Marie-Louise Bouglé (1883-1936)

Pays :France
Langue :français
Sexe :féminin
Naissance :Argouges (Ille-et-Vilaine), 1883
Mort :Paris (France), 1936
Note :
Féministe. - Fille d'un briquetier de Vitré. - Créatrice, à Paris (3 rue du Moulin-de-la-Pointe) d'une bibliothèque féministe
ISNI :ISNI 0000 0004 4555 543X

Documents à propos de cet auteur

Documents à propos de l'auteur Marie-Louise Bouglé (1883-1936)

Pages dans data.bnf.fr

Cette page dans l'atelier

Sources et références

Voir dans le catalogue général de la BnF

Sources de la notice

  • BnF - Département de la recherche bibliographique [Recueil. Dossiers biographiques Boutillier du Retail. Documentation sur Marie-Louise Bouglé], 1937-1938
    Marie-Louise Bouglé (2016-07-11)

Biographie Wikipedia

  • Marie-Louise Bouglé, née à Argouges en 1883 et morte à Paris en 1936, est une féministe française.Cumulant un emploi de secrétaire-comptable avec un temps partiel comme caissière dans un restaurant en échange de repas gratuits, Marie-Louise Bouglé avait ouvert une petite bibliothèque pour femmes deux soirs par semaine. Féministe convaincue, elle se mit, à partir de 1921, à employer le peu de temps libre qui lui restait à rechercher dans les librairies parisiennes tous les documents possibles sur et par les femmes, économisant de toutes les façons possibles et imaginables, comme de porter la même jupe pendant huit ans, pour récolter la correspondance personnelle et les photos de ses amies et de ses collègues, les manuscrits de leurs notes destinées à des biographies inachevées de femmes célèbres et de leurs études consacrées aux conditions de travail des femmes. Après son mariage en 1933, Bouglé se consacra entièrement à son travail de bibliothécaire et d’archiviste de documents féministes. Elle s’était ainsi constitué, au péril de sa santé, un fond qui occupait tout son logement et que son mari, André Mariani, conserva, après sa mort prématurée à l’âge de 53 ans. Le principe d’une dation à la seule bibliothèque féministe de l’époque, celle Marguerite Durand ayant été écarté par Bouglé de son vivant en raison de divergences idéologiques entre elle et Durand, c’est en vain que les relations de Bouglé tentèrent de trouver un lieu de dépôt pour ce fond dont ne voulait nulle bibliothèque sous prétexte qu’il était dénué de mérite historique. C’est la Bibliothèque municipale de Paris qui hérita donc, en 1946, des 6 686 ouvrages de Bouglé qu’elle intégra à ses propres collections. Le reste du fonds resta dans des cartons au sous-sol de la bibliothèque jusqu’à ce que la doctorante Maïté Albistur les découvre par hasard en 1977 au cours de ses recherches et en fasse l’inventaire dans une thèse parue en 1982.La collection de livres et archives réunie par Marie-Louise Bouglé a été léguée par son mari en 1946 à la Bibliothèque historique de la ville de Paris; elle comprend notamment plus de 10 000 ouvrages sur les femmes et le féminisme.

Pages équivalentes