)

  • Sous l'Ancien Régime, les assemblées du clergé se divisaient comme suit : Assemblées générales (subdivisées en assemblées ordinaires, elles-mêmes divisées en petites et grandes) et Assemblées particulières

Organisations ayant débuté leur activité en 17883 documents

  • Imprimerie fonctionnant sous une raison sociale fictive

  • Association formée autour des nouvelles éditions des œuvres de François Barrême (1638-1703?), continuées par son fils Gabriel Barrême (1663-1711?) et son petit-fils (Jean-) Nicolas Barrême (1687-174.?). Composition de l'association en 1788 : Guillaume-Luc Bailly, Théophile Barrois, François I Belin, Charles-Pierre Berton, Paul-Denis Brocas, Nicolas-Augustin Delalain dit l'aîné, Louis-Alexandre Delalain dit le jeune, Pierre-Étienne-Germain Durand, Antoine Fournier, Philippe-Denis Langlois, Michel Le Boucher, Charles-Guillaume Le Clerc, Jean-Gabriel Mérigot dit le jeune, Jean-Baptiste-Guillaume Musier, Jean-Luc III Nyon dit l'aîné, Pierre-Michel Nyon dit le jeune, et Eugène Onfroy. - En 1794 : les mêmes, sans toutefois Charles-Pierre Berton, Pierre-Étienne-Germain Durand et Michel Le Boucher, mais avec en plus F. Gay et Théophile-Étienne Gide et leur "(Magasin de) Librairie républicaine"

  • Établissement fondé en 1788 par les moines mékhitaristes de Saint-Lazare qui obtiennent seulement à cette date l'autorisation de la République de Venise d'avoir leur propre atelier. L'abbé Méchitar de Sébaste (Mxit'ar Sebastac'i), fondateur de la congrégation arménienne mékhitariste, qu'il a établie à Venise sur l'île Saint-Lazare (San Lazzaro) en 1717, n'avait pu obtenir cette autorisation, le monopole des impressions arméniennes étant alors accordé à Antonio Bortoli. C'est avec Francesco Bortoli, arrière-neveu d'Antonio, que les moines signent en 1788 un contrat stipulant les règles de leur collaboration : les religieux fournissent le matériel typographique (ceux-ci l'avaient acquis bien auparavant, notamment tous les poinçons et matrices de la famille Vanandec'i d'Amsterdam), et Francesco Bortoli recrute le personnel, mais son rôle effectif se réduit plutôt à celui de prête-nom. En 1810, à l'époque napoléonienne, l'officine devient l'Académie arménienne (de) Saint-Lazare. Un décret du vice-roi d'Italie la confirme en 1812. Imprime en arménien, en italien, en latin et en d'autres langues. L'atelier ferme en 1989, mais les éditions mékhitaristes perdurent sous la raison "Casa editrice armena"

Organisations ayant cessé leur activité en 17882 documents

Œuvres créées en 1788669 documents

Œuvres terminées en 178836 documents

Documents publiés en 17885211 documents

  • Карта Финскаго Залива

    Description matérielle : 1 carte : 62,5 x 91 cm
    Description : Note : Titre liminaire. - 7 cartons et nombreux profils de côte. - Indication de 1788 sur le carton en bas à gauche
    Édition : [S.l.] : [s.n.] , [après 1788]

    [catalogue, Visualiser dans Gallica][https://catalogue.bnf.fr/ark:/12148/cb43821952n]
  • 11e Concerto a violon principal, deux violons, alto et basse, cors et hautbois ad libitum...

    Description matérielle : 9 parties
    Description : Note : Parties : vl. princ., vl. I, vl. II, vla, b., ob. I, ob. II, cor I, cor II
    Édition : Paris : Imbault , [ca 1788]
    Compositeur : Giovanni Battista Viotti (1755-1824)

    [catalogue][https://catalogue.bnf.fr/ark:/12148/cb397934622]
  • [12e] Concerto a violon principal, deux violons, alto et basse, cors et hautbois ad libitum...

