Pierre Jean Corneille Debreyne (1786-1867)

Illustration de la page Pierre Jean Corneille Debreyne (1786-1867) provenant de Wikipedia
Pays :France
Langue :français
Sexe :masculin
Naissance :Quaëdrype, Nord, 07-11-1786
Mort :Soligny-la-Trappe, Orne, 28-08-1867
Note :
Religieux de la Grande Trappe de Soligny, Orne. - Prêtre. - Docteur en médecine
ISNI :ISNI 0000 0001 0860 7067

Ses activités

Auteur du texte32 documents13 documents numérisés

  • Colonie agricole monastique, fondée à la Grande-Trappe, près Mortagne (Orne) pour les jeunes détenus. Agriculture monastique. Par le Dr Debreyne...

    Description matérielle : In-8° , 84 p.
    Édition : Paris : Vve Poussielgue-Rusand , 1856

    [catalogue, Visualiser dans Gallica][https://catalogue.bnf.fr/ark:/12148/cb30307228h]
  • Des Vertus thérapeutiques de la belladone, par le Dr Debreyne,...

    Description matérielle : In-8° , VIII-224 p.
    Édition : Paris : J.-B. Baillière , 1852

    [catalogue, Visualiser dans Gallica, table des matières][https://catalogue.bnf.fr/ark:/12148/cb30307256r]
  • Essai analytique et synthétique sur la doctrine des éléments morbides considérés dans leur application thérapeutique, par P.-J.-C. Debreyne,...

    Description matérielle : In-8° , XXXVIII-480 p.
    Édition : Paris : J.-B. Baillière , 1849

    [catalogue, Visualiser dans Gallica, table des matières][https://catalogue.bnf.fr/ark:/12148/cb303072302]
  • Étude de la mort ou Initiation du prêtre à la connaissance pratique des maladies graves et mortelles...

    2e édition revue et corrigée
    Description matérielle : 1 vol. (262 p.)
    Description : Note : La page de faux-titre porte : "Étude de la mort"
    Édition : Paris : Vve Poussielgue-Rusand , 1864

    [catalogue, Visualiser dans Gallica, table des matières][https://catalogue.bnf.fr/ark:/12148/cb30307237g]
  • Contenu dans : La confession et les confesseurs

    Mœchialogie. Cours de luxure : traité des péchés contre les sixième et neuvième commandements du décalogue et de toutes les questions matrimoniales qui s'y rattachent directement ou indirectement. - par le Père Debreyne, trappiste (ce livre est exclusivement destiné au clergé). - [2]

    Description matérielle : 212-[4] p.
    Description : Note : Dédicace à M. Georges Laguerre,... datée du 1er novembre 1882. - La couv. porte en plus : "Les pornographes sacrés"
    Édition : Paris : cet ouvrage a été édité spécialement par l'auteur [Léo Taxil]. Dépôt à son domicile : 35, rue des Écoles , [1882]

    [catalogue, Visualiser dans Gallica]

Éditeur scientifique1 document1 document numérisé

Auteur de lettres1 document1 document numérisé

Pages dans data.bnf.fr

Auteurs reliés

Cette page dans l'atelier

Sources et références

Voir dans le catalogue général de la BnF

Sources de la notice

  • Documents de cet auteur : Précis de physiologie humaine... / par P. J. C. Debreyne, 1844
  • Ouvrages de reference : DBF
  • Catalogues de la BnF : BN Cat. gén.

Biographie Wikipedia

  • Le père Pierre Jean Corneille Debreyne (1786-1867) était un prêtre et religieux de la Grande-Trappe. Il était aussi docteur de la faculté de médecine de Paris et ancien professeur de médecine pratique.Il s'est élevé avec vigueur contre les châtiments corporels infligés aux enfants, mais surtout parce qu'ils risquaient de leur communiquer ce que l'on appelait alors des « habitudes vicieuses ». On lit dans son Essai sur la théologie morale considérée dans ses rapports avec la physiologie et la médecine :La fustigation ou la flagellation, employée comme châtiment, peut avoir un résultat bien différent de celui que l'on en attend. Et en effet, cette exécution, nécessairement précédée de la dénudation, a fait souvent connaître, à certains signes non équivoques, que ce châtiment n'allait pas à son but. On a vu des enfants aimer et rechercher avec empressement ces sortes de corrections ; d'autres y ont trouvé le funeste secret de l'onanisme : une foule d'auteurs en rapportent des exemples que nous ne pouvons ni ne voulons reproduire ici. Nous nous bornerons à un seul fait fourni par M. le docteur Serrurier, qui le raconte en ces termes : « Un de mes condisciples de collège, dit-il, trouvait un plaisir indicible à se laisser fustiger : il cherchait toutes les occasions de manquer envers le professeur, qui jamais n'absolvait un coupable et le faisait toujours passer par les verges en le livrant à des individus chargés de cette ignoble fonction. Ce même condisciple m'a avoué qu'il regrettait de voir arriver la fin de la punition, parce qu'alors l'effet qu'il en attendait n'était pas complet. Aussi, qu'est-il résulté de cette affreuse découverte ? ce malheureux a pris l'habitude de la masturbation. Réduit à l'état de consomption le plus horrible par suite de la déperdition habituelle de la semence, il nous fut offert en spectacle, au moment de sa mort, comme un modèle de dépravation et comme un exemple du danger où l'on s'expose par cette coupable passion. »Il fut sans doute un des derniers théologiens dogmatiques à avoir traité la question tératologigue. Il rompit avec la doctrine des procréations bestiales dans l'espèce humaine, non pour des raisons scientifiques (les espèces différentes ne sont pas interfécondes), mais parce que Dieu ne permettrait pas ces productions abominables nées de la confusion entre l'homme et les animaux. Sa Moechialogie se termine par un traité d'embryologie théologique traitant du baptême des monstres. Selon lui on pouvait baptiser sans condition tout monstre sorti du sein d'une femme, quelque hideux qu'il pût être et quelle que fût sa ressemblance avec une bête. Il semble qu’il ait été le premier écrivain ecclésiastique qui ait tenté un rapprochement entre le dogme de l'Église et les enseignements de la science.

Pages équivalentes