Otto Katz (1895-1952)

Image non encore disponible
Pays :République tchèque
Sexe :masculin
Naissance :Jistebnice (République tchèque), 27-05-1895
Mort :Ruzyne, Prague (République tchèque), 03-12-1952
Note :
Espion à la solde de l'URSS, écrivain, journaliste, sous couvert de nombreux pseudonymes. - Condamné à mort au procès de Prague, dit procès Slansky, en novembre 1952 et pendu le 3 décembre 1952
Domaines :Histoire de l'Europe
Autres formes du nom :André Simone (1895-1952)
Rudolph Breda (1895-1952)
ISNI :ISNI 0000 0001 1656 7974

Ses activités

Auteur du texte2 documents

  • Les hommes qui ont trahi la France

    Description matérielle : 1 vol. (293 p.)
    Édition : Paris : Éditions Hier et aujourd'hui , 1946

    [catalogue][https://catalogue.bnf.fr/ark:/12148/cb31371160v]
  • J'accuse !, the men who betrayed France, by André Simone... Foreword by Frank Owen

    Édition : London, Right book Club , 1941. In-8°, 256 p. [Don 342042] -VIIIe-
    Préfacier : Frank Owen (1905-1979)

    [catalogue][https://catalogue.bnf.fr/ark:/12148/cb323011449]

Auteur de lettres1 document

Documents à propos de cet auteur

Documents à propos de l'auteur Otto Katz (1895-1952)

Pages dans data.bnf.fr

Auteurs reliés

Cette page dans l'atelier

Sources et références

Voir dans le catalogue général de la BnF

Sources de la notice

  • Otto Katz : vie et mort d'un espion / Jonathan Miles ; traduit de l'anglais par Camille Fort-Cantoni, impr. 2012

Autres formes du nom

  • André Simone (1895-1952)
  • Rudolph Breda (1895-1952)

Biographie Wikipedia

  • Otto Katz, né en Bohême le 27 mai 1895 à Jistebnice au sud de Prague et mort le 3 décembre 1952, fut l'un des plus importants agents d’influence de l’URSS stalinienne dans les milieux intellectuels et artistiques des démocraties occidentales pendant les années 1930 et 1940.Connu pour ses nombreux pseudonymes, ses talents de séducteur, son cynisme et l’ampleur de son champ d’action, de Saint-Germain-des-Prés à Hollywood, du Mexique à Londres, il participe à toutes les grandes campagnes de désinformation du Komintern dans les années 1930, sous la direction de Willi Münzenberg qu’il finit par supplanter après l’avoir épié comme officier du NKVD.Il devient un espion international inconditionnellement fidèle à Staline, et contrairement à nombre des intellectuels juifs communistes qui animent à cette époque le Komintern, il accepte le pacte germano-soviétique et se voit chargé de certaines politiques secrètes de Staline. Son nom est cité, avec de forts soupçons mais sans preuves décisives, aussi bien dans l’assassinat de Léon Trotski, comme agent traitant de Ramon Mercader, que dans celui, supposé, de Willi Münzenberg retrouvé pendu dans une forêt française. Diverses liquidations voulues par Staline lors de la guerre d’Espagne lui sont également imputées.Il est inculpé, sous le nom d’André Simone, lors des procès de Prague, dits procès Slansky, et finit pendu dans les locaux de la prison de Ruzine à trois heures du matin le 3 décembre 1952 : son corps est brûlé et les cendres dispersées sur le bas-côté d’une petite route à proximité de Prague.

Pages équivalentes