    Description matérielle : 9 parties
    Description : Note : Parties : vl. princ., vl. I, vl. II, vla, b., ob. I, ob. II, cor I, cor II
    Édition : Paris : Imbault , [ca 1788]
    Compositeur : Giovanni Battista Viotti (1755-1824)

    [catalogue][https://catalogue.bnf.fr/ark:/12148/cb39793463d]
  • [12e] Concerto a violon principal, deux violons, alto et basse, cors et hautbois ad libitum...

    Description matérielle : 9 parties
    Description : Note : Parties : vl. princ., vl. I, vl. II, vla, b., ob. I, ob. II, cor I, cor II. - Éd. différente de celle conservée sous la cote K-6415 (Paris, BnF, Musique)
    Édition : Paris : Imbault , [ca 1788]
    Compositeur : Giovanni Battista Viotti (1755-1824)

    [catalogue][https://catalogue.bnf.fr/ark:/12148/cb39793464r]
  • [1er] livre de trois simphonies tirées de l'oeuvre 51... exécutées au concert spirituel et à la Loge olympique, arrangées pour le clavecin ou le forte piano avec deux violons, alto et basse par L. Rigel fils aîné,.... [Hob I, 83, 84, 86]

    Description matérielle : 5 parties
    Description : Note : Parties : cemb., vl. I, vl. II, vla, b.. - Daté d'après : Mercure de France, 21 juillet 1788
    Édition : Paris : Boyer : Mme Le Menu , [1788]
    Arrangeur : Louis Rigel (1769-1811)
    Compositeur : Joseph Haydn (1732-1809)

    [catalogue, Visualiser dans Gallica][https://catalogue.bnf.fr/ark:/12148/cb39786534m]
  • 1er Recueil de romances et d'ariettes avec accompagnement de clavecin ou piano-forte..., paroles de M. Le Ch. de Florian. Deuxième édition

    Description matérielle : 21 p.
    Édition : Paris : Guenin , [ca 1788]
    Parolier : Jean-Pierre Claris de Florian (1755-1794)

    [catalogue][https://catalogue.bnf.fr/ark:/12148/cb397806693]
  • [1re] Sonate pour le piano-forte ou le clavecin...

    Description matérielle : 2 parties
    Description : Note : Parties : pf., vl.
    Édition : Paris : Le Duc , [ca 1788]
    Compositeur : Johann Friedrich Reichardt (1752-1814)

    [catalogue, Visualiser dans Gallica][https://catalogue.bnf.fr/ark:/12148/cb397913509]
  • 1re suite de morceaux choisis, ariettes, airs de danse et autres airs les plus estimés et les plus agréables, arrangés pour deux bassons. Nouveaux recueils...

    Description matérielle : 2 parties, 13 p.
    Description : Note : Parties : basso I, basso II. - Daté d'après : Gazette de France, 14 octobre 1788
    Sources : RISM B II, p. 375
    Édition : Paris : Bignon , [1788]
    Compositeur : Abraham (17..-1805?)

    [catalogue, Visualiser dans Gallica][https://catalogue.bnf.fr/ark:/12148/cb397800176]
  • 2 Airs à 1 v. et acc. tirés de Colas et Colette

    Description : Note : Dans : Journal hebdomadaire, composé d'airs d'opera..., 1788, [XXIII]
    Édition : [S.l.] : [s.n.] , 1788
    Compositeur : Giuseppe Maria Cambini (1746?-18..)

    [catalogue][https://catalogue.bnf.fr/ark:/12148/cb42888932t]
  • 2 Airs à 1 v. et acc. tirés de Lanval et Viviane

    Description : Note : Dans : Journal hebdomadaire, composé d'airs d'opera..., 1788, [XXIII]
    Édition : [S.l.] : [s.n.] , 1788
    Compositeur : Stanislas Champein (1753-1830)

    [catalogue][https://catalogue.bnf.fr/ark:/12148/cb42901097r]

Citer la page

  • Permalien :

Télécharger les données