Marie Fillet : nom d'alliance

Land :France
Sprache :français
Anmerkung :
Bibliothécaire
Andere Namen :Marie Médard
ISNI :ISNI 0000 0000 0692 3237

Aktivitäten

Éditeur scientifique1 Dokument

  • René Fillet

    biographie à plusieurs voix

    Format : 292 p.-[8] p. de pl.
    Anmerkung : Note : Bibliogr. des écrits de R. Fillet p. 277-287
    Publikationen : Paris : BPI , 1997
    Éditeur scientifique : Bibliothèque publique d'information. Paris

    [catalogue][https://catalogue.bnf.fr/ark:/12148/cb361929006]

Seiten in data.bnf.fr

Verwandte Autoren

Diese Seite in data.bnf.fr Labs

  • Diese Experimentier- und Testseite enthält neue, innovative Darstellungen der data.bnf.fr Daten: Diagramme, Karten und Friese. Diese Daten sind frei zugänglich und ohne Einschränkungen weiterverwert- und nutzbar (Open Access). Die vorhandenen Daten werden durch RDF- sowie durch JSON-Datenstrukturen definiert und technisch bereitgehalten.

Quellen und Literatur

Quellen

  • René Fillet : biographie à plusieurs voix / [témoignages et documents réunis sous la dir. de Marie Fillet], 1997

Andere Namen

  • Marie Médard

Wikipedia Biografie

  • Marie Médard, née le 4 avril 1921 à Paris (4ème), morte le 27 avril 2013 à Tours est une résistante et une bibliothécaire française. Elle épouse René Fillet en 1953.D’une famille protestante (son père, Jean Médard était pasteur de l’église réformée à Rouen), elle ressent dès 1940 le désir de s’engager de manière active dans la lutte contre le nazisme. Pendant la guerre, elle est étudiante en histoire à la Sorbonne, et fait partie de la Fédé (Fédération des associations chrétiennes d’étudiants). En 1942, elle participe avec des camarades à une manifestation où ils arborent de fausses étoiles pour protester contre le décret imposant le port de l’étoile jaune aux JuifsC’est par l’intermédiaire d’Hélène Berr que Marie Médard a ses premiers contacts avec des mouvements organisés de résistance (cf. INA, Mémoires de la Shoah, entretien du 3 octobre 2005, chapitres 8 et 11). Elle convoie d’abord des enfants juifs en zone sud. Au début de 1944, elle rentre dans le réseau Jonque. Arrêtée le 23 juin 1944, torturée, elle garde le silence. Incarcérée à la prison de Fresnes pendant quelques semaines, elle est ensuite déportée à Ravensbrück (Torgau, Koenigsberg). Elle est libérée par la Croix-Rouge suédoise le 23 avril 1945.Après la guerre, elle s’implique dans des mouvements œcuméniques et dans des organismes œuvrant pour la réconciliation avec l’Allemagne : en 1948, elle participe à un camp de dénazification dirigé par Klaus von Bismark à Vlotho (Westphalie) ; l'année suivante, elle est équipière Cimade en Allemagne.En 1952, elle devient bibliothécaire, travaillant dans un premier temps à la bibliothèque du musée de l’Homme que dirige alors Yvonne Oddon. Parallèlement, elle collabore aux recherches menées sur Ravensbrück par ses camarades de déportation Germaine Tillion (Kouri) et Anise Postel-Vinay.Après son mariage avec René Fillet en 1953, tous deux sont bibliothécaires à la bibliothèque municipale de Tours. Elle termine sa carrière à la bibliothèque Cujas, à Paris, entre 1978 et 1983.Marie Médard-Fillet est titulaire de la croix de guerre et chevalier de la Légion d’honneur.

Gleichwertige Seiten