Joseph Farcot (1824-1908)

Pays :France
Langue :français
Sexe :masculin
Naissance :Paris (France), 1824
Mort :Saint-Ouen (Seine-Saint-Denis), 19-03-1908
Note :
Ingénieur. - Diplomé de l'École centrale des Arts et manufactures (1845). - Prénoms complets : Joseph, Marie, Jean, Jacques Léon
ISNI :ISNI 0000 0003 5955 9012

Ses activités

Auteur du texte7 documents2 documents numérisés

  • Gouvernails à vapeur Farcot

    le servomoteur ou moteur-asservi, ses principes constitutifs, variantes diverses, application à la manoeuvre des gouvernails, description théorique et pratique

    Description matérielle : 1 vol. (121 p.)
    Description : Note : Reproduit l'éd. de 1873 avec une graphie moderne
    Édition : Saint-Laurent-le-Minier : Éd. Decoopman , DL 2011

    [catalogue][https://catalogue.bnf.fr/ark:/12148/cb425502513]
  • Représentation proportionnelle des minorités et de tous les groupes d'électeurs par un nouveau mode de votation assurant la sincérité et l'équité du suffrage universel

    apaisement entre les citoyens

    Description matérielle : 14 p.
    Édition : Saint-Ouen : Société générale d'imprimerie , 1880

    [catalogue, Visualiser dans Gallica][https://catalogue.bnf.fr/ark:/12148/cb34034268p]
  • Chambre syndicale des mécaniciens, chaudronniers, fondeurs de Paris.... Rapport à M. le ministre de l'Agriculture et du commerce. [Au sujet du renouvellement des traités de commerce. Signé : Les membres rapporteurs, Joseph Farcot, Donnay, A. Lasson, A. Grimault. 2 mai 1877.]

    Description matérielle : Gr. in-4° , 8 p.
    Édition : Paris : impr. de Morris , 1877

    [catalogue][https://catalogue.bnf.fr/ark:/12148/cb307466909]
  • Exposition universelle de Paris, 1889. Groupe VI. Maison Farcot, fondée en 1823. Joseph Farcot, Saint-Ouen (Seine). Note sur les appareils exposés

    Description matérielle : In-4° , 16 p.
    Édition : Paris : impr. de Chaix , (1889)
    Éditeur scientifique : Exposition internationale (1889 ; Paris)

    [catalogue][https://catalogue.bnf.fr/ark:/12148/cb304181501]
  • Machine élévatoire à action directe à grande vitesse de piston et à grande économie de vapeur, par M. Joseph Farcot,... installée pour la ville de Paris à l'usine hydraulique municipale de Saint-Maur

    Description matérielle : In-4° , XII col., pl.
    Description : Note : Extrait des "Annales industrielles"
    Édition : Saint-Germain : impr. de D. Bardin , 1878

    [catalogue][https://catalogue.bnf.fr/ark:/12148/cb30418151c]

Pages dans data.bnf.fr

Auteurs reliés

Cette page dans l'atelier

Sources et références

Voir dans le catalogue général de la BnF

Sources de la notice

  • Documents de cet auteur : Gouvernails à vapeur Farcot / par Joseph Farcot, 2011
  • Ouvrages de reference : ABF
    DBF
  • Catalogues de la BnF : BN Cat. gén.

Biographie Wikipedia

  • Joseph Farcot, né en 1824 à Paris et mort en 1908 à Saint-Ouen (Seine-Saint-Denis), est un ingénieur spécialiste des machines à vapeur.Fils de Marie-Joseph Farcot, il fut surnommé « l'homme aux cent quatre-vingt quatorze brevets ». Le 13 mars 1833, il déposa un premier brevet pour une pompe circulaire ; en 1846, il construisit des ateliers dans le quartier du port de Saint-Ouen (avenue du Capitaine-Glarner aujourd’hui) ; il obtient un nombre important de brevets dans des domaines très variés : machines à vapeur, régulateurs, pompes, alternateurs, grues, moteurs thermiques, servomoteur… De 1854 à 1863, il déposa 41 brevets ; de 1864 à 1873, 88 brevets et, de 1884 à 1898, 64 brevets. Il est parfois cité comme l'un des fondateurs de la cybernétique, quand ce mot est utilisé au sens énoncé par Platon pour le pilotage d’un navire, mais également parce qu'il mit en pratique le principe de rétroaction grâce à la conception du servomoteur Joseph Farcot en 1859. En améliorant le régulateur à boules de James Watt, servomécanisme empirique, il trouva la solution d'un grand problème : on utilisait des machines à vapeur pour faire avancer de puissants vaisseaux cuirassés, mais on était incapable d'utiliser la force motrice de la vapeur pour commander leur gouvernail de plusieurs tonnes (on utilisait toujours des cabestans mus par des équipes de matelots !). Il eut l'idée d'appliquer l'action de la vapeur sur le piston du gouvernail à partir d'une information prélevée sur la position de celui-ci. Il s'agissait d'une rétroaction : l'effet réagissant sur la commande. Les cuirassés géants devinrent maniables à l'aide d'une simple roue de commande. Joseph Farcot devenait ainsi l'un des premiers expérimentateurs de la cybernétique, discipline qui attendit encore longtemps ses théoriciens.Portail des technologies Portail des technologies

Pages équivalentes