Jacques Garnier (1755-1817)

Pays :France
Langue :français
Sexe :masculin
Naissance :Saintes (Charente-Maritime), 30-03-1755
Mort :1817
Note :
Homme politique. - Membre de la Convention nationale puis du Conseil des Cinq-Cents. - Avocat. - Chevalier de l'Empire (en 1809). - Exilé à la Restauration
Autres formes du nom :Chevalier Garnier (1755-1817)
Garnier de Saintes (1755-1817)
Garnier de Xantes (1755-1817)
ISNI :ISNI 0000 0000 6164 7116

Ses activités

Auteur du texte30 documents1 document numérisé

  • Le retour de la vérité en France

    Description matérielle : 36 p.
    Édition : Paris : A. Eymery , 1815

    2 documents numérisés : Volume 1 - Volume 2
    [catalogue, Visualiser dans Gallica][https://catalogue.bnf.fr/ark:/12148/cb30482365m]
  • Convention nationale. Aperçu de réflexions sur la constitution, présenté par Garnier (de Saintes),...

    Description matérielle : In-8 °. Pièce
    Édition : Paris : Impr. nationale , prairial an III
    Éditeur scientifique : France. Convention nationale

    [catalogue][https://catalogue.bnf.fr/ark:/12148/cb36465960p]
  • Convention nationale. Aperçu de réflexions sur la constitution, présenté par Garnier (de Saintes),...

    Description matérielle : In-8° , 7 p.
    Édition : Paris : Impr. nationale , prairial an III
    Éditeur scientifique : France. Convention nationale

    [catalogue][https://catalogue.bnf.fr/ark:/12148/cb30482372w]
  • Convention nationale. Compte rendu à la Convention nationale de la dépense faite par les citoyens Garnier (de Xantes), Mazade et Goupilleau (de Fontenai), représentans du peuple envoyés près l'armée des côtes de La Rochelle... Garnier rend le compte...

    Description matérielle : In-8° , 8 p.
    Édition : (Paris,) : Impr. nationale , pluviôse an III
    Éditeur scientifique : France. Convention nationale

    [catalogue][https://catalogue.bnf.fr/ark:/12148/cb30482371j]
  • Convention nationale. Compte rendu par Garnier (de Saintes), représentant du peuple en mission dans les départements environnant Paris, depuis le 13 germinal jusqu'au 27 floréal...

    Description matérielle : In-8° , 2 p.
    Édition : Paris : Impr. nationale , thermidor an III
    Éditeur scientifique : France. Convention nationale

    [catalogue][https://catalogue.bnf.fr/ark:/12148/cb304823737]

Contributeur1 document

  • Quotidien

    N°. 1er (1er vendémiaire an VI de la République - vendredi 22 septembre 1797) - N°. 848 (octidi 28 nivôse, an 8 de la République [18 janvier 1800])

Autre3 documents

  • Convention nationale. Compte rendu à la Convention nationale, de la dépense faite par les citoyens Garnier (de Xantes), Mazade et Goupilleau (de Fontenai), représentants du peuple, envoyés près l'armée des côtes de La Rochelle, où ledit Garnier a resté deux mois et quelques jours. Lesdits Goupilleau et Mazade étant absens, Garnier rend le compte seul. Imprimé par ordre de la Convention nationale. (23 pluviôse an III.)

    Description matérielle : In-8 °. Pièce
    Description : Note : Voyez le n ° 98 ci-dessus
    Édition : (Paris,) : Impr. nationale , pluviôse an III
    Éditeur scientifique : France. Convention nationale
    Autre : Jean-François Goupilleau (1753-1823), Julien Bernard Dorothée de Mazade Percin (1750-1823)

    [catalogue][https://catalogue.bnf.fr/ark:/12148/cb363541151]
  • Convention nationale. Compte rendu par Garnier (de Saintes), représentant du peuple, en mission dans les départements environnant Paris, depuis le 13 germinal jusqu'au 27 floréal. Imprimé par ordre de la Convention nationale

    Description matérielle : In-8 °. Pièce
    Description : Note : Voyez le n ° 98 ci-dessus
    Édition : Paris : Impr. nationale , thermidor an III
    Éditeur scientifique : France. Convention nationale

    [catalogue][https://catalogue.bnf.fr/ark:/12148/cb36354301w]
  • Discours prononcé par Garnier (de Xaintes) à la société des Jacobins de Paris, le 1er vendémiaire, l'an III de la république, une et indivisible

    Description matérielle : In-8 °, 8 p.
    Description : Note : Au lieu de Garnier de "Saintes" qu'on doit dire, le frontispice de la pièce porte Garnier de "Xantes"
    Édition : (Paris,) : Impr. de G.-F. Galletti , (s. d.,)

    [catalogue][https://catalogue.bnf.fr/ark:/12148/cb36307446t]

Documents à propos de cet auteur

Documents à propos de l'auteur Jacques Garnier (1755-1817)

Pages dans data.bnf.fr

Auteurs reliés

Cette page dans l'atelier

Sources et références

Voir dans le catalogue général de la BnF

Sources de la notice

  • Documents de cet auteur : Opinion de Jacques Garnier... contre la mesure du renvoi au peuple du jugement de Louis XVI, 1792
    Le Retour de la vérité en France / par le chevalier Garnier, de Saintes, 1815
    La Dette d'un exilé, ou Plan nouveau d'éducation nationale basé sur les principes de Socrate, qui sont joints ci-après, et extraits de l'ouvrage de Criton, l'un de ses disciples, intitulé : ″Socrate aux générations″, par Garnier de Saintes, 1816
  • Ouvrages de reference : CTHS : donne 1820 en date de mort (2010-02-17)
    DBF : Garnier (Jacques), dit Garnier de Saintes, décédé en 1817 ou 1818, noyé dans l'Ohio
    Dictionnaire des parlementaires français : comprenant tous les membres des assemblées françaises et tous les ministres français depuis le ler mai 1789 jusqu'au ler mai 1889 / publié sous la dir. de Adolphe Rovert, Edgar Bourloton & Gaston Cougny, 1889-1891
    Hoefer
    Dictionnaire des conventionnels / par A. Kuscinski, 1916-1919
    Biographie des condamnés pour délits politiques : depuis la restauration des Bourbons en France jusqu'en 1827 / par Aug. Imbert et B. - L. Bellet, 1828
  • Catalogues de la BnF : BN Cat. gén. : Garnier (Jacques), dit Garnier de Saintes

Autres formes du nom

  • Chevalier Garnier (1755-1817)
  • Garnier de Saintes (1755-1817)
  • Garnier de Xantes (1755-1817)

Biographie Wikipedia

  • Jacques Garnier dit Garnier de Saintes (né à Saintes le 30 mars 1755, et est mort noyé dans l'Ohio en 1817 ou 1818) est un homme politique français.Avocat à Saintes en 1784, Jacques Garnier se distingue dès le début de la Révolution en créant et présidant un comité chargé de rechercher les stocks de blé et les vendre à l'encan. Maire de Saintes en 1790, procureur général-syndic de la Charente-Inférieure, il est élu député à la Convention par le département de la Charente-Inférieure. Membre du Club des Jacobins, siégeant aux côtés des Montagnards, Jacques Garnier se montre très violent, demandant le bannissement à perpétuité des émigrés des deux sexes et leur exécution s'ils reviennent en France, réclamant aux Jacobins la création d'une "faction de salut public", souhaitant que Louis XVI de France ne soit pas traité en accusé mais en ennemi, qu'il soit "sacrifié à la sûreté et à la justice". Haineux, incohérent, bavard, il se voit interdire la tribune pendant vingt-quatre heures durant le Procès de Louis XVI. Après avoir voté pour la mort, il entre au Comité de sûreté générale, le 25 mars 1793. Ses collègues excédés s'en débarrassent en l'envoyant en mission à l'Armée des côtes de La Rochelle à la fin avril 1793. Il ne participe donc pas à l'élimination des Girondins.On le trouve ensuite à l'Armée des côtes de Brest, dans la Manche, dans l'Orne. De passage à Paris, le 7 août 1793, il propose de déclarer William Pitt « ennemi du genre humain ». Chargé d'organiser le gouvernement révolutionnaire dans le Loir-et-Cher et la Sarthe en mars et avril 1794, il se heurte constamment à ses collègues, de même que lors de son passage à Bordeaux. Ayant appris la chute de Maximilien de Robespierre (9 thermidor an II - 27 juillet 1794), il s'empresse de dénoncer son collègue Marc Antoine Jullien comme « suppôt de Robespierre » mais ne renie pas ses opinions montagnardes et, toujours aussi incohérent, s'en prend violemment aux insurgés de l'Insurrection du 12 germinal an III et de l'Insurrection du 1er prairial an III.

Pages équivalentes